Total : 1951
En attente : 240

Sexe
Soumis
Mature


Histoires par auteur

Hetero (717)
Entre hommes (158)
Entre femmes (52)
Transexuelle (64)
Premiere fois (153)
A plusieurs (696)
Jeune adulte (106)
Mature (32)
Soumis,soumise (155)
Inclassable (58)

SODOMIE DU MATIN FAIT DU BIEN
SEX SHOP ET BAISE AU PARKING
Je l'air sucé devant mon oncle
Mon Médecin
UNE SODOMIE ET AU LIT






2) Ma jolie petite voisine et sa mère (2)

Ecrit par ju31000
Parue le 18 mars 2015
Il n'y a pas de commentaire pour cette histoire


Cette histoire érotique a été lue 6289 fois | Cette histoire erotique a une note de : 15/20

Noter ce récit erotique !


Avec Anne nous faisons l’amour deux à trois fois par semaine, selon nos disponibilités, dès qu’une occasion se présente, sa mère Marie et moi faisons aussi l’amour, elle aimes que je lui présente des potes à moi qui ne savent pas faire l’amour, elle a une âme d’enseignante, moi je préfère Anne, elle est docile et accepte tout, sauf crade et brutal bien sûr, un jour sa mère arrive alors qu’on venait de commencer, elle est arrivée à poil dans la chambre, s’est installée sur le lit à nos coté et pendant que je m’occupais du minou de sa fille, elle s’est mise à califourchon sur Anne et lui a présenté sa chatte pour se faire sucer, cette situation m’a excité au plus haut point, j’ai lâché le minou d’Anne et je l’ai pénétrée, je lui bourrais la chatte pendant que j’avais devant mes yeux le cul de marie qui ondulait sous la caresse buccale de sa fille, j’en pouvais plus, marie a vu qu’elle m’excitait, elle s’est penchée un peu plus sur sa fille, je voyais son trou du cul qui me narguait, je suis sorti de la chatte de ma belle, j’ai enculé marie, elle tenait la tête de sa fille contre son vagin, elle s’est mise à onduler du bassin, a poussé des gémissement et a jouis dans la bouche d’Anne, j’ai accéléré mes va et viens et j’ai jouis dans son beau cul, elle s’est relevée nous a embrassés et elle est partie se laver, avec Anne on s’est regardés et on s’est mis à rire de cette situation cocasse, on a repris nos ébats, je l’ai sucée, baisée, enculée et nous avons terminés par un 69 d’anthologie, j’ai trouvé qu’elle suçait mieux que sa mère, je le lui ai dit, elle m’a remercié de ce compliment. Un jour après avoir fait l’amour elle m’a demandait si je serais jaloux si un jour on faisait l’amour avec un autre garçon, je lui ai demandé si elle connaissait quelqu’un de précis, « non mais je suis sûr que toi tu trouveras quelqu’un de bien » j’avais bien une petite idée, un copain que marie avait déniaisé, sur ce je me lève, me lave, je l’embrasse, je vais dans la chambre de sa mère, je lui raconte le désir de sa fille, elle se met à rire et me dit « cette petite me ressemble beaucoup elle aimes la bite et je dirais même les bites » je luis parle d’André, elle hoche la tête et me dit oui c’est un bon coup, j’ai même envie qu’un jour on fasse une partie tous les 3, ne voulant pas être là le jour où il viendrait pour qu’on s’occupe de sa fille, samedi je serais tout l’après-midi en répétition si tu veux organiser ta petite sauterie, je retourne dans la chambre d’Anne, je lui propose le rendez-vous, je lui dis que c’est un des garçons que j’ai présenté à sa mère, elle est d’accord, comme elle est assise au bord du lit, je m’agenouille, lui écarte les cuisses et je m’occupe de son minou jusqu’à ce qu’elle jouisse, elle se met à quatre pattes et je l’a baise, je jouis assez rapidement, on va se laver et je monte chez moi, je croise Robert mon frère ainé, avec un petit sourire il me demande qui je baise la mère ou la fille, timidement je réponds les deux, il écarquille les yeux, me dit et bien mon cochon moi avec la mère ça me suffit, et là c’est moi qui reste baba, il me dit d’ailleurs samedi on va chez un