Total : 1951
En attente : 82

Sexe
Soumis
Mature


Histoires par auteur

Hetero (696)
Entre hommes (133)
Entre femmes (51)
Transexuelle (60)
Premiere fois (120)
A plusieurs (670)
Jeune adulte (79)
Mature (23)
Soumis,soumise (148)
Inclassable (53)

SODOMIE DU MATIN FAIT DU BIEN
SEX SHOP ET BAISE AU PARKING
Je l'air sucé devant mon oncle
Mon Médecin
UNE SODOMIE ET AU LIT






Damien 01 - La découverte du plaisir

Ecrit par Moi_Damien
Parue le 01 octobre 2014
Il n'y a pas de commentaire pour cette histoire


Cette histoire érotique a été lue 4436 fois | Cette histoire erotique a une note de : 10/20

Noter ce récit erotique !


Un jour, j'étais seul à la maison en train d'écouter un disque quand retentit la cloche de la porte d'entrée, c'était un ami prénommé Denis, il entra et nous nous mîmes à discuter.
Il faut dire qu'à cette époque, Denis était pour moi une sorte d'idole il avait tout ce que je ne pouvais pas avoir, il était grand mince et était toujours entouré de jolies filles alors que moi, malgré mes 19 ans, jamais je n'avais pu en tenir une dans mes bras.
Il était justement en train de me raconter sa dernière coucherie "Cette salope baise comme une vraie cochonne, plus je lui en mets,
plus elle en veut, mais tu aurais vu quand je l'ai enculée, elle
était comme une vraie chienne, quel pied j'ai pris, c'est vraiment
extra d'enculer, il faudra qu'un jour je le fasse à un mec pour
voir la différence entre un cul mâle et un cul femelle, oui il
faudra".
Ces dernières paroles me laissèrent pantois, jamais Denis n'avait parlé de faire des expériences homosexuelles.
Il resta un moment silencieux, les yeux perdus dans la fumée de sa cigarette, puis soudain, sa main se posa sur mon genou et commença à la caresser, je retirai vivement ma jambe tout en lui disant "Eh ça
ne va pas?
- Si justement, très bien, je viens de penser à toi et je me suis
dit que mon essai, c'est avec toi que je devrais le faire.
- Oui, et bien tu iras chercher ailleurs, car je ne suis pas pédé
moi.
- C'est ce que tu dis, moi ce que je sais c'est que jamais tu as eu
une gonzesse et que jamais tu n'en auras, alors je me suis dit que
puisque tu ne baises pas autant que tu te fasses baiser au moins
tu prendras de plaisir et tout sera bien.
- Je t'ai déjà dit qu'il n'en était pas question.
- Mais pourquoi pas, je suis sur que tu serais une bonne femelle.
- Non, je ne veux pas et…
- Bon maintenant, ta gueule connard, je veux te baiser et je te
baiserai que tu le veuilles ou non, je dirais à tes parents que tu
n'arrêtes pas de me faire des avances.
- Mais ce n'est pas vrai.
- Je le sais, mais ce sera ta parole contre la mienne, car en plus
j'aurais des témoins, alors tu vois, tu sais ce qu'il te reste à
faire.
- Tu es un monstre à inventer des choses pareilles, et je te le
répète, je ne suis pas pédé…
- Eh bien tu le deviendras, d'ailleurs c'est inutile de discuter,
j'ai pris ma décision ou je raconte à tes parents que tu as fait
des avances à moi ainsi qu'à certains de nos copains ou tu te
laisses faire, réfléchis bien penses à la réaction de tes parents
apprenant que leur fils est une tante je ne penses pas que tu
préfères que je leur raconte plutôt que me donner ton petit cul
tout chaud.
- D'accord tu as gagné, avouais-je vaincu, mais si ça ne me plaît
pas ?
- Eh bien dans ce cas, ce sera à toi de choisir ou nous restons
copains ou nous ne nous parlons plus. Mais tu verras la première
fois c'est comme pour les vierges, ça fait un peu mal mais après
