Total : 1923
En attente : 24

Sexe
Soumis
Mature


Histoires par auteur

Hetero (676)
Entre hommes (118)
Entre femmes (51)
Transexuelle (59)
Premiere fois (111)
A plusieurs (653)
Jeune adulte (73)
Mature (19)
Soumis,soumise (143)
Inclassable (44)

Ma kiné a tout compris!
Le désir 6
Le désir 5
1ère fois
Les obligations du service






La chienne est le mari

Ecrit par rycame
Parue le 04 novembre 2013
Il n'y a pas de commentaire pour cette histoire


Cette histoire érotique a été lue 9053 fois | Cette histoire erotique a une note de : 12/20

Noter ce récit erotique !


Marié depuis une semaine je suis content, Lou est très surprise en prenant le controle, j'ai un peu d'argent car j'ai eu un héritage, elle place tout à son nom et mon salaire est maintenant déposé dans son compte, je n'ai plus un mot à dire, ce soir je suis nu comme tout les soirs quand on frappe à la porte, je suis à la cuisine alors je m'asois sur une chaise et j'étend un journal sur la table pour ma cacher car la table est en vitre. C'est Lili une amie de Lou, je suis surpris de les voir arriver avec une pile de papier et prendre les chaises, Lou enlève le journal et étend les papiers,Lili sourit en me regardant, elles regardent les papiers et je comprend que Lou veut acheter un immeuble quand d'une voix sec elle m'ordonne de faire du café, c'est la première fois que je suis humilier comme ca mais j'obéis et debout devant l'évier, j'entend Lili rire:

Tu m'as jamais dit qu'il a une belle petite paire de fesses comme ca?

Tout est petit , petite fesses, petite queue, petit seins et petit cerveau.

J'ai honte en allant au frigo pour le lait sans les regarder, Lili ne se cache pas pour m'examiner en riant, elles continuent à regarderles papiers s'en s'occuper de moi , je reprend ma chaise mais je n'écoute plus ce qu'elles disent, cela dure près de deux hrs avant que Lili parte, après Lou ne dit pas un mot sur ce qui c'est passé, j'en suis content mais en voyant Lou assise au salon à regarder les papiers,je ne peux me retenir et debout au centre du salon je commence à me caresser, parfois Lou me jette un coup d'oeil mail elle retourne à ses papiers très vite,elle reste indifférente et cela me donne des picotements au pénis, je n'ai aucune érection mais je réussis à faire sortir un peu de liquide, je suce mon doigt et y met beaucoup de salive avant d'aller à mon anus, ce n'est pas long que mon doigt me pénètre et je n'ai jamais eu autant de plaisir, je m'entend me plaindre mais je suis incapable de me retenir, je vois Lou qui ne me jette pas un seul regard , cela n'a jamais duré aussi longtemps et quand je réussis à éjaculer je suis très fatigué mais très content du plaisir que j'ai eu.

Tu as enfin compris que pas une femme n'est intéressée par toi et je t'ai vu faire ta chienne même si personne ne te regarde et je ne t'ai jamais vu avoir autant de plaisir, maintenant tu sais comment te contenter et apporte moi un café.

Elle me rend heureu et je ne peux m'empêcher de lui dire que j'ai aimé d'être humilié devant Lili, (sa voix sec, ce n'est pas Lili mais Mme Lili),je vais à la cuisine avec un sourire . Plus tard j'apprend que Lou a achtée un immeuble et que nous déménagons dans quatre mois , Pour mois ce n'est pas important je n'ai qu'une idée en tête, deux fois par semaine je me caresse devant Lou même si elle ne me regarde pas, bientot mon doigt ne fait plus, j'y pense à tout les jours et pour ma première fois j'ai pris une carotte et quand elle remplace mon doigt, Lou a un petit sourire sans rien dire en la voyant me pénétrer, j'essais plusieurs chose mais ce qui a fait rire Lou le plus il y en a deux, le premier c'est un plumeau pour la poussière, il a rit à pleine tête en me voyant sortir de la salle de bain avec le plumeuu entre les fesses, je l'ai garder toute la soirée, l'autre c'est un bouteille que j'ai placée sur le plancher et lentement je me suis assis dessus, elle n'a pas entrée au complet mais cela l'a fait rire. Je sais bien qu'elle raconte cela à ses amies mais je ne peux plus m'en priver et je me demande toujours quand je rencontre un(e) de ses amies ce qu'ils pensent de moi et je sais bien qu'un bon jour cela va me retomber en pleine face mais je m'en fiche.

