Total : 1923
En attente : 24

Sexe
Soumis
Mature


Histoires par auteur

Hetero (676)
Entre hommes (118)
Entre femmes (51)
Transexuelle (59)
Premiere fois (111)
A plusieurs (653)
Jeune adulte (73)
Mature (19)
Soumis,soumise (143)
Inclassable (44)

Ma kiné a tout compris!
Le désir 6
Le désir 5
1ère fois
Les obligations du service






Adorable Maîtresse

Ecrit par Sandratvtg
Parue le 07 mai 2007
Il y a 2 commentaires pour cette histoire


Cette histoire érotique a été lue 11221 fois | Cette histoire erotique a une note de : 16.4/20

Noter ce récit erotique !


C’est avec impatience que j’accueille Barbara. C’est une merveilleuse trans aux formes parfaites qui ne demande qu’à donner du plaisir.
Elle n’a aucun tabou lorsqu’elle se trouve en confiance et affiche une exceptionnelle féminité tant physique que mentale.

Comme nous avons des rapports protégés avec nos autres partenaires, nous apprécions de pouvoir faire l’amour sans préservatif lors de nos rencontres.

Nous portons aujourd’hui nos plus excitants dessous pour mettre en scène nos fantasmes.

- Ma lingerie va te faire craquer, me dit-t-elle d’un air coquin.
Impatiente, je dégrafe un bouton de son corsage et m’aperçoit qu’elle a utilisé tous les artifices de la féminité pour être plus belle et désirable. Elle me dévoile sa poitrine généreuse et se cambre pour mettre en valeur le galbe parfait de ses seins siliconés. Elle saisit ma queue pour s‘assurer de son effet et sourie de la voir frémir de désir.

J’admire un instant sa jupe ultra courte qui fait apparaître le pli de ses fesses et laisse dépasser ses jarretelles qui tendent ses bas à coutures.

J’ai une forte envie de la violer lorsqu’elle se penche pour ajuster ses bottes de lit à talons aiguilles d’où sortent deux cuisses fermes et fuselées.

Puis, elle me tend un verre d’eau avec un comprimé de viagra dans la main.

- Avale moi ça, tu en auras bien besoin ma chérie car je suis décidée à te faire l’amour toute l’après midi en te réservant quelques surprises qui vont t’épuiser, me dit-t-elle d’un regard brûlant.
Excitée par ses paroles, je tombe à ses genoux et remonte mes mains sous sa jupe pour lui retirer sa culotte en satin.
Je libère ainsi sa queue gorgée de sang qui jaillit d’un coup sous mes yeux.

Sans attendre, je lui glisse un slip très sexy, fendu en son milieu qui met en valeur sa magnifique érection et expose opportunément ses fesses.

La tête sous son jupon, je lubrifie généreusement son fourreau et lui dis :

- Ecarte bien tes cuisses ma chérie, je vais t’assouplir l’œillet.
Elle me sourie et ouvre ses jambes avec grâce.
Je l’entends étouffer un soupir de volupté quand je lui enfonce le plug avec douceur.

Puis, elle s’assoit devant la glace et s’amuse à faire crisser ses bas en les frottant sensuellement l’un contre l’autre. Les yeux fermés, elle contracte ses fesses pour sentir le jouet vivre dans son intimité. Je ne résiste pas à l’envie de la trousser en sentant ma queue se durcir lorsque j’explore ses seins magnifiques.
Stimulée par sa beauté, je soulève à nouveau ses dessous. Ma main effleure ses jarretelles en se glissant dans la fente de son slip pour saisir son sexe tendu qui me fait découvrir ses attentes.
Elle frissonne de plaisir lorsque mes lèvres se posent sur la chair tendre de ses cuisses pour mordiller le plug plongé dans son ventre.
Prise d’une pulsion subite, elle se lève très excitée et se place devant moi, un gode surgi de nulle part à la main.
Elle admire à son tour ma guêpière noire ornée de dentelle blanche sur laquelle sont accrochés des bas à coutures de même couleur qui encadrent ma verge en pleine érection. Son regard s’attarde sur ma poitrine dotée de somptueuses prothèses en silicone qui la rendent plus vraie que nature.

