Total : 1951
En attente : 157

Sexe
Soumis
Mature


Histoires par auteur

Hetero (709)
Entre hommes (144)
Entre femmes (51)
Transexuelle (62)
Premiere fois (141)
A plusieurs (679)
Jeune adulte (89)
Mature (24)
Soumis,soumise (153)
Inclassable (56)

SODOMIE DU MATIN FAIT DU BIEN
SEX SHOP ET BAISE AU PARKING
Je l'air sucé devant mon oncle
Mon Médecin
UNE SODOMIE ET AU LIT






En colo

Ecrit par Damien
Parue le 21 octobre 2016
Il y a 4 commentaires pour cette histoire


Cette histoire érotique a été lue 4540 fois | Cette histoire erotique a une note de : 10/20

Noter ce récit erotique !


Mes parents m'avaient envoyé en colonie sur l'île d'Oléron pour me parfaire en voile. Notre camp était basé près du Chateau et nous vivions dans des grandes tentes sur des lits pliants. Le soir après beaucoup d'initiations au 42 et 470, nous rentrions prendre une douche et après le repas nous faisions un feu de camp où nous échangions des histoires, des chants...
Nous ne pouvions pas tous être au bord du feu et je me retrouvais à côté de Sébastien dans la dernière rangée. En short, assis en tailleur nous participions aux diverses activités nocturnes. Sébastien était un garçon sympathique qui venait de la région parisienne. Mince, plutôt fluet, les traits très fins, il ne me quittait plus. Comme si devais le rassurer il me regardait souvent et quand nos regards se croisaient je lui souriais. En échange, j'aimais aussi le regarder, il était bien fait et son sourire gracieux. Donc tous les soirs nous nous retrouvions autour de ce feu de camp l'un à côté de l'autre. Nos cuisses imberbes se touchaient et nous avions plaisir à nous retrouver tous les soirs.
Au bout d'une semaine de présence je trouvais le jeu Sébastien excitant et le contact de sa peau contre la mienne ne m'était pas indifférent. Dans un mouvement que je montrais involontaire je posais ma main sur sa cuisse. Il ne se retira pas et commença agiter sa jambe comme pour m'inciter à plus de caresse. Parti de son genou ma main glissa vers l'intérieur de ses cuisses, là où la peau est très fine et très douce.
Arrivé à mi-chemin il posa sa main sur la mienne, resta un moment immobile puis attira ma main vers l'échancrure de son short. Le bout de mes doigts franchit le creux de son aine et je pus toucher la base fine de ses bourses. Il y avait du monde autour de nous et il fallait être des plus discrets. Mais comme c'était excitant. Je découvrais les parties intimes d'un garçon pour la première fois. Sébastien tremblait un tout petit peu probablement très excité par la situation. Ma main continua son chemin et glissa derrière l'élastique de son slip. Avec lenteur et précaution je pris possession de son sexe petit et très raide, mais d'un douceur délicieuse. Il avait ramené son gilet sur lui et personne ne pouvait voir cette caresse. j'aurais voulu, à ce moment là lui rouler une pelle mais c'était impossible. Je le caressais, le branlais et il finit par décharger tout son jus dans ma main. Il dut se retenir pour ne pas crier au moment du coït. Je gardais sa semence dans ma main et discrètement je la retirais pour l'essuyer dans mon mouchoir que j'avais retirer de ma poche. Les moniteurs peu après nous demandèrent d'aller chercher du bois pour entretenir le feu et nous nous sommes levés avec Sébastien comme volontaires.
Dans le noir de la nuit nous nous sommes enfoncés dans la forêt proche pour ramasser quelques branches mortes. Arrivés à une distance suffisante nous nous sommes jetés dans les bras l'un de l'autre et nous nous sommes embrassés avec passion. J'ai déboutonné le short de Sébastien et lui a fait de même et nous nous somme retrouvés tous les deux à moitié dévêtus. Nous nous sommes étendus sur un tapis de verdure et nous nous sommes caressés sur toute la moitié de notre corps dénudé. Le sexe de Sébastien avait repris une bonne fermeté et nous nous sommes mis en position 69. Quel délice que ce suçage mutuel!
Je stoppais cette position et je demandais à Sébastien de se mettre à quatre pattes, ce qui fit immédiatement. Je léchais bien son petit anus puis je me mis à genoux et après avoir enduit ma tige de salive et recouvert mon prépuce sur mon gland, je me suis présenté à son orifice et lentement je l'ai pénétré. Il me demanda d'aller doucement, ce que je fis et je progressais quand je le sentais détendu. Une fois bien enfoncé je commençais à limer en le tenant par les hanches. Je l'entendais gémir un peu par la douleur et beaucoup par le plaisir. Mes boules venaient frapper ses fesses à chaque coup de boutoir et je finis par lâcher tout mon sperme dans le fond de son ventre en l'attirant au plus fort contre moi. Je me suis retiré, j'ai essuyé mon sexe avant de le remettre dans mon slip. Sébastien s'était écroulé sur le dos, montrant dans la pénombre son sexe tendu. Je me mis à genoux et je me mis à le pomper avec délice jusqu'à ce qu'il envoya tout son jus dans ma bouche.
Tous les soirs nous nous écartions du camp pour nous donner à ces plaisirs charnels.


Cette histoire est la propriété de son auteur : ne la copiez pas pour l'afficher sur un site autre qu'histoire-erotique.net

Ajoutez un commentaire pour cette histoire erotique:


Pseudo (*):


       Votre commentaire sur cette histoire(*):




Les champs marqués d'une étoile (*) sont indispensables.



Envie de voir vos écrits publiés?


Histoire-erotique.net vous donne la possibilité de les faire partager !

Pour cela, rien de plus simple : rendez-vous sur le formulaire pour envoyer votre histoire érotique!

A vos plumes !


Envie de laisser un commentaire sur le site? Une idée d'amélioration?

Faites le sur notre livre d'or !