Total : 1951
En attente : 241

Sexe
Soumis
Mature


Histoires par auteur

Hetero (717)
Entre hommes (158)
Entre femmes (52)
Transexuelle (64)
Premiere fois (154)
A plusieurs (696)
Jeune adulte (106)
Mature (32)
Soumis,soumise (155)
Inclassable (58)

SODOMIE DU MATIN FAIT DU BIEN
SEX SHOP ET BAISE AU PARKING
Je l'air sucé devant mon oncle
Mon Médecin
UNE SODOMIE ET AU LIT






Baisé avec un cousin

Ecrit par morane
Parue le 30 octobre 2015
Il y a 1 commentaire pour cette histoire


Cette histoire érotique a été lue 9755 fois | Cette histoire erotique a une note de : 9/20

Noter ce récit erotique !


Morane moi qui croyais que j’étais la seule à penser au sexe des hommes << à part un dépucelage réussi pour mes 14 ans avec un homme mure, j'ai u avant mon dépucelage pas mal de flirts avec des garçons de mon âge, je sucé leur queue en me caressent la chatte devant eux et il éjaculé sur ma poitrine sur mon ventre ou à l'entrée de mon vagin et dans ma bouche j’avalai tout >>

Je vais vous raconter ce qui m'est arrivé un samedi début l’après-midi, mes parent été partir avec mon oncle et ma tante en ville, je me retrouvé tout seul à la maison avec mon cousin Jérôme, il avait17 ans et moi j'avais a peine (15 ans) c’était en hiver au mois de décembre 15 jours avant noël !

Jérôme été assis dans le canapé son ordinateur portable sur ces genou sa braguette de son pantalon et la chemise grand ouvert entrain se branler devant un film porno << je l'avais déjà vu a poil et j'avais déjà sucé sa belle queue >> Mais là je voyais sa main qui allait et venait sur son sexe, j’étais en haut des escaliers, je ne pouvais pas me détaché mon regard sur cette belle queue énorme pour son âge!

Ça me faisait des trucs en bas me ventre ! Je quitte ma cachette pour m’allongé sur mon lit ! J’étais tout chose de l'avoir vu se masturber ! Je me suis deux doigts dans mon vagin ! Mon désir de me caresser était trop fort. J'étais toute mouillée, mon clito, était tout dur et incroyablement gros. Je repensais à ce que j'avais vu ! Ce ne fût pas longtemps à venir mes draps étaient tous trempé de ma jouissance !

Au milieu de l’après-midi, je me suis mis en maillot bain tellement que j’étais excité !

Je suis descendu pour n'assoir à côté de lui dans le canapé il avait toujours sa braguette grand ouverte, il me regardait comme une fille en chaleur, il le remarqua et me dit !
- Çà ne va pas Morane

- Je lui répondis .... Je ces pas !

- Qu'est qu'il ne va pas Morane ! Hein bien ......... il met sa main entre mes cuisses .....Toi tes en chaleur hein Morane tu veux une queue !

- Je suis folle ...... de ta queue !

- Comment ça !

- J'ai tes vu de branler tout ta leur !

- J'ai une grosse envie de sucé ta bite et t'embrasser ...... Je peux Jérôme !

- Il n’a pas u le temps dire un mot mes lèvres se posaient sur les siennes, appréciant la chaleur de sa bouche ! Je santé sa langue se tortillé autour de la mienne il me roulé des pelles hyper bien, j’étais aux anges !

Je les prix vite pas la main pour l'entrainé dans ma chambre, une foi allongé sur mon lit lui a côte de moi, nous nous embrassions de plus belle de plus en plus passionnément, ces main caresser mon corps mes seins en mettant mon corps en ébullition, mes téton pointé entraver du maillot !