Elle se place derrière moi et enroule tendrement son bras sous mes seins avant de me chuchoter à l’oreille :

- Je vais moi aussi t’élargir l’oeillet ma belle.
Etant en équilibre instable sur mes talons aiguilles, elle me culbute facilement sur le lit. Puis, elle replie mes cuisses sur ma poitrine en posant le gode contre ma rondelle.

Elle me fixe d’un regard torride et attend quelques instants avant de passer à l’action.

Soudain, d’une main assurée, elle me transperce d’un coup puissant.
J’ai l’impression qu’elle m’ouvre en deux. Une douleur vive me traverse le ventre lorsque mes chairs cèdent brutalement devant la violence de l’assaut.

Barbara regarde d’un air amusé mes jambes gainées de nylon brasser désespérément l’air pour tenter d’échapper à son emprise.
Experte, elle tourne lentement le gode de gauche à droite en exerçant des pressions très précises sur ma glande d’amour. Epinglée comme un papillon, je la laisse s’activer un moment en moi avant de saisir le pieu qui m’empale pour lui montrer comment me donner davantage de plaisir.

Dopée par ce spectacle, elle m’observe longuement en perfectionnant vite sa façon de me fourrager le cul.
Après un long moment de plénitude qui me laisse au bord de l’orgasme, elle m’enfonce avec sa paume de main cet énorme sexe jusqu’au ras des fesses.

- Te voilà bien farcie ma belle et je vais maintenant t’exploser le clito, me dit-t-elle d’une voix sensuelle en s’emparant de ma queue humide de désir.
A peine l’a-t-elle prise en main, qu’un flot épais de sperme ruisselle entre ses doigts.

Satisfaite d’avoir apaisé ma libido, elle s’assoit devant la coiffeuse pour faire une retouche à son maquillage. Elle se relève et dégrafe avec nonchalance sa jupe qu’elle laisse retomber à ses pieds.
Elle me jette un regard en coin lorsqu’elle l’enjambe gracieusement en me dévoilant ses dessous.

Harnachée comme une courtisane, elle est sûre de sa féminité et une lueur d’excitation brille sous ses paupières lorsqu’elle me voit trembler de désir.

J’admire un instant ses yeux en amande et son visage encadré par une longue chevelure blonde qui ondule sur ses épaules.
Elle porte un corset en satin rose et noir avec un slip assorti. Dix jarretelles excitantes ont pour mission de maintenir les coutures de ses bas bien alignées lors de nos joutes amoureuses.
Campée sur ses bottes à talons aiguilles, je la sens prête à céder à mes moindres caprices.

La taille bien prise dans son corset qui met sa croupe en valeur, elle virevolte et se frotte amoureusement contre moi. Je l’enlace et l’embrasse à pleine bouche en sentant son genou remonter lentement entre mes jambes. Je reste tétanisée devant cette merveilleuse créature qui sait si bien me faire vibrer.
Elle s’amuse de mon trouble et m’entraîne vers le lit.
Allongée sur le dos, elle ouvre lentement ses cuisses et écarte malicieusement la fente de son slip pour retirer le plug.


- Baise moi maintenant, j’en meurs d’envie m’avoue-t-elle d’une voix sensuelle.

Avec fébrilité, je me penche sur elle et contemple son anneau qui s’ouvre comme une fleur. Sa longue queue dressée, tressaute d’excitation en se balançant lourdement à quelques centimètres de mon visage.

- Fais-moi jouir avant que je m’occupe de toi, rajoute-t-elle d’un air prometteur.

Je lui bande les yeux pour qu’elle n’anticipe pas sur ce que je lui réserve et prends son sexe en bouche pour maintenir sa magnifique érection.

Puis, je lui attache les chevilles et les poignets aux quatre angles du lit.

Sans défense, elle attend confiante la suite des événements.
Je la laisse quelques minutes dans le silence pour qu’elle fantasme sur ce qui va lui arriver.
Elle entend le crissement de mes bas lorsque je m’approche d’elle.
Sa respiration se fait plus rapide et je vois sa superbe poitrine se soulever en cadence.

Saisissant un vibromasseur, je stimule son gland et m’attarde sur son frein jusqu’à ce que je recueille quelques gouttes de sève que je dépose sur ses lèvres.

Puis, ma main recouverte d’un gant lubrifié introduit progressivement un, deux, puis trois doigts dans sa grotte à la recherche de sa glande intime.