c'est toi qui en redemanderas. Allez assez discuté, va te laver la
raie et mets ce slip en revenant".
Il me tendit une culotte de femme et je partis dans la salle de bains la mort dans l'âme.
En ressortant, je me sentais ridicule avec simplement ce slip de dentelle pour tout vêtement. En arrivant dans le salon, je constatais que Denis n'y était plus, je pensais qu'il était parti m'ayant joué une farce et je poussais un gros soupir de soulagement, mais j'entendis sa voix dans la chambre me disant "Ou vas-tu comme ça
salope, tu crois qu'on baise dans le garage ou quoi ? Allez
amènes tes miches par ici".
J'entrai dans la pièce, il était allongé sur le lit, il me regarda avec un petit sourire et me dit "Tournes-toi".
Je m'exécutai rouge de honte. " Très bien me dit-il, tu as vraiment
un beau cul, je vais bien te faire jouir petite salope, et
maintenant déshabille-moi".
Je le dévêtis, quand j'ôtai son pantalon, je vis que son slip déjà bien tendu arborait une tâche humide annonciatrice, je le baissai et me retrouvai face à une verge en érection, son sexe faisait le double du mien. Denis me prit par la nuque et colla ses lèvres contre les miennes, nos dents s'entrechoquèrent, il me força à ouvrir la bouche et sa langue caressa la mienne.
Je sentis une sensation inconnue prendre possession de moi, une vague de chaleur prenant naissance dans le bas de mes reins me submergea et je m'abandonnai à ce baiser.
Il prit ma main et la posa sur son pénis érigé tandis que la sienne courrait sur mon dos, s'insinuant dans le sillon de mes fesses pour me masser l'anus, je ne pus m'empêcher de frémir quand un doigt inquisiteur força ma rosette et je tendis mon fessier vers lui.
Quand Denis abandonna mes lèvres, j'avais les joues rouges et le souffle court.
"Branle-moi me dit-il".
Mes doigts enserrèrent son phallus et ma main se mit à aller et venir dessus lentement, tirant la peau pour le décalotter entièrement.
Pendant ce temps, il s'occupait toujours de mon cul, sous ses caresses expertes, je sentais mon sphincter s'ouvrir, ma respiration s'était accélérée.
Denis ôta ma main et guida ma tête jusqu'à son priape qu'il me força à emboucher, je faillis m'étrangler quand son bout durci heurta le fond de ma gorge, cette verge avait une certaine odeur qui ne me déplaisait pas. Mon amant, la main toujours appuyée sur ma nuque rythma la cadence à laquelle il voulait être sucé.
Sentir cette chose chaude et palpitante contre ma langue me provoqua un trouble étrange, je posai mon autre main sur ses testicules poilus et entrepris de les caresser tout en entourant sa bite de ma langue et en la mordillant, le bassin de Denis s'arqua pour s'offrir encore plus, sa main délaissa ma nuque et je sentis mon slip glisser le long de mes cuisses tandis que ses paumes se posaient sur mon derrière brûlant.
Sous mes coups de langue, je sentais la queue grandir encore pendant que deux doigts allaient et venaient dans mon fondement, je planais littéralement.
A cet instant Denis arrêta ma fellation et me dit "Mets-toi à quatre
pattes".
J'obéis, il se positionna derrière moi et son gland vint se poster contre ma corolle, j'eus un mouvement de panique vu la grosseur de la chose mais mon homme me maintenant solidement aux hanches commença à peser sur mon antre. Quand son bout durci écarta mes chairs, une douleur atroce m'envahit "Arrêtes, c'est trop gros, je ne peux pas,
tu me fais mal aie arrêtes aiee aaiiieeee !!"