Je me sentais si bien dans ces bras. J'ôtai doucement la ficelle de mon maillot pour libéré mes seins enfermé, mes seins étaient vraiment gonflé à bloc et mis ma poitrine à nu. J'étais très excitée. Je le regardais faire, il prit mes seins en mains, les caressait doucement, en les malaxant avec tendresse, serrant les tétons érigés.

- Ta des petits seins magnifiques Morane !

- Tout en lui répondant je te donne mon corps, je suis en chaleur fait moi l'amour !

Puis avec sa bouche il saisir entre lèvre, mes bouts de seins tout durs en les suçant longuement, passant d'un sein à l'autre ! Je me pouvais m'empêcher de me frotter contre sa cuisse. Alors que ma main s'était posée sur la bosse de son jeans. Je ressentais des picotements en bas de mon ventre ! Je jouissais de ses douceurs. Pendant que je le caressais à travers son pantalon !

- Comme tu es belle…
- Oh ! Si tu savais je pense à toi souvent !!!

- Et dans ma tête je me disais un jour je vais la sauté et le jour et arrivé !

- Alors qu'il continuait à me caressé, l'une de ces main glisse dans maillot bain et d'une main je tire sur le nœud de chat côte de maillot bain en ouvrant mes cuisses au maximum je me tortillais sous ces caresse

- Oh Morane qu'est-ce que tu mouilles ! C’est dingue tes bien en chaleur !
- Je suis très excité j'ai le feu au cul Jérôme !

- Je venais de lui montrer mon acceptation pour la suite. Ses mains parcoururent alors mes jambes, puis l'une d'elles, remonta jusqu’à ma chatte, caressant mon sexe et mes poil, qui était véritablement trempé !

Il trouvait mes points sensibles, je voulais qu'il me branle ! Et ses doigts caressaient maintenant mes petite lèvres, doucement entraient en moi, parcouraient mon sillon tout humide jusqu'à mon clitoris qui lui avait doublé de volume. Il me caressait si bien. Mon sexe semblait envahi par un chaud liquide qui s'écoulait sur ses doigts et sa main. Je ne pus contenir mon orgasme. Il se recula et me regarda avec un sourire et une tendresse infinie !

Il était encore habillé. Je me mis alors à m'occuper de lui aussi bien qu'il s'était occupé de moi. Il était assis sur le lit et je le déshabillais. Je découvrais ce que je connaissais si bien, un torse imberbe, musclé, il était bronzé tout entier de la tête au pied Je le parcourais de ma bouche, allant de ses tétons à son ventre, remontant dans le cou, palpant de ma main la bosse de son pantalon qui me faisait rêver. Je décidais alors de lui retirer son jeans, son sexe m'apparut… bien que je l'avais déjà vue et que je la connaissais bien, c'est la plus belle et la plus grosse bite que je connais ! Et combien de fois je me suis branlée en l'imaginant !… vraiment énorme, droite, dure et épaisse devant mon visage !

- T'es vraiment une sacrée petite salope Morane ! Me dit-t-il en souriant…
- Qu'est qu'elle est belle à poil une bombe, tu marches au super Morane !

J'étais à genoux devant ce beau sexe, je le tenais dans mes mains. Je le soupesais. Une veine très épaisse saillait tout du long. Il était vraiment tout raide. Son gland tout rose arrivait à son nombril. J'approchais mon visage. Je me rappelle que je mouillais comme une folle !

- Elle sent si bon et elle est si grosse !
J'avais envie de la prendre dans ma bouche, j'approchais doucement mes lèvres, il me paraissait si gros, je pris sa queue en main et je m'aperçus que je n'en faisais pas le tour avec mes petite main ! Elle était toute chaude. Je dépose un bisou sur le bout du gland, puis je donnais quelques coups de langue autour du gland, je n'osais pas. Il gémissait. Je le regardais dans les yeux et lui dis :

- Je peux te la sucer ! Je ne sais pas trop si je peux bien te le faire, mais j'ai tellement envie.
- Ce n'est pas grave, fais juste ce que tu veux, je l'aime ta queue, tout ce qui vient de toi est du bonheur. Tu es ma cousine et je j'aime les salope comme toi … il m'embrassât !