Je la trouve facilement et la presse avec douceur en la massant avec insistance.

Submergée par le plaisir, elle cambre ses reins pour m’aider à mieux la fouiller.

J’en profite pour glisser un anneau pénien sur sa queue tendue qui est prête à exploser.

Je sais maintenant que Barbara conservera sa forte érection et j’ai une envie irrésistible de m’embrocher sur elle.
Lui faisant face, je m’assois à califourchon sur son ventre en prenant sa verge tendue pour la guider dans mon fourreau. Je creuse le dos et m’enfonce sur sa queue en laissant échapper un cri de plaisir. Je me suis empalée jusqu’à la racine de son sexe car je sens ses bourses me cogner l’intérieur des cuisses.

Je reste un moment immobile pour éviter qu’elle n’éjacule trop vite.
Mes mains prenant appui sur ses seins, j’entame de lentes et puissantes bascules du bassin d’avant en arrière qui l’affolent et la laissent pantelante au bord de l’orgasme.

J’attends qu’elle se calme avant de poursuivre. Puis, je fais tournoyer mes fesses en me servant de sa queue comme pivot.

Le souffle court, Barbara m’implore d’une voix suppliante :

- Doucement ma chérie, ne me fais pas jouir trop vite.

Je lui accorde un instant de répit en m’arrêtant de me trémousser pour lubrifier un gode de bonne taille.

Surprise, elle se raidit quand je le presse à l’entrée de sa grotte. La bouche ouverte, la poitrine palpitante, elle se laisse sodomiser sans broncher.

Après une courte résistance, il s’enfonce d’un coup dans son ventre.
Barbara partage avec moi ce moment de plénitude féminine, totalement comblée par ce sexe imposant.

Pendant que je m’empale de plus belle sur sa verge, elle écarte les cuisses pour m’encourager à l’explorer.

Attentive à ses moindres tressaillements, je la laisse le plus longtemps possible au bord de l’orgasme.

Quand je la vois s’agiter frénétiquement, je sais que le point de non retour est atteint.


- Ne cherche pas à me résister, laisse toi aller ma belle, lui dis-je
Je pousse alors le gode à fond dans sa croupe en m’agitant sur sa queue pour la faire décharger.

Une vague de plaisir l’emporte et je sens une coulée chaude m’envahir les reins.

- Laisse moi te vider complètement ma chérie, lui dis-je en mobilisant mes muscles entraînés. Epuisée, elle râle doucement lorsque je contracte mes fesses pour pomper ses dernières forces.

J’attends qu’elle reprenne ses esprits pour introduire mon sexe brûlant dans sa bouche. Elle l’avale rapidement en gobant mes bourses au passage.

Très expérimentée, elle me titille le gland avec sa langue et creuse ses joues pour mieux me pomper.

Rapidement, ma verge tremblante de désir laisse fuser mon sperme en giclées lourdes et épaisses qui lui éclaboussent les lèvres.
Totalement apaisée, je peux à nouveau me concentrer sur elle et lui dis :

- Tu vas découvrir maintenant une association magique ma belle. C’est une véritable pompe à sperme à laquelle tu ne résisteras pas longtemps.

Je sors un plug du tiroir de la table de nuit et gonfle rapidement le ballonnet dans ses fesses pour comprimer sa glande intime.
Très réactive, elle se défend et laisse échapper un mince filet de sperme sur son bas.

- Ton clito coule trop tôt ma chérie, essaye de te retenir, lui dis-je en souriant.

Plusieurs fois de suite, j’amplifie le volume du ballonnet en le dégonflant dés que la tension semble trop forte.
Barbara s’habitue à ce jeu et me demande des pressions plus importantes.

Chaque insufflation supplémentaire écarte un peu plus ses chairs en stimulant son point G.

Elle respire de plus en plus fort et contracte ses muscles intimes pour résister à ces tensions internes.

Elle gémit de plaisir quand je déclenche les vibrations du plug qui lui irradient le ventre.

Très excitée, elle s’agite et tire sur ses liens.
Voyant que ses contractions anales se rapprochent et deviennent plus fortes, je décide alors de l’achever à ma manière.

- Tu vas jouir longuement ma belle, lui dis-je.

