Total : 1951
En attente : 26

Sexe
Soumis
Mature


Histoires par auteur

Hetero (684)
Entre hommes (125)
Entre femmes (51)
Transexuelle (59)
Premiere fois (117)
A plusieurs (656)
Jeune adulte (77)
Mature (20)
Soumis,soumise (143)
Inclassable (45)

SODOMIE DU MATIN FAIT DU BIEN
SEX SHOP ET BAISE AU PARKING
Je l'air sucé devant mon oncle
Mon Médecin
UNE SODOMIE ET AU LIT






J’adore me faire enculer (2)

Ecrit par micheljean
Parue le 27 février 2015
Il n'y a pas de commentaire pour cette histoire


Cette histoire érotique a été lue 5747 fois | Cette histoire erotique a une note de : 10.2273/20

Noter ce récit erotique !


Les amis de mes amis sont devenus mes amants, après mon dépucelage par Alain et la prise en main par Jean j’ai rencontré d’autres hommes présentés par mes deux premiers amants, Serge un carrossier de 55ans, petit, trapue, avec une bite assez courte mais large un gland en cône, la première fois que je l’ai rencontré c’était chez Jean qui venait de me démonter le cul et la bouche, il a demandé à Serge s’il voulait se taper une lope docile en me montrant du doigt, devant son hésitation il m’a demandé de lui montrer mon cul, je me suis exécuté avec plaisir, Jean est venu à côté de moi et il a écarté mes fesses pour que Serge puisse voir mon trou qui lui ne s’était pas tout à fait refermé après le passage de sa grosse bite, Serge a baissé son froc à la vue de mon cul il s’était mis a bander, je me suis agenouillé et j’ai gobé cet objet de tous mes désirs, je le suçait, remontant ma langue le long de sa hampe, je le reprenais en bouche, je le relâchais pour lui gober les couilles qui étaient très grosses, au bout d’un long moment il a commencé à me baiser la bouche de plus en plus fort et de plus en plus profond, j’avais du mal à déglutir mais je me régalais, sans prévenir il a éjaculé en me tenant la tête pour que je ne lâche pas sa bite, ce que je n’avais pas l’intention de faire, bien au contraire j’ai dégusté son sperme onctueux avant de l’avaler, j’ai nettoyé sa bite à grands coups de langue, Jean qui avait suivi toute la scène s’est placé devant moi pour que je lui fasse la même chose et bien évidemment je me suis empressé de le sucer. J’étais un peu frustré que Serge ne m’ai pas baisé, je pensais qu’on aller en rester là quand mon carrossier est venu me taquiner le cul en me caressant la raie, et me titillant le trou, il s’est posté derrière moi et a commencé à me prendre, quand il a vu avec quelle facilité sa bite se frayait son chemin d’un coup de rein il la fait entrer jusqu’à la garde et il a commencé à m’enculer à grands coups de bite, il était puissant , et surtout endurant, j’ai eu droit à une séance de plus de 15 mn, quand je l’ai senti se contracter j’ai serré les fesses pour bien sentir cette bite qui me donnait tant de plaisir, il a joui par de longues saccades de foutre que je sentais envahir mon cul, j’étais aux anges, j’en voulais plus mais il devait partir, après une tape sur mon cul, il a confirmé à jean que j’étais une bonne lope et qu’il s’arrangerait pour me revoir, Jean lui a confirmé qu’il pourrait venir chez lui pour qu’ils s’occupent tous les deux de moi. Un peu frustré de ne pas avoir jouis je suis allé à la salle d’eau, je me suis assis sur le bidet et en poussant j’ai expulsé ce sperme qui commençait à couler le long de mes fesses, avec une poire de lavement que Jean a acheté j’ai fini de me laver l’intérieur, je suis allé au lavabo pour me laver la bouche tout en repensant à ce que j’avais pris pendant l’après-midi et je me suis mis à me branler, Jean s’en ai aperçu, il est venu me voir et il me dit je suis désolé je n’ai pas pensé à toi, je vais me faire pardonner, il s’est accroupit, a pris ma queue dans sa bouche et m’a fait une superbe fellation, quand j’ai senti que j’allais éjaculer j’ai voulu sortir ma bite de sa bouche mais lui au contraire a enserrait ma taille et il a attendu que je me vide dans sa bouche de mon sperme, il m’a regardé droit dans les yeux et il a tout avalé, j’étais sidéré de ce qui venait de se passer, après m’avoir nettoyer la queue il m’a demandé de