couple d’amis à elle pour faire une partouze elle est gourmande la coquine, ok c’est ça sa répétition, je téléphone à André, et on se cale un rendez-vous une heure plus tard, il arrive en bas de chez moi, je le briffe rapidement, il me dit préférer la mère, il trouve que la fille est un peu jeune, ça se voit que tu l’a connait pas, moins vicieuse que sa mère, mais aussi active, plus elle en a plus elle en veut, et de toute façon je vais aussi organiser une partie à trois avec Marie, le sourire lui reviens de suite, il me donne son accord, samedi 14h directement chez Marie, on est seulement jeudi je piaffe d’impatience, n’y tenant plus je glisse un mot à Anne, « libre cet après-midi » un petit bout de papier vert sur son paillasson, c’est ok, je guette le départ de Marie et je descends rejoindre Anne, je rentre direct je sais qu’elle m’attends, je vais dans sa chambre, elle est nue sur le lit, les genoux relevés, tantôt elle les écartes tantôt elles les referment, je me déshabille et je vais directement chercher son puits d’amour avec ma bouche, elle jouis, avec ma langue je nettoie la cyprine qui coule sur mes lèvres, je vais pour me positionner pour la baiser, elle referme ses jambes, « alors à tu arranger notre rencontre à trois ? ma mère m’a parlée d’André, elle m’en a dit beaucoup de bien elle a aimé le dépuceler » et oui je ne savais pas qu’il n’avait jamais niqué une nana, Marie a du se régaler, je lui ai dit qu’il serait là, pendant cet intermède elle me branlait délicatement, rassurée elle a pris ma bite dans sa bouche et m’a fait une pipe, j’ai jouis, elle a avalée mon sperme en me regardant droit dans les yeux, je me suis couché sur le dos, elle s’est mise à cheval sur moi, s’est empalée, et elle s’est baisée quand j’ai vu qu’elle pinçait ses lèvres j’ai compris qu’elle allait jouir, je lui ai soulevé le derrière et j’ai changé de trou, elle m’a chevauché sauvagement et elle a jouis dans un râle, j’avais le ventre plein de son jus, elle s’est couchée sur moi, j’en ai profité pour rechanger de trou et je l’ai baisée, quand j’ai jouis j’ai ressenti un plaisir sans précèdent, on est restés soudés ensemble, on avait pas envie que ça s’arrête, toute chose même les meilleurs ont une fin, on s’est levés, direction la douche, je l’ai savonnée en la caressant sur tout le corps sans oublier ses beaux seins et ses parties intime, je l’ai rincée, elle n’arrêtait pas de m’embrasser partout, elle s’est arrêtée sur mon sexe et m’a gratifiée d’une superbe pipe, elle a avalé mon sperme, je me suis lavé, sortis de la douche j’ai continué à la caresser, je l’ai séchée, elle en voulait encore mais moi j’étais vide, je lui ai dit que samedi elle serait comblée, deux males pour elle toute seule. Le lendemain André viens me voir il était anxieux, tu es sur que Marie sera absente, je ne voudrais pas qu’elle sache que je vais baiser sa fille, pas de problème c’est elle qui t’a choisi, et je suis sûr qu’elle ne sera pas là, je sais même avec qui elle sera, je connais très bien son mec. Samedi, Robert ce prépare, il me lance des regards complices, Marie lui a dit ce qui allait se passer chez elle avec Anne, on part ensembles, dans les escaliers il me dit que Marie voudrait bien qu’on se fasse une partie tous les trois les deux frères et elle et qui sait une autre fois mère et fille et nous deux, je suis abasourdi, il faut que j’y réfléchisse, tous trois oui mais avec Anne je ne sais pas si elle le voudra, c’est à sa mère de lui en parler, sur ce je m’arrête au second et lui s’en va, Marie l’attend à l’arrêt du bus, j’entends mon frère dire bonjour à André, j’attends sur le palier, il arrive il est tout excité, on entre, personne, je vais dans la chambre suivi d’André, elle est là superbe dans des dessous affriolants, je devine