Total : 1951
En attente : 24

Sexe
Soumis
Mature


Histoires par auteur

Hetero (683)
Entre hommes (125)
Entre femmes (51)
Transexuelle (59)
Premiere fois (116)
A plusieurs (656)
Jeune adulte (77)
Mature (20)
Soumis,soumise (143)
Inclassable (45)

SODOMIE DU MATIN FAIT DU BIEN
SEX SHOP ET BAISE AU PARKING
Je l'air sucé devant mon oncle
Mon Médecin
UNE SODOMIE ET AU LIT






112 Karim le stagiaire, une bête de sexe inépuisable (2)

Ecrit par julien59
Parue le 09 mars 2015
Il y a 1 commentaire pour cette histoire


Cette histoire érotique a été lue 3625 fois | Cette histoire erotique a une note de : 14.3333/20

Noter ce récit erotique !


Lundi matin André me donne ses instruction et repart, il est très occupé en ce moment, il veut acheter un terrain pour construire un nouveau garage, plus grand et au moins il ne sera plus locataire, Karim arrive au moment où André allait partir on a parlé de son stage tout le monde était satisfait, André est parti, je suis allé rejoindre le vestiaire pour me mettre en tenue de travail, là Karim m’attendait nu la bite bien raide à la main, je lui dit c’est pas le moment on a du boulot, il me dit, juste une petite pipe ? devant son regard de chien battu je me penche sur sa bite et je l’engloutie d’un seul coup, il me pilonne la bouche et il me remplis la gorge de son foutre dont je me délecte, on enfile nos bleus, je me rince la bouche, un bonbon à la menthe et au boulot, j’ai remarqué qu’il voulait me dire quelque chose mais comme tous les lundis les clients défilent, enfin une accalmie, il vient me voir et me dit : j’ai beaucoup pensé à ce que tu m’a raconté, comment tu t’est fait dépucelé le cul, pourquoi lui dis-je tu veux en faire autant ? Il me répond non mais j’aimerais bien t’enculer pendant que tu suce une femme, je lui dis que ce n’est pas facile de trouver une femme qui accepte ce genre de scenario, il me dit que sa femme va bientôt rentrer et qu’il lui en parlerait, devant mon regard étonné il me dit de toute façon elle fera ce que je lui dirais de faire, son tempérament macho reprenait le dessus.
Sa femme arrive le samedi, il me demande de l’accompagner pour la récupérer à l’aéroport, en ce moment il n’a pas de voiture et il voulait que sa femme me vois avant de lui dire ce qu’il comptait faire de nous trois, en route il me dit que si elle ne me plaisait pas, il ne dirait rien à sa femme du projet, tu parles vu les photos d’elle qu’il m’avait montré j’avais une envie folle d’être au lit avec ce couple, elle arrive et je suis éblouis par tant de beauté je lui serre la main elle transpire la sensualité, on récupère ses bagages et en route pour l’appartement, pendant le trajet il me fait des clins d’œil, je baisse la tête pour lui dire OK, il a un large sourire, il lui parle en arabe elle lui réponds en français que ce n’est pas bien de parler une langue étrangère devant quelqu’un qui ne comprends pas cette langue. On arrive chez eux, je descends sortir les 2 valises, je les donne à Karim, j’allais prendre congé quand il me dit, tu ne vas pas partir comme ça, monte boire le ver de l’amitié, je ferme la voiture, je récupère une des valises et nous voilà dans l’ascenseur, sa femme Leila n’osait pas me regarder elle avait le regard fixé au sol, on rentre chez eux, il me demande de m’assoir, comme la religion pour lui ne voulait rien dire il demande à sa femme de nous servir 2 bières, pendant qu’elle part à la cuisine il me dit qu’il lui en a parlé au téléphone et elle lui a assuré qu’elle ferait ce qu’il lui demanderait, il me demande ce que je ferais le lendemain dimanche, le matin je vais faire un tour au vide-greniers et l’après-midi je reste en famille, il vas rejoindre sa femme qui commençait à préparer le repas du soir, 2 minutes après il reviens avec un grand sourire, je comprends qu’elle est d’accord, demain matin 9 heures ça te va ? Je regarde Leila qui est dans l’embrasure de la porte de la cuisine, je l’interroge du regard, elle me fait un grand sourire, hoche la tête en signe d’assentiment, OK pour demain 9 heures.