Mais sourd à mes supplications, il continua de me pénétrer avec une lenteur calculée, j'eus l'impression que l'intromission dura une éternité et quand je sentis les poils follets de son pubis contre mon postérieur, je sus qu'il était entièrement en moi, j'avais l'impression que mes fesses allaient de détacher et que mon cul allait se déchirer tant j'étais écartelé.
Denis resta immobile me laissant m'habituer à sa monstrueuse présence, peu à peu la douleur diminua faisant place à un étrange bien-être, je sentis mon trou se détendre, c'est alors que mon mec commença à me limer lentement.
Au bout de quelques instants de ce traitement, mon cul s'ouvrit totalement et je me mis à gémir sous les coups de boutoir que mon amant m'assenaient, mon corps ne m'appartenait plus, sans que je m'en rende compte, je me mis à rouler des hanches en cadence, laissant échapper des râles de plaisir chaque fois que la pine se plantait au tréfonds de moi, il me possédait à une vitesse folle et j'avais du mal à garder mon équilibre tant ses coups de reins étaient violents, son ventre plat claquait sur mes fesses en feu, je me sentis partir, j'avais atteint le point de non-retour et je me mis à délirer "aaaaaaaaaahh ouuiii aaaaaaahhhhhhhhhh ohhhhhhhhhhhhhh ooohhhhhhhhhhh
aaaaaaaaaahh c'eessstttt boonnn aaaahhhhh ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh
oooooooooohhhh noonnn aaaaahhhh aahhh enncccoooorrrrreeeeee ahhhhh
ooooohhh oouuuiiii aaaaahhh plluuussss ahhhh foorrrtttt ahhhhhhhhh
aaaaahhhhh plluuussss viittteeee aaaaaahhhhhhh ooouuuuiiiii ohhhhh
oooooooooooooohhh tuu mee tuueeessss aaaaaaaaahhhhh ahhhhhhhhhhhhh
oooouuuuuiiiiii taahhh quueeeuuuueeeee ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh
ooooouuuuuuiiiiiii oooooooohhhhh taapppeeee ooohhhhhhhhhhhhhhhhhhh
taapppeeee aaaaahhhh taapppeeeeee plluuussss foorrrtttt ahhhhhhhhh
j'aaiiimmmmeeeee çaahhh oooooooooooooooooooooooooooooohhhhhhhhhhhh
oooooouuuuuuuiiiiiiii nnnnooooonnnnnn oooooooooooooohhhhhhhhhhhhhh
ooooooouuuuuuuuiiiiiiiii jee ahhh joouuuiiiisssss ahhhhhhhhhhhhhhh
jjeee jjooouuuuiiiiissssss aaaaaaaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhhhhhhhhhhh
ooooooooouuuuuuuuuuiiiiiiiiiii aaaaaaaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhhhhhhh
viieeennnnsssss ahhhhhhhhhhhhh vviiieeeennnnnssssss aaaaahhhhhhhhh
vvviiiieeeeennnnnnsssssss aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhhhhhhh
aaaaaaaaaaaaaahhhh oooooooooouuuuuuuuuuuiiiiiiiiiiii ahhhhhhhhhhhh
oooooooooooooouuuuuuuuuuuuuuuiiiiiiiiiiiiiiii ahhhhhhhhhhhhhhhhhhh
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaahhhhhh ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh".
C'est à cet instant que s'enfonçant au plus profond de moi, Denis éjacula en feulant, ses puissants jets de sperme fusant contre mes parois surchauffées me déclenchèrent un spasme foudroyant, mon corps s'arqua et un hurlement de plaisir pulsa de ma bouche "aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhhhhhhh"
puis je tombai lourdement sur la couche entraînant dans ma chute celui qui me montait, je le sentis se retirer et je restai allongé sur le ventre flottant dans l'univers cotonneux de la jouissance savourant le merveilleux moment qui venait de se passer.
Quand je rouvris les yeux, Denis allongé à mes côtés me regardait en fumant, il me dit "Alors, c'était bon ?
- Oh oui, c'est toi qui avait raison, je suis fait pour être une
femme, ce fut merveilleux, tu m'as donné un plaisir intense et tu
