Total : 1951
En attente : 157

Sexe
Soumis
Mature


Histoires par auteur

Hetero (709)
Entre hommes (144)
Entre femmes (51)
Transexuelle (62)
Premiere fois (141)
A plusieurs (679)
Jeune adulte (89)
Mature (24)
Soumis,soumise (153)
Inclassable (56)

SODOMIE DU MATIN FAIT DU BIEN
SEX SHOP ET BAISE AU PARKING
Je l'air sucé devant mon oncle
Mon Médecin
UNE SODOMIE ET AU LIT






114 Karim le stagiaire, une bête de sexe inépuisable (épilogue)

Ecrit par julien59
Parue le 09 mars 2015
Il y a 4 commentaires pour cette histoire


Cette histoire érotique a été lue 2707 fois | Cette histoire erotique a une note de : 10.5/20

Noter ce récit erotique !


Depuis quelques jours j’évite Kader, grâce à ma relation avec Leila j’étais arrivé à occulter mon côté homo, et je ne voulais plus recommencer, mais il avait réveillé en moi un désir que je croyais perdu, je vais essayer de n’avoir plus de relations homo mais je sais que cela va être très difficile, samedi arrive je vais rejoindre Leila, on s’embrasse, je la caresse, je sens à travers sa robe légère qu’elle n’a rien dessous, je l’emmène dans la chambre, je fais descendre les bretelles le long de ses épaules, je fais glisser son dernier rempart vers le sol, elle m’a enlevé le teeshirt, m’a dégrafé le pantalon et pendant que je m’occupe de ses merveilleux seins, elle laisse tomber mon pantalon et mon slip en les guidant vers le bas tout en se baissant, quand son visage arrive à hauteur de ma verge, avec sa langue chaude elle me lèche les couilles et remonte le long de ma bite pour la gober, je lui baise délicatement la bouche, elle entoure mes fesses de ses deux bras, elle a senti que j’allais jouir, je me suis répandu en elle, ma première éjaculation est toujours importante en quantité, elle se relève et viens m’embrasser, je trouve le gout de mon sperme dans sa bouche, elle n’avait pas tout avalé, je l’ai faite assoir au bord du lit et je me suis occupé de son minou et surtout du clito, quand elle a ondulé de plus en plus vite son bassin et que ma bouche se mouillait de cyprine, je savais qu’elle allait jouir, elle s’est brusquement cambrée, a poussé un gémissement continu et s’est laissée retomber sur le dos, je me suis allongé sur elle en l’embrassant, je lui taquinait le bout des seins avec ma langue, je recommençais à avoir une érection, elle l’a senti, s’est dégagée, m’a fait m’allonger sur le dos et elle m’a chevauchée, de temps à autre elle se couchait sur moi pour m’embrasser, du bout de ses doigts elle faisait rouler le bout de mes tétons, et à chaque fois ma bite réagissait, elle a changée de trou et s’est enculée toute seule en me caressant le torse, envahi par un plaisir fou je me suis vidé dans son bon cul, elle est restée empalée bien à fond, mes couilles contre son trou d’amour, j’ai senti mon sperme couler le long de ma queue, elle s’est levée, direction salle d’eau, je suis resté un bon moment couché sur le dos, ma réflexion était que je ne pourrais jamais me passer d’elle, je me suis levé, lavé, et je l’ai retrouvée assise, nue sur le canapé je l’ai rejointe, sans un mot on s’est serré l’un contre l’autre, on était bien, elle m’a dit que Kader avait l’air bizarre depuis quelques jours, j’ai voulu la rassurer, un petit problème au boulot, ou chez lui, surement rien d’important, je lui en parlerais demain matin puisqu’on devait se retrouver ensemble tous les trois, on s’est habillés et après un long baisé je suis parti, dubitatif j’ai décidé de faire un tour du côté de chez Kader, il était dans la cour avec un pote à lui, je n’ai pas ralenti et je me suis garé de l’autre côté du bâtiment, une dizaine de minutes passent et je le vois enfin arriver, il monte en voiture et je l’emmène, sur un parking d’un super marché, je lui dit que Leila le trouvait distant et qu’elle s’inquiétait, il m’avoue que depuis que je l’ai dépucelé il ne pense qu’à se faire enculer, il