Neuf heure tapant je suis devant leur porte, je tape doucement, c’est Leila qui m’ouvre, elle a un petit déshabillé qui ne cache pas grand-chose de ce magnifique corps, comment Karim peut-il offrir cette superbe femme à un mec qui visiblement préfère les hommes, bon je vais pas m’en plaindre, le téléphone sonne et je l’entend qu’il parle en arabe, il est dans sa chambre, Leila en profite pour se rapprocher de moi, elle me dit qu’elle aurait obéis à Karim mais que là elle le ferait avec plaisir surtout si je veux bien m’occuper de son minou avec ma bouche, elle n’a jamais pratiquée ce genre de chose mais elle a très envie de le faire, elle espère que Karim sera d’accord, je lui dis que si il ne voulait pas, j’arrêtais tout, elle se lève et va s’assoir dans le fauteuil un peu plus loin en me disant qu’il a fini de téléphoner, je me lève et rejoint Karim, je l’entraine vers la cuisine en lui disant que je voulais avoir une certitude, il me demande laquelle, je veux bien qu’on refasse un remake de mon dépucelage mais que Leila ne subisse aucune contrainte quoi qu’il en soit, j’obtiens sa promesse donc le top est donné, on passe dans la chambre d’amis je caresse Leila, je l’embrasse et la déshabille, Karim lui, fait descendre mon pantalon, le slip et me caresse le cul, pour un marocain il bande comme un turc, j’allonge Leila sur le lit, lui retire son slip et son sous tif, je l’embrasse partout, quand je passe ma langue sur le bout des seins elle se cambre, je m’y attarde un moment et je commence à descendre vers son minou, je commence à l’embrasser et j’enfouis ma langue dans son nid d’amour, elle tressaute et se cambre violemment, pendant ce temps Karim me pénètre à sec sans ménagement et m’encule avec force, il semble vouloir me défoncer le cul, moi je continu de m’occuper de sa femme, elle ondule du bassin, se mord les lèvres, Karim éjacule a grands flots de sperme, je remonte le long du corps de sa femme et je la pénètre, lui se sort de mon cul et viens se faire sucer, je baise sa femme en même temps que je fais une pipe au mari, je me régale et quand je vois le regard de Leila s’embrumer je ne peux plus me retenir, je jouis et pour la première fois de sa vie elle jouit aussi ( elle me l’a dit plus tard) , Karim décide que pour une première fois à trois c’est réussis et nous invite à passer à la salle d’eau, Leila passe la première, je prends le relais j’enlève la pomme et comme d’habitude j’introduis le bout du tuyau et je me lave l’intérieur, Karim se lave et tous trois on s’habille, il nous regarde et avec son sourire coquin il nous demande si on était d’accord pour recommencer un autre jour, pour moi c’est d’accord, Leila garde ses yeux rivés vers le sol, il lui demande si ça lui a déplu, elle répond dans un souffle qu’au contraire elle avait aimé, il s’est mis à rire et lui a demandé gentiment de nous servir 2 bières, on s’est désaltérés et je suis parti.
Le lundi au boulot nous ne faisons aucune allusion à notre rencontre de la veille, à midi il est parti manger chez lui, seul dans le vestiaire j’ai repensé à tout ce m’étais arrivé depuis que Karim est entré dans ma vie, je ne comprenais pas qu’un arabe orgueilleux puisse prêter sa femme, l’après-midi se passe sans problème, 18 h je ferme le garage je rejoins Karim qui a enlevé le bleu, il se lave les mains, je m’installe au lavabo à coté et moi aussi je me lave les mains, il me regarde et me demande ce qui ne va pas, je lui dis que j’allais lui poser la même question, pour lui pas de problème, il m’a assuré que pour sa femme il en était de même, ils en avait parlé presque tout le reste de la journée et en conclusion tous les deux était heureux de cette expérience et ne demandait qu’à recommencer, très surpris mais rassuré je lui dis que pour moi aussi ce fut fabuleux, il m’a aidé à retirer mon bleu et mon slip, s’est