Lou me dit souvent que je suis une chienne et je crois qu'elle sait que j'aime ca, deux semaines avant le déménagement, il est vingt deux hrs et j'entre dans le salon avec une bobette de Lou, je me suis rasé le sexe et il pointe bien droit, la culotte est très transparente et Lou fige en me voyant, je n'ai pas le temps de bouger qu'elle est près de moi et je recois sa main en pleine figure, la lèvre m'a fendue avec sa bague, (à quatre pattes ma chienne), j'obéis en fermant les yeux, je l'entend marcher quand je recois un coup sur les fesses qui me fait crier, le coup suivant me frappe directement sur les testicules, je me roule en boule en pleurant et en la supliant d'arrêter mais les coups continuent, quand elle s'arrête je pleure comme un bébé. Je l'entend se promener et je n'ai même pas l'idée de regarder ce qu'elle fait mais je l'apprend assez vite. En voyant le sac à vidange qu'elle tient j'ai peur qu'elle me dise de quitter la maison.

Enlève ma culotte et va la jeter avec ce sac dans la poubelle à l'arrière, j'ai de la misère à me lever et comme je prend mon pantalon je recois un autre coup aussi fort en me diant d'obéir immédiatement, elle m'interdit de m'habiller et je dois descendre nu à l'arrière, une chance qu'il fait noir et j'espère ne rencontrer personne, je reviens très vite, honteux je rejoins Lou au salon.

Tu ne veux pas porter des bobettes d'hommes, c'est vrai que tu n'en es pas un, alors tu viens de les jeter et tu n'en porteras plus tant que je n'aurai pas pris ma décision.(Je m'excuse en disant que je n'ai pas pensée avant d'agir). C'est moi qui pense toi tu n'as pas l'intellegence pour penser, va te coucher.

Le travail est dur toute la semaine car dans le camion cela me fait mail à chaque petite bosse et en marchant mon pantalon est une torture pour mes fesses, le soir je suis bien car je l'enlève, ce soir en passant devant Lou je la vois avec une tapette à mouche et je recois un coup sec sur mon pénis en demandant un café, cela pince beaucoup et j'ai peur en apportant sa tasse mais elle ne fait rien, je n'ai pas le gout de jouer avec mes fesses, le dénagement arrive. Elle a demandé deux déménageur avec un camion à mes patrons, tout est fait le même jour mais il n'y a rien de placer, les gars vont revenir le lendemain . Je me lève et apporte un café à Lou dans le lit, je dois aller travailler et Lou est toujours allongée nue et je lui dis que les gars vont arriver bientot , elle prend son café et dit: ( barre pas la porte je termine mon café), dans la rue je rencontre le camion, j'espère que Lou a terminée son café. à la fin de la journée je rencontre les deux déménageurs et un me dit en riant que j'ai une maudite belle femme, arriver à la maison je demande à Lou si les gars sont arriver tard.

Fais pas ton niaiseux tu les a rencontrer en partant, refais le lit et lave les draps .

Le draps est plein de tache et je comprend que c'est du sperme, je comprend pourquoi ils ont dit que Lou est très belle et je comprend leur sourire, ils voulaient rire de moi, il y a trop de tache , je crois qu'ils l'ont fait plusieur fois, je n'ai pas hate à demain car je crois que tout le monde va le savoir à mon travail. Je me demande si Lou a raconté comment moi je me contente, j'espère qu'elle ne l'a pas fait mais d'un autre coté je suis content qu'ils aient comblés Lou et dans le fond j'espère que Lou leur a tout racontée, cela prend deux jours quand un des livreurs me donne une bouteille en riant et dit ( tu ramasse les bouteilles), je vais me demander à chaque fois qu'une personne va me parler si c'est pour se moquer de moi.

Durand la soirée je raconte cela à Lou et elle a rit très fort sans rien dire, ce matin c'est congé et je vais dans les magasins avec Lou et Mme Lili, ellles vont dans les sous vêtements féminis et en les écoutant je comprend qu'elles achètent des sous vêtement pour moi et enb revenant à la maison Lou vide les sacs sur le sofa et m'ordonne de tout essayer, je me retrouve nu et je vraiment honte car les rideaux sont ouvert et j'ai peur que des locataires arrivent et qu'ils me voient, au moin il n'y a pas de voisin en face, Mme Lili ne se cache pas pour rire, tout est transparent il y a des bas de nylon que je devrai toujours porter avec les bobettes, j'ai très honte mais après le départ de Mme Lili je remercie Lou.

Je ne lui dis pas que je suis content avec ce linge, cela me donne des picotements et si j'oserais je jouerais avec mes fesses mais je n'ose pas le faire. Je vais attendre que Lou me pardonne.







Cette histoire est la propriété de son auteur : ne la copiez pas pour l'afficher sur un site autre qu'histoire-erotique.net

Ajoutez un commentaire pour cette histoire erotique:


Pseudo (*):


       Votre commentaire sur cette histoire(*):




Les champs marqués d'une étoile (*) sont indispensables.



Envie de voir vos écrits publiés?


Histoire-erotique.net vous donne la possibilité de les faire partager !

Pour cela, rien de plus simple : rendez-vous sur le formulaire pour envoyer votre histoire érotique!

A vos plumes !


Envie de laisser un commentaire sur le site? Une idée d'amélioration?

Faites le sur notre livre d'or !