Allongée entre ses jambes, j’applique le vibromasseur sur son frein.
J’arrête les vibrations dés qu’une goutte de liqueur perle à la surface de son gland et je recommence à nouveau jusqu’à ce que sorte la suivante. Je reproduis plusieurs fois ce scénario qui la rend folle de plaisir.

La voyant au bord de l’orgasme, je la laisse souffler un instant avant de regonfler fortement le plug.

Elle résiste un moment à la pression.
Puis soudain, elle pousse un cri déchirant en s’affaissant d’un coup, car elle ne peut plus s’opposer à cette force phénoménale qui lui dilate l’intérieur.

Je diminue alors le volume du ballonnet et lui dis :

- Maintenant ma chérie contracte tes fesses en cadence si tu veux jouir du cul.

Suivant mes conseils, elle mobilise ses muscles internes en y prenant du plaisir. Quelques secondes plus tard, je vois son sperme couler en un jet continu et régulier sur son corset.

- Vide toi complètement ma chérie, lui dis-je en caressant son frein.
J’attends qu’elle soit totalement apaisée avant de la détacher et lui enlever son bandeau.

Nous faisons une longue pause pour récupérer des forces avant de reprendre nos jeux.

Un moment plus tard, je renverse Barbara sur le dos et me place à genou face à elle en posant ses bottes à talons aiguilles sur mes épaules. Dans cette position, ma queue vient s’appuyer naturellement contre sa rosette.


La pression de mon sexe efface peu à peu les plis de son anneau qui finit par céder rapidement à mon ardeur.
Aspirée par son cul sublime, ma queue s’engouffre entièrement dans ses fesses.

Je suis fascinée de voir sa rosette se dérouler sur ma hampe quand je me retire et s’enrouler à nouveau dessus quand je m’enfonce dans ses reins.
Je la masturbe en lui décalottant lentement le gland à chaque va et vient. Mes yeux rivés dans les siens, je la besogne sans m’arrêter. Un moment plus tard, le corps agité de spasmes, elle déverse un flot de sperme sur son corset.

Comblée par cet orgasme, elle me garde en elle pour me faire jouir.
Avec l’expérience d’une Messaline, elle croise ses jambes dans mon dos pour me tenir serrée contre elle. Ondulant du bassin, elle aspire mon sexe en cadence en me malaxant les fesses avec ses mains.

Au moment crucial, elle m’enfonce sournoisement un doigt dans l’anus qui me fait décharger convulsivement toute ma semence dans ses fesses.
Je me retire doucement de ce nid d’amour en abandonnant quelques gouttes de sperme sur la dentelle de son slip.

Après un bref répit, insatiable, elle serre ma queue entre ses cuisses gainées de nylon en la frottant sensuellement sur ses bas satinés.
Le contact des fibres sur mon gland m’électrise et je m’abandonne à ce massage qui me fait bander rapidement.

Puis, elle se place à genoux entre mes jambes pour s’occuper plus sérieusement de moi.

D’un regard lourd, elle agite un gode à sculptures saillantes.
- Tu vas sentir chacun de ses reliefs te rôder la pastille, me souffle-t-elle en m’écartant les fesses
Avec excitation, elle le plonge dans mon oeillet qui s’élargit démesurément.

J’éprouve un certain plaisir à sentir les grosses veines de ce sexe me défoncer l’anus.

Experte, Barbara me masturbe d’une main et m’empale lentement avec l’autre. Sans me lâcher des yeux, elle tourne lentement le gode pour que je sente son relief tourmenté me labourer les entrailles.
Quand elle voit mon regard se voiler, elle me comprime la racine du sexe pour m’empêcher d’éjaculer trop vite.

Je resserre les jambes et les frotte l’une contre l’autre pour amplifier mon plaisir. J’emprisonne ainsi le gode et sa main qui fouillent les moindres replis de ma muqueuse.


- Ecarte les cuisses pour que je finisse de t’ouvrir le cul ma chérie, me dit-elle en s’excitant lorsqu’elle voit les premières gouttes de sperme perler à la surface de mon gland.

Déchaînée, elle colle alors ses lèvres contre les miennes pour étouffer mes plaintes avant de me transpercer jusqu’à la garde.
Avec un frisson d’excitation Barbara contemple le pal qui sort de mon ventre.

- Ne bouge plus, je vais maintenant m’empaler sur toi, me dit-t-elle.
Elle me chevauche en me tournant le dos et engloutit peu à peu ma queue dans sa grotte humide de désir.