débarrassé de son boxer, il bandait, j’ai pris sa bite dans la bouche et je l’ai sucée, je me suis relevé penché sur le lavabo, il m’a pénétré en douceur, c’était la première fois qu’il était si doux et si tendre avec moi, pendant qu’il m’enculait il me disait des mots doux et m’embrassait dans le coup, quand il a éjaculé il m’a serré très fort contre lui, j’ai senti le flot de sperme envahir mon cul, il est resté un moment avec sa bite dans mes entrailles, quand il s’est retiré son jus coulait entre mes cuisses, je n’ai pas pu m’empêcher d’en récolter un peu sur mes doigts et je l’ai mis dans ma bouche pour déguster son nectar, comme d’habitude on a pris notre douche et je me suis nettoyé l’intérieur mais cette fois avec le tuyau d’arrosage. On est rentré chacun chez soi, le lendemain Karim me dit que Leila lui a demandé quand on recommencerait, je lui dis samedi s’ils étaient dispos, pas de problème, le reste de la semaine s’est passé comme d’habitude, boulot et baise avant de partir, samedi je vais chez Karim et nous avons passé une grande partie de la matinée à faire l’amour à trois, je vous passe les détails, avant que je parte il me donne une lettre qu’il avait reçu le matin, il était convoqué les jeudi et vendredi suivant chez un manufacturier de pneus pour un stage de 2 jours, il m’a demandé s’il pouvait y échapper je lui dis non car ç’a faisait partie du cursus. Les 3 premiers jours de la semaine on a repris notre rythme habituel, sauf que le mercredi soir André est arrivé vers 17h donc pas de baise, le soir il est parti pour son stage, jeudi je faisais une vidange quand j’ai vu arriver Leila, elle m’a demandé si je pouvais passer la voir, elle voulait me parler, OK en sortant du boulot je ferais un détours, j’arrive chez elle, quand elle m’ouvre je reste bouche bée devant cette magnifique jeune femme en déshabillé presque transparent, elle ne porte aucun sous vêtement, elle me regarde et me dit que si sa tenue me choque elle peut se changer, je l’a prends dans mes bras, la serre contre moi, et je l’embrasse, elle a un ouf de soulagement, « voilà je voulais te demander si tu voulais bien m’apprendre comment sucer un sexe d’homme et si ça ne doit pas être douloureux j’aimerais essayer la sodomie » je reste éberlué, Karim ne t’a pas appris tout ça ? non il ne me touche pas, juste il me baise, je la rassure bien sûr pour elle je le ferais, elle a un large sourire, enlève son espèce de nuisette et nous allons dans la chambre, pas ce soir me dit-elle le peu de temps que nous avons elle veut faire l’amour, je la caresse sur tout le corps, je fais courir ma bouche sur son coup , je descends sur ses seins, je m’occupe de ses tétons elle s’assoie au bord du lit, je m’agenouille lui écarte les cuisses, met ma bouche au contact de son minou et je commence à la sucer en m’étant ma langue dans cette fente qui n’attendait que ça, après lui avoir bien bouffer le clito et quand j’ai senti sa cyprine m’inonder la bouche, elle a commencée à bouger son bassin dans tous les sens, je me suis relevé et je l’ai baisée d’abord doucement puis de plus en plus vite, elle gémissait et moi je sentais que j’allais exploser en elle, connaissant l’endurance de Karim je me suis retenu le plus longtemps possible, quand j’ai éjaculé elle m’a serré les poignets très fort, a contracté sa vulve sur ma queue et j’ai rempli sa chatte de mon sperme, elle m’a demandé de lui expliquer comment sucer, pour la première fois, j’ai préféré me laver la queue pour ne pas la dégouter, très bonne élève et en très peu de temps elle suçait correctement, elle m’a demandée si elle était obligée d’avaler, je lui ai répondu que non qu’il fallait qu’elle goute d’abord et suivant son ressenti c’est elle qui déciderait si oui ou non elle accepterait de recevoir du sperme dans la bouche, je recommençais a bien bander elle a voulu me sucer d’avantage et m’a dit préviens moi quand ça va venir pour que je ne prenne qu’une goutte