Total : 1951
En attente : 25

Sexe
Soumis
Mature


Histoires par auteur

Hetero (683)
Entre hommes (125)
Entre femmes (51)
Transexuelle (59)
Premiere fois (117)
A plusieurs (656)
Jeune adulte (77)
Mature (20)
Soumis,soumise (143)
Inclassable (45)

SODOMIE DU MATIN FAIT DU BIEN
SEX SHOP ET BAISE AU PARKING
Je l'air sucé devant mon oncle
Mon Médecin
UNE SODOMIE ET AU LIT






J'offre ma femme

Ecrit par loup1244
Parue le 01 octobre 2016
Il y a 2 commentaires pour cette histoire


Cette histoire érotique a été lue 2962 fois | Cette histoire erotique a une note de : 5.5/20

Noter ce récit erotique !


J'offre ma femme
Aujourd’hui le 6 mars c’est la fête de ma chérie, je devrais dire ma femme, ont mariés depuis 5 ans, elle, est très jolie, 1m65, 43 kilos, des seins en forme de poire 85D, des jambes galbées, et un derrière bombé, elle attire les regards des hommes, tous ces collègues disent qu’ils aimeraient se la faire, ça l’amuse beaucoup, elle adore mettre en valeur ses atouts en valeur, pour sortir, elle a mis, une petite jupe, courte bien au-dessus du genou, rouge des fines bretelles les épaules dénudées, laisse deviner sa poitrine pas de soutien-gorge rouge, pour faire ressortir la longs cheveux roux s’appelle Colette coco pour les intimes. Je décide pour l’occasion, l’emmener danser elle aime beaucoup, moi pas du tout, mais il y aura sûrement des hommes pour l’inviter je choisis un bar dansant avec orchestre, on peut même manger, nous sommes arrivés vers 19h, à 22h30, la musique, commence, les gens vont danser.
Un groupe de jeunes fait son entrée, 3 garçons et deux filles, assez jolies surtout une mince avec une paire de seins mis en valeur, par un décolleté profond, une minijupe plissée noire, un corsage transparent, dans les garçons, le plus grand, beau garçon, noir, il doit être le mâle dominant, les autres l’appel Jacky, il entraine une des filles sur la piste de danse, un rock, il l’embrasse pleine bouche, c’est sûrement sa meuf, elle virevolte, sa jupette remonte, un slip blanc dévoile deux fesses, ses copains, je m’occuperais bien de son petit cul, moi aussi en chaîne l’autre, ils sont repartis à peloter l’autre cuisses et seins quatre mains pour elle, dans ma tête, je pense moi aussi j’aimerai son petit cul, Colette, ne les quitte pas des yeux, j’ai l’impression qu’elle aurait aimé être à sa place, elle sourit, le mec la remarqué et répond à son sourire, la danse terminée, il retourne à leur table, en passant devant, la nôtre il lance bonsoir , je réponds bonsoir, vous dansez bien, c’est normal on est ensemble c’est ma copine, Lucette, et vous vous ne dansez pas, moi non j’aime pas mais ma femme, Colette, adore, çà, il saute sur l’occasion, si vous permettez, je la ferait danser, pour moi c’est d’accord, si elle le veut, elle a carte blanche, c’est sa fête aujourd’hui, il s’approche de ma femme, pose ses lèvres, sur sa joue, bonne fête, les autres font de même, l’orchestre joue une java, on y va Colette, oui, dit-elle, il pose ses mains sur ses fesses, et les voilà parti, Lucette, me demande, c’est ta copine, non c’est ma femme, elle est belle, rajoute t’elle, je vous présente le groupe, en piste, c’est Jacky le chef, moi c’est Lucette, sa femelle, Philippe, toujours, les mains baladeuses, Said, et Gissèle sa copine, elle appartient à tout le groupe, en chérie, nous c’est Colette, ma femme, moi c’est Claude, dans une toupie, la jupe de Colette est remonter on a vu sa culotte ses cuisses et deux jolis globes ferme les mecs WHOOOO, c’est beau, Lucette, bon ça va, Philippe, c’est même plus beau que le tien, je le regarde et lui dit pourtant tu as dit que tu aimerais bien t’occuper de son petit cul, alors tu ferais quoi, il sourit, beaucoup de choses, vous êtes sympa, il les lâche pas ses fesses, il y prend goût le cochon, on rions tous ensembles, de retour, on les charrie, Jacky, a un bosse dans son jan Colette rougie, un slow, Jacky entraine sa copine, sans se priver de la peloter les fesses, les seins, il manque un peu de respect, on mettra sa sur le dos le l’excitation d’avoir eu ma femme dans les bras.
Philippe, invite Colette, sans une seul hésitation pose ses mains sur les fesses, en croissant le couple, Jacky, Lucette, Jacky change de cavalière, j’aperçois un sourire de ma femme, Lucette, un peu moins. Les slows s’en chaînent, Jacky alterne Colette, Lucette, Philippe danse avec Colette très peu et Said également, il préfère peloter Gisèle. Le dj annonce Mesdames, vous allez vous faire peloter, un zouk, Jacky, ramène Lucette, et vient chercher Gisèle, en lui disant desserré, ta ceinture, elle ne tronche pas et enlève sa ceinture, sur la piste il passe ses mains dans son pantalon, la musique démarre, le déhanchement du cul aussi les mains sont dans le pantalon, elle se donne et à la fin de la danse, il lui roule une pelle, trois minutes