Puis, à deux mains, elle saisit le pieu qui m’embroche en me laminant le ventre de plus belle.

Voyant mon anneau se contracter fréquemment, elle sait que je vais bientôt perdre ma semence.

Très excitée par ce spectacle, elle me caresse les bourses en décrivant avec le gode de larges mouvements circulaires pour amplifier mon plaisir.

Mes jambes se mettent à trembler et j’essaie vainement de retenir mon sperme avant d’exploser dans ses reins pendant qu’elle continue à me goder pour prolonger mon bonheur.

Puis, elle me retourne sur le ventre en relevant ma nuisette.
Sa main s’attarde sur mes cuisses gainées de bas et ornées de jarretières.

Son désir monte fortement quand elle voit le gode planté dans mes fesses s’agiter sous l’effet de mes contractions anales qui témoignent de mon intense jouissance.

Avec impatience, elle le retire en laissant mon oeillet grand ouvert.

- J’ai une envie folle de te baiser, me dit-t-elle.

Stimulée par cette vue, elle pointe son sexe turgescent contre ma rosette et l’engage avec une lenteur calculée en s’arrêtant dés que la couronne de son gland passe mon anneau. Elle me chuchote à l’oreille :

- Cambre toi davantage mon ange pour que je puisse t’enfiler à fond.
La tête dans l’oreiller, encore toute chavirée de plaisir, je fais ressortir ma croupe en attendant son assaut.

Elle s’enfonce d’un coup de rein puissant avec une facilité qui la déconcerte, oubliant qu’elle m’a fortement élargi le passage avec le jouet précédent.

Elle écarte mes fesses pour rendre plus efficace ses va et vient qui me font fondre de plaisir. Allongée sur moi, elle me mordille l’oreille et la nuque en me donnant des frissons.

- Te voilà bien prise ma belle, s’exclame-t-elle en me pénétrant jusqu’à la racine de son sexe.

Totalement comblée, je vis pleinement le moment présent.

Je me découvre des talents de courtisane en sachant qu’à tout moment je peux terrasser cette queue qui me fouille.

J’éprouve d’autant mieux ce sentiment de puissance que je vois Barbara succomber peu à peu à mon massage fessier. Elle finit par s’affaisser sur moi en m’inondant de son foutre. Je prends mon temps pour remettre de l’ordre dans mes dessous en tirant sur mes bas pour aligner les coutures.

Je vois alors s’échapper de mes fesses une épaisse coulée blanchâtre qui se transforme rapidement en un flot de sperme ininterrompu s’infiltrant dans mes jarretières.


- Tu m’as mise la dose mon ange, lui dis-je admirative.
Barbara éponge aussitôt ce trop plein de sève en me tamponnant l’œillet de son mieux.

Nous prenons un repos bien mérité avant de poursuivre.
Pressée de reprendre nos jeux coquins, Barbara s’occupe ardemment de moi.

Elle pose avec précision un vibro sur mon frein et m’enfonce lentement son majeur dans l’anus. Elle le fait tourner habilement en me décochant un regard torride. Sous l’effet conjugué des vibrations et de son massage efficace, j’ai très vite une forte érection.
Je reste en admiration devant sa grande expérience qui me fait trembler de plaisir.

Tête bêche, nous continuons à nous exciter mutuellement avec un vibro en nous caressant sans aucune retenue :

Je la masturbe et lui pompe le sexe pendant qu’elle m’applique les mêmes gâteries sur un registre différent.
Je saisis un gode de taille moyenne pour la pénétrer, alors qu’elle me plante un gros calibre dans les fesses.

Je la sodomise avec douceur en recherchant ses points faibles tandis qu’elle m’empale d’une manière plus virile en fouillant vicieusement les moindres recoins de ma grotte.

Fortes de notre expérience, on s’engode longuement, excitées de voir nos queues se durcir en s’entendant gémir tour à tour de plaisir.
Lorsque Barbara me défonce les reins, je sens qu’elle s’enfonce plus loin que d’habitude et devant mon regard étonné, elle me dit :

- Je ne t’ai encore jamais prise avec un tel monstre ma chérie.
Nos corps vibrent à l’unisson et nos verges tremblantes de désir perdent quelques gouttes de sperme à chaque stimulation.
Sachant que j’adore l’orgasme anal, Barbara se concentre sur cette tâche.