pour voir, elle suçait de mieux en mieux, j’ai senti que j’allais éjaculer, je l’ai prévenu, je me suis sorti de sa bouche au moment où les premières gouttes commençaient à venir, je comprimais très fort la base de ma queue pour retarder au maximum, elle a pris dans sa bouche le bout de mon gland, j’ai laissé échapper un peu de sperme, a priori elle a aimé, a engloutie le reste de ma bite, par petites saccades j’ai desserré l’étreinte, au final elle a tout pris et tout avalé, on s’est lavés, rhabillés, et avant de partir elle a voulu que je l’embrasse, a demain et j’espère qu’on ira plus loin, et c’est là qu’elle m’a dit qu’elle avait jouis pour la première fois de sa vie quand on a fait l’amour tous les trois, bien entendu Karim ne devrait jamais savoir qu’on se voyait sans lui et que je lui apprenais de bonnes choses, elle n’avait pas l’intention de s’en servir avec son mari, du moins pas pour le moment, je suis rentré chez moi heureux. Vendredi je devais récupérer Karim au train de 22h, j’ai dit à ma femme que je restais en ville pour manger avec des potes et qu’à 22h je devais récupérer le stagiaire au train. 18h je ferme le garage, je prends une bonne douche et en route pour retrouver Leila, j’ai pensé à prendre du gel et des capotes, elle m’ouvre la porte, elle est devant moi superbe, sa nuisette entrouverte elle se dandine sur un pied, j’entre je la serre dans mes bras, je l’embrasse, on se dirige vers la chambre, elle me dit être prête pour le grand saut, je lui enlève son tout petit vêtement, elle est nue, je me déshabille rapidement, j’allais m’occuper d’elle mais elle préfère me montrer qu’elle a bien retenue la leçon de la veille, je commençais à peine à bander, elle a pris ma bite dans sa main et l’a caressée par des mouvements de va et viens, j’ai de suite eu une érection, j’étais debout près du lit, elle s’est assise, a gobé ma queue, et comme la veille elle me l’a sucée, elle s’est aussi occupée de mes couilles, elle regardait ce que j’avais posé sur la table de nuit, je lui ai dit que ça servirait tout à l’heure pour la sodomie si elle le désirait vraiment, elle m’a dit pas tout à l’heure, maintenant, je lui ai dit que je devais la préparer et que ça risquait de pas lui plaire, je suis prête et de toute façon c’est pas sûr qu’on ait une autre occasion de se retrouver seuls tous les 2, tu me câlinera après surtout si j’ai mal, je la fait mettre à genoux sur le lit, je la pénètre dans son vagin et en même temps je lui introduit très délicatement un doigt enduit de gel, elle a un petit sursaut et elle me dit continue, je la baise doucement et j’ajoute un deuxième doigt, pas de réaction je continue à la branler, quand je sens qu’elle ne se contracte plus j’en ajoute un troisième, je me retire de sa chatte, j’enfile une capote que j’enduis de gel, je la préviens que je vais essayer et qu’elle n’hésite pas à m’arrêter si elle a mal, je lui écarte les fesses, je présente mon gland contre son petit trou, avec une énorme précaution je commence à l’introduire, elle a un sursaut, je m’arrête mais elle me demande de continuer, j’enfonce ma queue très lentement, tout à coup je la sent détendue, je continu ma progression, elle accompagne mon mouvement ce qui a pour résultat que ma bite termine au fond de son cul, mes couilles contre ses fesses, elle soupir, et bouge son bassin pour accompagner mes va et viens, elle a le souffle court, au bout d’un moment je sens que je peux accélérer la cadence, elle remue sa croupe plus vite, je vais jouir, je me sort de son cul , j’enlève la capote et je lui pénètre la chatte, elle était mouillée, elle avait jouie, rien qu’à y penser j’éjacule, elle se met sur le ventre, je m’allonge sur son dos en gardant ma queue dans son nid d’amour, nous somment restés soudés un bon moment, elle a voulu se retourner ce qui a eu pour effet de faire sortir ma bite qui ne bandait plus, on s’est enlacés et nous sommes restés immobiles pendant une bonne demi-heure sans dire un mot, elle a rompue le silence, j’ai eu très mal au début mais je sais maintenant que la prochaine fois ce sera plus agréable et j’espère que ce sera avec toi, tu as fait de moi une femme comblée, on s’est levé, lavés, habillés. 