qu’elle n’a ni slip ni soutiens gorge, elle l’avait déjà vu quand il venait prendre ses leçons, on s’est approchés d’elle, je l’ai embrassée, André lui s’est contenté de lui caresser les épaules, je lui ai enlevé sa nuisette, elle était nue devant nous, André a pris l’initiative il l’a faite assoir sur le bord du lit, et a entrepris de s’occuper de son minou, moi je me dessape j’avais juste mon pantalon et un teeshirt sur moi pas de slip, je me retrouve à poil, je monte sur le lit, m’accroupis à côté d’elle, ma bite près de son visage, elle l’enfourne et me suce avec ardeur, elle sait que la première fois je jouis rapidement, et je lui remplis la bouche de mon sperme, elle l’aval, je sens qu’elle aussi va jouir, André se retrouve avec la langue et la bouche mouillée par la cyprine, il se relève se met à poil, il bande comme un taureau, c’était la première fois que je voyais son sexe, plus long et plus gros que le mien, j’aide Anne à se mettre dans le bon sens du lit, je demande à André de se coucher sur le dos, Anne s’empale sur ce gros pieu, je me positionne derrière elle et je l’encule, je vois qu’elle prend beaucoup de plaisir, ses deux trous remplis par nos deux bites, elle remue son ventre pour accélérer la cadence, on ne se fait pas prier et on la pilonne a toutes vitesses, je sens qu’elle se crispe, elle va jouir, elle gémis, elle râle et d’un coup elle se raidit et pousse un cri, ça nous fait de l’effet car on jouis presque ensemble, elle a les deux trous plein de foutre, André lui a la queue mouillée de cyprine, elle en veut encore, André et moi on change de place et de trous et on recommence à la baiser, elle accompagne nos coups de butoir, André se sort du trou du cul et viens rentrer son engin dans la chatte déjà occupée par ma pine, on synchronise nos mouvements et on la baise en double pénétration, elle aimes ça la chérie, elle s’active sur nos queues, je sens son jus couler sur ma bite, pour une première c’est réussis, on passe l’après-midi a la baiser, enculer, se faire sucer, elle est drôlement gourmande la gamine. 17 heure, Marie risque d’arriver, André ne veut pas la rencontrer pour le moment, il va se laver, s’habille et après un long baisé à Anne il s’en va, avec elle je reste allongé sur le lit, on se câline, elle veut que je la baise une dernière fois, je lui fais comprendre que je n’arrive plus à bander, elle me suce mais rien n’y fait, je suis désolé, on parle de ce que nous avons fait au cours de l’après-midi, sa mère lui avait parlé de double pénétration vaginale et anale, elle me demande pourquoi on ne l’avait pas fait en anale, « je ne voulais que tu te fasse exploser ton superbe cul, tu as bien senti que le gros chibre d’André t’a fait mal au début » « oui mais après j’ai aimé » « OK la prochaine fois on essaye mais je vais trouver quelqu’un qui soit monté moins gros » « surtout pas me dit-elle, si maman en prends deux grosses moi aussi je peux » nous y voilà, elle est en compétition avec sa mère, elle va y réfléchir et en parler avec Marie, sur ce je me lève, me lave, lui fait un gros câlin, et après un long baisé je m’en vais.

La suite bientôt.







Cette histoire est la propriété de son auteur : ne la copiez pas pour l'afficher sur un site autre qu'histoire-erotique.net

Ajoutez un commentaire pour cette histoire erotique:


Pseudo (*):


       Votre commentaire sur cette histoire(*):




Les champs marqués d'une étoile (*) sont indispensables.



Envie de voir vos écrits publiés?


Histoire-erotique.net vous donne la possibilité de les faire partager !

Pour cela, rien de plus simple : rendez-vous sur le formulaire pour envoyer votre histoire érotique!

A vos plumes !


Envie de laisser un commentaire sur le site? Une idée d'amélioration?

Faites le sur notre livre d'or !