n’en parler à personne car j’étais le seul depuis plus de vingt ans qu’il avait sucé, je le lui ai promis. Quelques jours plus tard Jean me fait savoir qu’il a un copain qui aimerait bien profiter de mes deux trous, il me l’a décrit comme un bel homme fortement membré me précisant que si je trouvais que son membre était trop gros ou trop long rien ne se passerais. Comme je lui faisais confiance j’ai dit ok, rendez-vous pris pour le lendemain, j’arrive très tôt, j’ai envie de me faire roder le cul avant l’arrivée de Pierre le nouveau, Jean m’encule sans gel et ça passe avec une petite douleur vite oubliée grâce au plaisir qui m’envahit, il me demande de le sucer je ne me le fait pas dire deux fois et je m’occupe de ce merveilleux pieu, je lui tire tout son jus que je me régale à avaler, mon amant me dit que pierre va se régaler car j’ai un cul magnifique.
Enfin voilà mon future nouvel amant, Jean nous présente, Pierre me regarde sous toutes les coutures, j’ai l’impression qu’il jauge un bestiau, il me sourit et demande que je le déshabille, c’est la première fois que j’ai ce genre de demande, je commence par le haut, la chemise, le tricot, hum qu’el beau torse, je m’enhardis a lui prendre un téton entre mes lèvres et je le suce en le lui écrasant délicatement, je le sent vibrer, pendant ce temps je lui défais le pantalon qu’il laisse tomber sur ses chevilles, je jette un furtif regard sur son slip et je manque m’étrangler quand je devine ce qu’il cache la dessous, je glisse une main sous l’élastique et je descends doucement ce slip qui me cache ce que je désir depuis un moment, enfin apparais une bite hors norme, même en photo je n’ai rien vu de pareil, j’ai un pas de recul et je me retrouve devant un dilemme, j’essaye ou pas ? Je vais pouvoir la gober ? Vat-il pouvoir m’enculer sans me faire exploser le cul ? Tout se bouscule dans ma tête j’ai très envie de ce monstre dans ma bouche et au plus profond de moi mais j’ai peur d’avoir très mal, Jean me déshabille et me présente à l’homme qui va faire de moi un gouffre à bites du moins je l’espère de tout mon hêtre, Pierre me caresse un peu partout s’attardant sur ma croupe et y insérant un doigt, puis deux, ce qui me gênait le plus c’était les commentaires, bravo Jean tu l’a bien préparé, je pense qu’il va bien la prendre à fond, moi je n’en étais pas si sûr que ça, il m’a retourné vers lui et en appuyant sur ma tête il m’a fait descendre pour que je le suce j’ai essayé de gober cet énorme queue et je me suis étonné de pouvoir la gober non sans mal, j’ai commencé à le sucé contentieusement, je ne voulais pas la ressortir de peur que je ne puisse pas la reprendre en bouche, elle était délicieuse, je l’ai senti se raidir et il m’a inondé de son suc épais et onctueux, il m’avait tenu la tête pour bien m’enfoncer son mandrin au fond de ma gorge, précaution inutile car j’avais envie de boire ce sperme. Il a commencé à débander, s’est sorti de ma bouche et a demandé à Jean de me préparer le cul pendant qu’il rechargeait les batteries, si tôt dit si tôt fait je me suis retrouvais avec la bite de mon hôte dans le cul, il s’est mis à me pilonner sans modération, la vue de Pierre m’envahissant la bouche l’avait chauffé au plus haut point, il a jouit avec un grognement et j’ai senti son foutre m’envahir le rectum, il est resté en moi jusqu’à ce que Pierre qui entre temps avait enduit sa queue de gel vienne prendre sa place, j’ai cru que mon anus se déchirait quand il a commencé à me pénétrer, j’ai poussé un hurlement heureusement étouffé par le traversin que je mordais, il s’est arrêté, moi j’avais déjà une bonne dizaine de cm à l’intérieur, il m’a proposé de se retirer et d’arrêter, il voulait me donner du plaisir et en prendre aussi mais surtout pas me faire souffrir, j’ai refusé j’avais fait le plus dur, je lui ai juste demandé de faire une petite pause pour que mon cul s’habitue, il a attendu un moment et par de tout petits va et viens il a recommencé à me baiser, je sentais sa bite s’enfoncer chaque un peu plus, jusqu’à ce que je sentes ses grosses couilles me battre les fesses, j’avais