21heure il est temps de partir, pendant tout le trajet Leila me caressait la cuisse et entre deux changements de vitesse moi je laissais ma main contre sa chatte, on arrive à la gare avec trois quarts d’heure d’avance, je monte au dernier étage du parking, il n’y a qu’une dizaine de voitures, je trouve une place isolée et surtout où on ne pourrait pas nous surprendre, je me gare, on passe sur les sièges arrière, Leila en profite pour me dégrafer la braguette, elle a sorti ma queue, s’est penchée entre mes jambes et a commencé une fellation, elle m’a fait jouir rapidement, pour éviter que Karim ne sente l’odeur du sperme j’ai joui dans des mouchoirs en papier, je lui rend la pareil, excitée par le risque elle aussi a jouis rapidement, par contre moi je la nettoie, la cyprine n’a pas d’odeur prononcée mais ça tache, on se rajuste, je ferme la voiture mais je me ravise, je dis à ma maitresse de remonter et je redescend au premier étage, me gare en pleine lumière au milieux d’autres véhicules, elle me dit : tu penses à tout, il aurait pu trouver bizarre de voir ta voiture dans un coin isolé. On descend dans le hall, je lui demande si elle veut se rincer la bouche, oui mais de toute façons il ne m’a jamais embrassé sur la bouche, nous entrons chacun dans les toilettes, on se rince la bouche, je l’emmène à la cafeteria, elle prend un thé et moi une bière, pour masquer les éventuelles odeurs, 22h le train arrive, parmi les voyageurs qui en sortent on aperçoit Karim, il arrive un grand sourire aux lèvres, il pose un baisé sur le front de Leila, me serre la main, et nous voilà parti récupérer ma voiture, pendant le trajet il me caressait le peu de fesses qu’il pouvait, dans le rétro je voyais Leila qui s’amusait de voir le manège de son mari, sur la voie rapide il a pris ma main, il la posée sur son pantalon et j’ai sentis son pieux bien dure, je lui ai dit que ce soir ça ne le ferait pas, après consultation avec sa femme il a décrété qu’il m’enculerait une fois, pour ne pas rester toute la nuit avec la trique, et ta femme tu vas pas la baiser ce soir ? peut-être mais je veux d’abord te baiser toi, OK, on arrive chez lui, j’essaye de m’esquiver mais rien n’y fait, bon je me met à poil, lui il baisse juste son pantalon et son slip et m’encule au beau milieu du salon, j’ai pensais qu’il ne s’arrêterait jamais, Leila qui était dans la cuisine jetait un coup d’œil de temps en temps, la hargne avec laquelle son mari me pilonnait le cul avait l’air de l’amuser, enfin il a joui me déversant des flots de sperme chaud dans mon cul humide, le salaud avait réussis à me faire jouir du cul, passage obligé par la salle d’eau, Karim a pris une douche, pendant ce temps avec Leila on s’embrassait, se caressait, quand on n’a plus entendu l’eau couler, je suis parti au salon laissant Leila à la cuisine, il est arrivé à poil en train de se sécher les cheveux, j’ai pris congé et je suis rentré chez moi.
Une note et un petit commentaire d’encouragement, me permettras d’écrire la suite.
Merci d’avoir eu la patience de me lire.




Cette histoire est la propriété de son auteur : ne la copiez pas pour l'afficher sur un site autre qu'histoire-erotique.net

Ajoutez un commentaire pour cette histoire erotique:


Pseudo (*):


       Votre commentaire sur cette histoire(*):




Les champs marqués d'une étoile (*) sont indispensables.



Envie de voir vos écrits publiés?


Histoire-erotique.net vous donne la possibilité de les faire partager !

Pour cela, rien de plus simple : rendez-vous sur le formulaire pour envoyer votre histoire érotique!

A vos plumes !


Envie de laisser un commentaire sur le site? Une idée d'amélioration?

Faites le sur notre livre d'or !