Sur ces mots, je n'hésitai encore plus, j'ai pris sa grosse queue dans ma bouche, c'était trop bon !… j'adore vraiment ça !… J'essayai de le faire entrer toute entier mais elle était bien trop grosse. Je commençais à faire des allers-retours, attentive au moindre voir sa réactions. Enfin je le suçais, je le branlais. Je la sortais de ma bouche et descendais pour flatter ses couilles de ma langue, il semblait beaucoup apprécier car de son gland sortait un liquide transparent.

- Oooooohhhh !!!… tu coules ! mmmmmmmmmhhh !!!… c'est trop bon ! Je pourrais encore la sucer pendant des heures !…

Je remontais pour le reprendre en bouche tout en caressant ses belles couilles avec ma main. Je le pompais de plus en plus vite, faisant attention de ne pas le blesser avec mes dents. Je ne pouvais plus m'arrêter… Sa bite coulait littéralement et moi aussi. Il me dit d'arrêter car il allait jouir mais je continuais, c'était trop bon ! J’ai décidé d'aller jusqu'au bout de sa jouissance pour goûter au moins encore le gout de son sperme. Je le sentis gonfler sous ma langue et il éjacula… les premières giclées arrivèrent. Je ne bougeais plus, je laissais faire le mouvement. Il jouissait longuement dans ma bouche. Son goût était divin et je décidais de tout garder et de tout avaler. J'adore trop ça ! Il y en avait trop, c'était chaud, ça coulait sur mon menton, je continuais à la lécher, de longs filets de sperme descendaient sur mes seins. Je déglutissais en le regardant dans les yeux. Lui me regardait avec amour et moi je gémissais de bonheur en lui suçant la queue.

Il se redressa, prit mon visage dans ces mains et s'empara de ma bouche et de ma langue pour un baiser plein de passion. Il m'allongea sur le lit et il me couvrit de son corps puis de ses baisers.… De nouveau il s'occupait de mes seins, toujours aussi bien. Je sentais ses baisers descendre sur mon ventre, puis sur mon pubis. Il soufflait sa chaleur sur mon clitoris et mes petites lèvres, sans même les touchers. Il reprenait ses baisers sur mes cuisses, remontait entre mes jambes, il me faisait languir de sa langue. N'en pouvant plus, je lui dis :

- Lèches-moi, encore mon sexe.
- S'il te plait. Lèches-moi ! Lèches-moi !!!
- Tu es brûlante Morane ta une bombe au cul ! Tu dégoulines…

Il me fit encore patienter le temps de quelques baisers sur ma poitrine et il se dirigea vers ma petite chatte poilu, il joua avec sa langue. Je reçus le contact de sa bouche et de sa langue sur mon bouton d'amour comme une délivrance. C'était bon à mourir ! Il me le suça divinement bien. Il allait de mon vagin à mon clito avec une infinie douceur. Aspirant mes lèvres, mes clitos grossis, me pénétrant de sa langue, je devenais folle. Il prenait vraiment tout son temps. Il me fit jouir comme ça, juste en me léchant. Au bout de 10 minutes comme ça… J'eus un orgasme très fort et bruyant, lui agrippant ces cheveux pour le plaquer contre mon sexe. Il ne s'arrêtait plus. Il était parfait.

Il se redressa, et me fit partager mes propres sécrétions dans un baiser toujours aussi passionné, je les goûtais pour la première fois s'était très excitant. Je sentis son sexe qui était redevenu tout dur, battre contre mon ventre. J'écartais les cuisses, et je ne pouvais m'empêcher d'onduler le bassin, comme pour lui faire comprendre que je l'attendais en moi avec impatience. Il commença par se frotter à moi… je n'en pouvais plus ! Je gémissais ! Je le suppliais de me faire l'amour…

Viens en moi j'en peux plus !!!… Mets la moi !!!