a trop aimé, il pense même acheter un gode pour palier à ses manques, il me demande si je connais des coins de drague, je lui dis que non et en plus c’est prendre des risques, il m’affirme savoir se défendre, je lui dis oui mais contre les maladies tu feras quoi sans oublier que tu peux nous contaminer Leila et moi, et oui il n’y avait pas pensé, avec aplomb il me sort « tu n’as qu'a m’enculer toi au moins se sera nickel » du moment où ça ne sera pas trop fréquent je veux bien, tout excité il me dit « on y va ? « non tu sais bien que je viens de chez Leila et en plus demain matin on doit y aller tous les deux » je lui propose de trouver un créneaux en semaine à la fin de mon boulot, je le ramène près de chez lui, il dit cet aprèm je vais la voir et lui faire l’amour pour la rassurer, je ne lui dirais pas que je t’ai vu j’irais même jusqu’à lui demander si tu seras présent demain, pendant tout le trajet il me caressait la bite à travers le pantalon, avant de descendre de la voiture il l’a serrée dans sa main et a dit à très bientôt, je suis reparti soulagé mais aussi quelque peu inquiet, dimanche matin j’arrive chez Leila avant l’heure prévue, j’ai la clé, j’ouvre, elle est en train de se doucher, elle me vois, me sourit, coupe l’eau elle sort de la baignoire, je l’essuie tout en l’embrassant, elle me dit avoir eu la visite de Kader, il s’est excusé de son comportement ces derniers jours mais il avait un petit souci au boulot, comme elle devait sortir, un rendez-vous chez le dentiste, ils se sont embrassés et avant de partir il lui a demandé si je serais là ce matin, elle lui a répondue bien sûr il me l’a confirmé ce matin, pourquoi il y a un problème ? « Non il me tarde d’être à demain », je lui dis je vois, il s’inquiète, pendant quelques temps il va falloir éviter le plus possible les rencontres à trois, même si on y trouve un piment supplémentaire, on va bien voir comment il va se comporter ce matin, on frappe à la porte, c’est lui, il nous embrasse, il nous demande si on a déjà commencé, non Leila viens de sortir de la douche et moi je viens juste d’arriver, tu vois bien que je suis tout habillé, il a un sourire, et nous voilà partis pour la chambre, on se déshabilles, Leila enlève la serviette qui était attachée à sa taille, nous somment nus tous les 3, Kader ne réagissant pas, je prends les devants, j’embrasse Leila en la serrant contre moi, elle sent mon désir monter en même temps que ma bite se raidie, elle passe sa main dans mon entre jambes et me branle, lui s’est collé contre son dos et se frotte contre son cul tout en lui caressant les seins, Leila se hisse sur la pointe des pieds et s’empale sur moi, ce mouvement a fait que la bite de Kader s’est engouffrée dans le cul, nous restons un moment dans cette position toujours debout, avec Kader nous coordonnons nos mouvements et en même temps je la baise et lui l’encule, position pas pratique, on se sépares, je me couche sur le dos Leila s’empale sur moi et Kader la sodomise, volontairement je laisse échapper ma bite, il la prend mais au lieu de la mètre de suite dans la chatte de Leila il se caresse le cul avec, elle récupère ma queue et s’empale à nouveau dessus, sous les coups de boutoir de Kader elle se baise toute seule, je sens sa cyprine couler le long de ma bite, elle jouit sans ne rien laisser paraitre, elle sent son cul se remplir de foutre, se contracte pour conserver la bite à l’intérieur de son cul, cette contraction a pour effet de me faire éjaculer, et là elle a les deux trous plein de sperme, elle s’allonge sur moi, m’embrasse, lui se couche sur elle, nous ne formant plus qu’un, on se désaccouple, elle va se laver, j’ai de la cyprine et du sperme sur ma queue, il se dépêche de me sucer pour me nettoyer, je lui dis de ne plus recommencer je ne veux pas mettre Leila mal à l’aise, il acquiesce d’un signe de tête, on va se laver, on retourne