d’arrêt avant le prochain zouk, Jacky ramène Gisèle, le prochain, c’est à toi Colette, il part aux toilette, tu vas y aller tu risques de faire peloter le cul, pourquoi, risque, c’est certain, tu y vas oui, elle est déjà debout, de retour, il la prend dans ses bras jusqu’au milieu de la piste, j’ai juste le temps d’attendre fait attention je suis en jupe, oui, deuxième morceau, les mains sont à la limite du bas de la jupe remontent le long des cuisses redescendent, se posent sur le cul qu’elle remue frénétiquement au rythme de la musique, je regarde Lucette, nos regards se croissent, il en profite, me dit-elle ils sont mignon, on dirait des amoureux, çà va pas, si vous êtes tout pâle, c’est la première fois, que tu vois ta femme dans les bras d’un autre, oui, oui ; la première fois je vais aller la remplacer non laisse elle n’a pas l’air d’être contre, ses mains sont sous la jupe, par accident, mais il prend son temps pour les retirer, de bonne guerre, puisque ma femme se laisse faire, fin du calvaire pour moi, dj allez mes dames un gros baisers à vos cavaliers, les couples, s’embrassent pleine bouche, Jacky, et Colette, revient vers notre table la main, dans la main, mais le dj, les rattrapent j’ai dit un baiser, Colette non, le public hurle, le baiser le baiser, Jacky et Colette sont gênés, je regarde Jacky, en haussant les épaules, en signe d’accord, il prend la tête de ma femme, et lui roule une pelle, sa langue fouille sa bouche grande ouverte, elle ferme les yeux, c’est long, il la relâche elle tourne la tête vers moi, dj j’ai dit mes dames pas messieurs, elle s’approche de moi pose ses lèvres sur les miennes je t’aime, ferme les yeux, va chérie, elle retourne vers son cavalier, force sa bouche avec sa langue, ses yeux sont de nouveaux clos, sa bouche est pleine de bave, je bande comme un âne je n’aurai jamais imaginé ma femme embrasser un mec devant moi, il se décolle, le public applaudit, Lucette et moi également, Colette, s’assoit sur mes genoux, sa jupe remonte tout le monde voit sa culotte, rouge, plus foncé au centre elle est mouillée, je t’aime, Jacky, baisse sa jupe, me tape sur l’’épaule, merci mon pote tu es un vrai mec, je vais aux toilette, me soulager ma queue, de retour je vois Jacky, et Colette, main dans la main, franchir la porte de sorti, je demande à Lucette, ils vont où, sur le parking faire quoi, tu devines pas, un peu non, pas si il va la baiser, elle est d’accord, je les suit Lucette me suit, il a plaqué ma femme contre le mur, les bretelles de la jupe sont descendu, les seins à l’air gonflés il fait roulé ses tétons entre ses doigts ,l’autre main sous la jupe, dans la culotte, il lui caresse la chatte, elle gémie, glousse, oooh, il lâche ses seins et descend sa deuxième main sous la jupe, pour descendre sa culotte, Colette, m’aperçois, arrête, il se retourne vers moi, tu arrives trop tard, j’ai envie d’elle et je crois qu’elle aussi a envie que je la baise, je passe derrière ma femme, elle penche sa tête sur mon épaule, pardon chéri, je t’aime, mais il dit vrai, après le baiser je me suis rendu compte que je mouillé mais retourne, on revient tu as vraiment envie oui, je passe mes mains sous sa jupe, baisse sa culotte effectivement elle est trempée, remonte sa jupe la pousse en avant écarte ses cuisses Lucette a compris elle baisse le pantalon de Jacky, sa queue jaillie longue et épaisse, allez baise la prend la défonce sa petite chatte, Colette hurle non pas devant toi non mais Jacky, s’enfonce dans son vagin, elle dit plus rien des gémissements, ouii, c’est bon ohhhh ouiiiiiii, elle jouit comme une folle il la lâche l’embrasse, en lui disant je t’aime, elle se retourne vers moi, m’embrasse fort, j’aurais pas voulu que tu vois çà baise moi, attend d’être à la maison pendant j ’embrasser ma femme Jacky avait remonter sa culotte, plaqué Lucette contre le mur et la baissé à son tour mais c’était son cul qui défoncé, Colette regarde, tu en as envie pas vraiment, mais je dis pas non, on se dit au revoir, je m’aventure, j’embrasse Lucette sur la bouche, qu’elle m’offre, Jacky, lâche pas la bouche de ma femme, stop pour aujourd’hui, on se retrouve samedi soir chez nous venez avec vos amis .




Cette histoire est la propriété de son auteur : ne la copiez pas pour l'afficher sur un site autre qu'histoire-erotique.net

Ajoutez un commentaire pour cette histoire erotique:


Pseudo (*):


       Votre commentaire sur cette histoire(*):




Les champs marqués d'une étoile (*) sont indispensables.



Envie de voir vos écrits publiés?


Histoire-erotique.net vous donne la possibilité de les faire partager !

Pour cela, rien de plus simple : rendez-vous sur le formulaire pour envoyer votre histoire érotique!

A vos plumes !


Envie de laisser un commentaire sur le site? Une idée d'amélioration?

Faites le sur notre livre d'or !