Puis il poussa lentement son gland à l'entrée de mon vagin, un frisson parcourut tout mon corps, je le sentais enfin pénétrer en moi. Sa queue était si grosse que j’ai dû me retenir pour ne pas jouir à nouveau. J'avais l'impression que sa progression ne finirait pas. Il allait toujours plus profond avec une lenteur calculée, je me redressais pour le voir me pénétrer. Incroyable il était entré complètement, ses couilles s'écrasaient contre mes fesses. Sa queue était si longue que je percevais son sexe si profond en moi, que je crus qu'il pénétrait mon utérus avec son gland. C'était une sensation tellement nouvelle. C'était terrible ! (On m'avait toujours dit que la taille du sexe n'avait pas d'importance, celles qui disent cela devraient connaître mon cousin, elles changeraient d'avis sur-le-champ !). Son gland frottait continuellement au fond de moi. Il me remplissait complètement. Je ne pouvais m'empêcher de contracter mes muscles à l'intérieur, j'étais brûlante ! Nos pubis étaient comme soudés l'un à l'autre.

Il bougea en moi lentement, il savourait l'instant présent, je le regardais dans les yeux. Moi-même, je me régalais de plaisirs, je dégoulinais, à chaque mouvement j'allais à sa rencontre. Je gémissais de bonheur. Il s'activa de plus en plus rapidement. Faisant parfois de petit mouvement circulaire avec ses hanches, son pénis frottait alors de nouvelles zones sensibles, je ne pouvais me retenir de crier ma jouissance. Celle-ci s'accentua encore lorsqu'un doigt vint me titiller l'anus. Mon petit trou était enduit de ma mouille. Il me faisait partir dans tous les sens et de tous mes sens. Il m'arrachait encore un orgasme terrible. Il continuait ces va et vient longuement. Puis il me retourna pour me mettre en levrette. Je le suppliais de ne pas arrêter, de revenir. Puis il me pénétra de nouveau, je le sentis encore plus loin cette fois, je lui demandais d'aller toujours plus vite, encore plus fort, plus au fond ! Je n'étais qu'une boule de jouissance. Je mouillais si fort que mes cuisses et mon ventre étaient inondés. Ces gestes commencèrent à être désordonner, il se crispa, j'attendais de recevoir son jus dans ma chair. Puis il se lâcha complètement, j'avais l'impression de recevoir des litres de sperme dans ma chatte, c'était bouillant, je ressentais la moindre vibration. C'est le bonheur à l'unisson. Il resta quelques minutes en moi. Il débandait lentement en moi. Je m'allongeais sur le ventre, lui sur moi. Je ne pus retenir une larme, trop d'émotions avaient parcouru mon corps. J'étais heureuse.

Nous avons pris une douche ensemble. Il me savonna méticuleusement avec beaucoup de tendresse. Mais, on avait encore envie de faire l'amour ! Car il s'était mis à rebander en sortant de la douche. Ce qui eut pour effet de relancer immédiatement ma libido ! On ne pouvait s'empêcher de se frotter l'un à l'autre ! On s'embrassait, je le branlais d'une main contre mon ventre !… Mais nos parents allaient rentrer… à notre grand regret !

Nos parent son rentrer, ont été assis dans le canapé entrain de recardé la télé comme rien ces passé !

Mes au bout quinze minute ma mère m’appelé dans la cuisine, elle me dit ta les yeux bien rouge Morane, ta encore fait des bêtises, non maman, me mens pas dans ta chambre çà sens le cul et puis des draps son taché de sperme frais, oui maman Jérôme ma sauté deux fois, ma mère me souris à leur c’était bon oui maman qui m'a mis dans la chatte maman (ces bien Morane) aussi oublie pas prendre ta pilule oui maman !