dans la chambre, elle est assise au bord du lit, je m’agenouille lui écarte les cuisses et j’y met ma bouche, a son contacte elle frémit, Kader lui présente sa bite au niveau de sa bouche, elle la gobe et la suce, d’une main elle appuyait sur ma tête, de l’autre elle se caresse les seins, à chaque fois que j’aspirais son clito elle se cambrait, Kader a jouis, j’ai bien ressenti quand elle a avalé son jus, ma bouche commençait à se mouiller de cyprine et elle a eu un énorme orgasme qui la fait retomber sur le dos, je l’ai empalée et je l’ai baisée, j’ai jouis, elle m’a gardé en elle, on lui a fait l’amour toute la matinée, Kader est parti le premier, Leila me dit que Kader devenait comme Karim qu’il ne se servait d’elle que comme vide couilles, elle ne retrouvait pas le garçon prévenant, doux, gentil, du début de leur relation, je l’ai embrassée, essayé de la rassurer mais sans conviction, je suis parti. J’ai retrouvé Kader qui m’attendait près de ma voiture, je lui ai dit qu’il avait tout cassé, il m’a dit « je sais, je vais disparaitre de votre vie, j’ai trouvé un amant qui ne pense qu’à m’enculer et c’est ce que je cherche, je vous souhaite bonne chance » je suis resté éberlué. Je suis retourné chez Leila, je lui ai dit que Kader m’attendait, je ne lui ai pas dit qu’il était devenu homo mais qu’il avait rencontré quelqu’un d’autre, contrairement à ce que je m’attendais, elle a parue soulagée, moi depuis que Kader m’a baisé je ne me suis plus jamais fais enculer, le temps a passé et avec Leila nous fêtons l’anniversaire de notre rencontre, et oui déjà vingt ans, je me suis débrouillé pour avoir un weekend, j’avais appris que ma femme avait un amant depuis plusieurs années et ça ne me dérangeais pas vraiment, j’avais moi aussi une maitresse, on en a parlé et ce weekend nous arrangeait tous les deux, j’ai emmenée Leila fêter ce beau jour en Espagne, je lui ai offert une bague, et à ma grande surprise elle m’a offert une superbe montre, nous somment restés pratiquement ces deux jours dans la chambre d’hôtel, nous somment toujours amants, je découche souvent, ma femme aussi, nous avons décidé que puisque nous avions tous les deux une aventure sérieuse, du moment qu’aucun de nous ne souffrait et que son amant était marié, continuons comme ça, je passais souvent la nuit chez Leila, ma femme à l’hôtel avec son représentant d’amant, je pense que l’on va partir en vacances au Maroc, son mari est mort depuis longtemps, et il y a un problème de succession, le vieux bonhomme avait beaucoup de biens, elle a décidé de tout laisser à sa belle-famille, en contrepartie du versement de sa dot mensuelle revalorisée et un appart , compromis accepté, appartement dont nous avons profité pendant notre séjour, elle l’a prêté à ma femme pour ses vacances avec son amant, je vis toujours en alternance entre Sylvie ma femme et plus souvent chez Leila ma maitresse. Sylvie et Leila ne se sont jamais rencontrées mais elles s’apprécient. J’ai été désolé d’apprendre que Kader était devenu la pute d’un quartier pas très recommandable son amant le loue a qui veut baiser.
Voilà mon récit réel se termine
Une note et un petit commentaire d’encouragement, me fera plaisir.
Merci d’avoir eu la patience de me lire.








Cette histoire est la propriété de son auteur : ne la copiez pas pour l'afficher sur un site autre qu'histoire-erotique.net

Ajoutez un commentaire pour cette histoire erotique:


Pseudo (*):


       Votre commentaire sur cette histoire(*):




Les champs marqués d'une étoile (*) sont indispensables.



Envie de voir vos écrits publiés?


Histoire-erotique.net vous donne la possibilité de les faire partager !

Pour cela, rien de plus simple : rendez-vous sur le formulaire pour envoyer votre histoire érotique!

A vos plumes !


Envie de laisser un commentaire sur le site? Une idée d'amélioration?

Faites le sur notre livre d'or !