sais j'ai encore envie que tu me baises.
- Ne t'inquiètes pas, moi non plus je n'ai pas eu mon compte mais
avant ça il va falloir que je fasse ton éducation, car c'est
normal, tu es débutant, tu dois apprendre à bien sucer, bien
caresser, faire naître le désir chez un homme en fait bien faire
l'amour, mais tu as de très bonnes dispositions pour ça car tu as
un cul fantastique et une bouche à pipes.
- Je te remercie mais une grande partie du mérite te revient car
c'est ta bite qui m'a fait prendre un pied pareil.
- Ne dis pas ça une autre pine t'en donnera autant si le gars sait
s'en servir.
- Mais, je ne veux pas d'un autre gars, c'est toi que je veux je ne
me vois pas faire l'amour avec un autre que toi.
- C'est pourtant ce qui va se produire.
- Non, il n'en est pas question et…
- Ecoute, petite pédale, tu ne peux pas choisir car notre petite
séance de tout à l'heure a été enregistrée, alors je te vois mal
refuser car là encore plus qu'avant, j'ai des preuves, tu aurais
peut-être faire admettre que jamais tu n'avais fait d'avances à
qui que ce soit, mais là sur le film, on te voit bien en train de
te faire casser le cul et on entend bien le fade que tu prends à
te faire défoncer la raie, avoues que tu aurais du mal à faire
croire que tu n'étais pas consentant.
- Je vois que tout ceci n'était qu'une machination.
- Très juste ma choutte, maintenant tu m'appartiens, tu es ma
propriété, tu vas gagner de l'argent pour ton homme avec ton joli
petit cul, je connais des gens que tu intéresseras déjà demain je
t'ai prévu un super bon week-end en amoureux avec trois de mes
amis, qui auront bien de la chance car ils vont pouvoir t'utiliser
gratis car je leur dois du fric tu seras mon remboursement, tu
vois j'ai tout prévu et fais attention à toi, si tu dis quelque
chose à qui que ce soit tu connais les risques : la cassette, et
si tu fais mal ton travail même chose. O.K ?
- Je crois que je n'ai pas le choix, le seul avantage c'est que
j'aime ça, donc autant me faire plaisir.
- Voilà qui est très bien parlé, tu vois que tout s'arrange tu aimes
te faire enculer, moi je t'offre les bites pour ça. Allez
maintenant viens, je veux que cette fois-ci tu me suces à fond,
car maintenant que tu n'es plus une pucelle effarouchée du cul, il
faut que tu prennes une giclée de foutre dans la gueule et que tu
la boives".
Je me penchai sur son phallus et me mis à le pomper consciencieusement, au bout d'un quart d'heure de ce traitement, Denis juta en râlant, je reçus son flot de sperme au fond de la gorge et je l'avalai avec délice. Sa liqueur avait un petit goût salé qui n'était pas déplaisant.
Nous fîmes encore l'amour pendant trois heures et quand Denis m'abandonna en me donnant rendez-vous le lendemain à 8 heures, j'étais littéralement épuisé, le cul complètement éclaté mais comblé.


Cette histoire est la propriété de son auteur : ne la copiez pas pour l'afficher sur un site autre qu'histoire-erotique.net

Ajoutez un commentaire pour cette histoire erotique:


Pseudo (*):


       Votre commentaire sur cette histoire(*):




Les champs marqués d'une étoile (*) sont indispensables.



Envie de voir vos écrits publiés?


Histoire-erotique.net vous donne la possibilité de les faire partager !

Pour cela, rien de plus simple : rendez-vous sur le formulaire pour envoyer votre histoire érotique!

A vos plumes !


Envie de laisser un commentaire sur le site? Une idée d'amélioration?

Faites le sur notre livre d'or !