Elle remue lentement le gode dans mon fourreau pour le déclencher.
Lorsqu’il arrive, elle me caresse le gland pendant que je décharge longuement dans sa bouche.

Peu de temps après, elle ne résiste pas au vibromasseur que j’applique sur son frein et je vois sa liqueur couler en jets épais sur mes seins.
Puis, j’écarte ses cuisses pour lui enlever le gode. Il me résiste sans doute retenu par ses contractions anales. Je finis par le retirer d’un coup sec en lui arrachant une plainte.

A mon tour, je sors le mandrin que j’ai toujours en moi et qui me colle aux entrailles du fait de son immobilisation prolongée.
Barbara me regarde d’un air mutin et rie en voyant ma surprise quand je sors avec précaution ce pieu qui n’en finit pas.

Tu aurais pu prendre une taille en dessous, lui dis-je en regardant avec stupeur l’énorme pal qu’elle a osé utiliser.

Je rumine ma revanche et l’embrasse fougueusement pour distraire son attention.

Puis, m’allongeant entre ses jambes, je place sournoisement le gode géant contre mon genou en le rentrant de quelques centimètres dans ses fesses.


Les seins dressés, elle cambre ses reins pour tenter d’amortir le choc et me regarde avec stupeur.

- Oh non ma chérie, il est beaucoup trop gros, s’exclame t-elle en tentant de refermer ses cuisses.

Je contemple son visage qui exprime tour à tour la surprise, la douleur et le plaisir quand j’appuie fortement mon genou sur cet énorme sexe que je fais disparaître peu à peu dans la fente de son slip.

Elle me laisse l’embrocher un long moment quand soudain, très excitée, elle retire le gode pour reprendre l’initiative. La queue gonflée de désir, elle me culbute sur le lit et me dit :

- Après ce que tu viens de me faire subir, je vais te violer sans scrupule.

Elle lèche et gobe mes bourses pendant que son doigt me pénètre doucement l’anus.

De son autre main, elle effleure mon frein en me faisant perdre un peu de sève.

Au bout d’un moment, me voyant suffisamment excitée, elle me dit d’une voix chaude:

- Donne moi tes fesses mon ange.

Je les écarte à deux mains et lui offre mon anneau resté largement ouvert par les jeux précédents.
Superbe dans son rôle de dominatrice, elle me relève les jambes au dessus de la tête en me saisissant les chevilles. Puis, elle s’enfonce d’un grand coup de rein jusqu’à la garde.

Ainsi, à sa guise, elle m’ouvre les cuisses, plie mes genoux, place mes talons aiguilles à la hauteur de mon visage en me transperçant avec son dard.

Prise sous tous les angles, mon sexe se durcit et le désir monte dans mes reins.

Pilonnant mon oeillet, Barbara ne me quitte pas des yeux guettant la montée de mon orgasme.

J’accompagne maintenant chacun de ses coups de boutoir en projetant mon bassin en avant pour mieux m’empaler sur son sexe.
Elle m’achève en me masturbant jusqu’à ce que j’éclabousse ma guêpière de longues giclées de sperme. Lorsqu’elle sort de mes reins, je croise mes jambes autour de sa taille pour l’immobiliser. Je prends alors sa queue qui repose sur mon ventre et la fait coulisser dans ma main pour la faire décharger. J’ai la sensation de jouir une nouvelle fois quand sa sève se mêlant à la mienne jaillit sur mes seins. Epuisée, Barbara s’effondre sur moi, le corps agité de nombreux spasmes.

Sandra.

Merci de me donner vos impressions sur ce texte.


Cette histoire est la propriété de son auteur : ne la copiez pas pour l'afficher sur un site autre qu'histoire-erotique.net

Ajoutez un commentaire pour cette histoire erotique:


Pseudo (*):


       Votre commentaire sur cette histoire(*):




Les champs marqués d'une étoile (*) sont indispensables.



Envie de voir vos écrits publiés?


Histoire-erotique.net vous donne la possibilité de les faire partager !

Pour cela, rien de plus simple : rendez-vous sur le formulaire pour envoyer votre histoire érotique!

A vos plumes !


Envie de laisser un commentaire sur le site? Une idée d'amélioration?

Faites le sur notre livre d'or !