très mal mais je prenais un énorme plaisir de sentir cette bite effectuer des va et viens de plus en plus rapides, je ne savais plus ou j’étais , je lui demandait d’accélérer la cadence il m’a écouté et le plaisir a pris le pas sur la douleur que je ne ressentais plus du tout, Jean est venu mettre sa queue dans ma bouche et je l’ai sucé avec avidité, il a explosé dans ma bouche, j’ai gardé un moment son sperme dans la bouche et je l’ai avalé, sans m’en rendre compte j’accompagnais les mouvements de Pierre, il a encore accéléré la cadence je savais qu’il allait jouir en m’inondant le cul de son bon foutre, quand c’est arrivé il était entièrement en moi et j’ai senti de violents jets envahir ma cavité anale je n’ai pu me retenir et sans même m’être touché la queue j’ai joui comme un malade, heureusement que Jean avait prévu une vielle couverture qu’il avait mis sur le lit. Pierre s’est redressé avec sa queue toujours dans mes entrailles jusqu’à ce qu’il débande.
Nous somment allés dans la salle d’eau, je me suis installé sue le bidet et là j’ai vu couler un flot important de sperme qui sortait de mon cul, un petit lavement avec la poire et je me suis retrouvé tout propre, c’est à ce moment que Jean a choisi pour me demander de me mettre à quatre pattes, il m’a écarté les fesses et a montré mon trou qui avait commencé à se fermer en disant a Pierre « tu vois il est très rond et de la taille d’une pièce de 5 francs » la prochaine fois je le prendrais en photo mais pour ça il faudra que tu te retires rapidement. Choqué par ses propos je lui ai dit que je n’étais pas d’accord mais au fond de moi je savais que le jour venu je ne refuserais pas car j’avais envie de voir ce trou béant. Pierre qui s’était déjà rhabillé nous a quittés en m’embrassant sur la joue, il a dit à Jean non ce n’est pas une lope mais un amant merveilleux et j’espère le revoir très bientôt, j’en étais tout émoustillé, il m’a dit « si tu n’as pas trop mal viens me voir demain il faut roder ce cul magnifique tant qu’il en veut et il a l’air d’en vouloir » s’adressant à Jean il lui dit si ça ne te dérange pas de nous recevoir, bien sûr que ça ne le dérangeait pas au contraire ça lui permettrait de m’enculer pour faire le passage, une fois Pierre parti Jean m’a demandé ce que j’en pensais, comme tout se bousculait dans ma tête je lui ai dit que c’était la première fois que je prenais autant de plaisir malgré le mal que j’avais ressenti, il m’a dit je ne te propose pas de t’enculer je pense que tu as eu ta dose pour aujourd’hui, bien au contraire comme j’avais vu qu’il bandait, je suis allé dans la chambre, me suis mis à quatre pattes sur le lit, il m’a dit qu’il préférait que je me mette sur le dos, pas de problème, il est venu se placer entre mes fesses , a mis mes jambes sur ses épaules et m’a enculé avec une telle fougue que je voyais ses pommettes saillir et j’ai de suite su qu’il allait jouir quand il s’est crispé, il m’a attrapé par la taille et j’ai senti son sperme m’envahir une fois de plus, il s’est dégagé de mon cul, s’est laissé glisser le long de mon corps a mis sa tête entre mes jambes et ma sucé, je n’ai pas tardé à éjaculer dans cette bonne bouche.
Re nettoyage à la salle de bains, une bonne douche ou il en a profité pour me caresser partout, m’a essuyé, on s’est habillés et je suis parti après un long baisé, j’étais devenu sa chose. En partant il m’a dit demain il y aura Pierre mais peut être aussi une surprise à la fin.




Cette histoire est la propriété de son auteur : ne la copiez pas pour l'afficher sur un site autre qu'histoire-erotique.net

Ajoutez un commentaire pour cette histoire erotique:


Pseudo (*):


       Votre commentaire sur cette histoire(*):




Les champs marqués d'une étoile (*) sont indispensables.



Envie de voir vos écrits publiés?


Histoire-erotique.net vous donne la possibilité de les faire partager !

Pour cela, rien de plus simple : rendez-vous sur le formulaire pour envoyer votre histoire érotique!

A vos plumes !


Envie de laisser un commentaire sur le site? Une idée d'amélioration?

Faites le sur notre livre d'or !