Comme le temps été incertain il son resté couché a la maison


Ce soir-là une fois nos parents couchés, je suis allée dans sa chambre sans faire de bruit, il y avait un terrible orage. Il ne dormait pas encore.

- Tout bas je lui dis, je n’arrive pas à dormir !
- Moi non plus ! Me dit-t-il.
- Je peux venir dans ton lit oui viens

Il écarta les draps. Il était nu ! Superbe ! Mon regard se posa instinctivement vers son entrejambe ! Je commençais à mouiller rien qu'en voyant sa queue ! J'enlevais ma nuisette transparente ! Je me blottissais dans ses bras. Sa peau était douce. Il déposa un baiser sur mes lèvres gourmandes.

- Comme tu es belle !
- Fais-moi encore l'amour… s'il te plait ! C'était trop bon tout ta leur !

J'avais à nouveau son sexe en main, il était lourd et il durcissait lentement, ce qui eut évidemment pour effet de me faire mouiller à nouveau comme une vraie salope ! J'étais haletante ! Il m'embrassait. Nos langues ne pouvaient se séparer. Sa queue était à nouveau toute raide. Il avança sa main vers ma chatte.

- Tu sens comme tu me fais mouiller !
- Oui ! Tu coules, ça dégouline le long de ta cuisse !
- C'est que j'ai trop envie !

Ma bouche s'approcha de la sienne. Je l'embrassais encore une fois, puis je ne plus faire autrement que de me diriger vers sa belle bite pour le sucé. J'avais peur qu'on nous surprenne. Mais c'était trop bon ! Je me mis à la pomper, la lécher. Je comptais bien faire durer le plaisir. Il m'attrapa une jambe et me fit venir sur lui en 69. Comme ça pendant que je le pompais il pouvait me lécher. J'étais comme folle ! Je le branlais et le suçais en même temps que lui me bouffait la chatte ! Je ne pus m'empêcher de jouir une première fois comme ça ! C'était merveilleux.

Mais, je voulais qu'il me prenne comme cet après-midi. Je voulais sentir grosse queue encore en moi. Bien au fond. Elle était si dure ! J'entrepris de me mettre sur lui à califourchon. Je m'empalais lentement sur lui, cette sensation de remplissage totale me transportait à nouveau. Je sentais son gland calé tout au fond de moi, il appuyait contre mon col de l'utérus, provoquant des décharges dans tout mon corps. Mon cœur battait à du 300 à l'heure ! C'était génial !

- Oooooooh ! C'est trop bon… je ne veux pas que ça s'arrête ! C'est trop bon ! Continue…

Je montais et redescendais sur son membre en ondulant du bassin en même temps. Je me penchais pour qu'il me lèche les seins. Je m'enfonçais sur sa queue le plus fort possible ! Je devais me retenir pour ne pas crier de plaisir ! Il m'arracha un orgasme d'une rare intensité il ces vidé encore dans moi en me remplissent ma chatte de son sperme !

Le lendemain matin ma mère, me dit-il encore remplit hier soir comme tu ces maman je suis levé pour faire pipi et j'ai tout entendu comment tu gémisses encore ....... encore remplit moi encore ....... oui ces vrais maman !

Jérôme et ces parent repartir après le petit déjeuné

Morane


Cette histoire est la propriété de son auteur : ne la copiez pas pour l'afficher sur un site autre qu'histoire-erotique.net

Ajoutez un commentaire pour cette histoire erotique:


Pseudo (*):


       Votre commentaire sur cette histoire(*):




Les champs marqués d'une étoile (*) sont indispensables.



Envie de voir vos écrits publiés?


Histoire-erotique.net vous donne la possibilité de les faire partager !

Pour cela, rien de plus simple : rendez-vous sur le formulaire pour envoyer votre histoire érotique!

A vos plumes !


Envie de laisser un commentaire sur le site? Une idée d'amélioration?

Faites le sur notre livre d'or !