Total : 1951
En attente : 129

Sexe
Soumis
Mature


Histoires par auteur

Hetero (704)
Entre hommes (142)
Entre femmes (51)
Transexuelle (60)
Premiere fois (137)
A plusieurs (674)
Jeune adulte (83)
Mature (24)
Soumis,soumise (151)
Inclassable (54)

SODOMIE DU MATIN FAIT DU BIEN
SEX SHOP ET BAISE AU PARKING
Je l'air sucé devant mon oncle
Mon Médecin
UNE SODOMIE ET AU LIT






Ma découverte du candaulisme. 4ème partie. Ma femme devient obsédée.

Ecrit par mlkjhg39
Parue le 18 08 2016
Il y a 1 commentaire pour cette histoire


Cette histoire érotique a été lue 1316 fois | Cette histoire erotique a une note de : 10/20

Noter ce récit erotique !


MA DÉCOUVERTE DU CANDAULISME. 4ème partie
Ma femme devient obsédée.


Antoine réserve une surprise (de taille) à Sophie.



Bonjour ! Je m'appelle Sophie. Vous avez appris à me connaître dans mes précédentes aventures. Je suis mariée avec Damien et je l’ai trompé avec Antoine, son meilleur ami.
J’ai 40 ans, je suis infirmière, blonde, cheveux coupés au carré avec des yeux noisette claire qui tirent un peu sur le vert, bien foutue, une belle poitrine encore ferme ni trop menue ni trop lourde avec ses aréoles bien roses au centre desquelles pointent de petits tétons.


Depuis que j’ai de nouveau trompé mon mari avec Antoine, nous nous retrouvons régulièrement dans sa « garçonnière » une fois par semaine.
Je sais que je ne devrais pas mais c’est plus fort que moi, le goût de l’interdit a réveillé ma libido et j’ai littéralement « le feu au cul ».

Il m’a demandé pas mal de renseignements la dernière fois sur le patient de la chambre 112, un noir de plus de 2 mètres, dans les 100 kilos aux mains énormes de basketteur.
On dirait que ça le stimule surtout quand je lui raconte comment Karine, ma collègue, a branlé l’énorme poutre qu’il a entre les jambes.

Des fois, c’est à peine si nous nous parlons, à peine je suis chez lui que nous nous retrouvons à poil. C’est de l’amour vache, du sexe, rien que du sexe.

Je viens de le rejoindre, aussitôt je me colle à lui sans un mot, ma main se dirige tout droit vers son jean sous son regard complice qui m’incite à aller plus loin.
Ma main caresse lentement son ventre, je descends la fermeture Éclair et me fraie un passage dans son caleçon, Il ferme les yeux quand je me saisis de sa verge. Je l’extrais et délicatement,
branle cette belle colonne de chair qui ne demande qu’à grandir.
Il ferme les yeux, la bouche grande ouverte.
Son sexe devient incroyablement dur. Il me retire mon haut et dégrafe mon soutien-gorge, dévoilant ma poitrine aux tétons aussi durs que sa queue. Il se penche pour me mordiller un mamelon.
Mais je n’y tiens plus, je veux qu'il me baise sans retenue, qu’il me fasse des choses que je n’ose pas demander à mon mari. Je finis de lui retirer ses habits avant de m’agenouiller entre ses cuisses.
J’attrape sa bite passant plusieurs fois ma langue sur mes lèvres gourmandes en le regardant bien droit dans les yeux.
Je crache sur son gland et étale ma salive avant de le prendre entre mes lèvres. J’enfourne dans ma bouche son sexe et le suce avec application.
Mes mains s’activent le long de son tuyau tout raide. Je prends de temps en temps en bouche ses couilles gonflées.



DAMIEN

Antoine est mon meilleur ami et après leur aventure au camping et l’explication orageuse que nous avons eue tous les 3, je lui ai avoué que quitte à être cocu, je préfère que ce soit avec lui. (Lire les épisodes précédents)

Sophie ne le sait pas mais il m’a prévenu qu’une fois par semaine, ils se retrouvaient pour une partie de jambes en l’air.
Ça me chagrine qu’elle continue à me mentir mais je l’aime trop et disons que ça reste « en famille ».
Hier il m’a appelé pour me dire qu’il lui réservait un traitement spécial cette semaine et que si je voulais, je pourrais y assister par écran interposé.
Il a installé des mini-caméras dans la chambre reliées au grand écran du salon.
Je me rends donc chez lui en avance pour me planquer avant la venue de Sophie.

Je n’en reviens pas du comportement qu’elle a avec lui, elle n’a jamais avec moi été aussi « branchée cul ». Une vraie furie qui ne veux que de la bite, de la GROSSE BITE, est-ce parce qu’il est bien monté qu’elle se dévergonde comme ça ?

Je dois dire que le spectacle de sa bouche, la joue déformée par le gland, qui suce cette queue comme un aspirateur me met dans tous mes états et éveille mes sens, que ses doigts agrippés sur une hampe bien dure, la masturbant jusqu’aux aux couilles, m’excite comme jamais.
Elle fait sauter ses dernières fringues et se retrouve dénudée de la tête aux pieds.
Ma queue gonfle illico dans mon pantalon.

Antoine lui demande, se tournant pour être bien en face de l’objectif :
-Dis-moi que tu aimes me sucer, que tu adore les grosses bites, avaler toute ma crème, ma petite pute à moi ! Que tu veux que je te la fourre bien profond ! …
- Oui … Antoine … j’ai envie de ta queue, d’un bon gros chibre bien dur !
Alors, est-ce que ma queue te convient ? Je suis sûr que tu es une tellement gourmande que tu en voudrais une encore plus grosse !
Sophie lui répond du tac au tac :
-J’avoue que depuis que je me fais troncher par toi et ton gros engin, je ne pourrais plus m’en passer, j’adore les grosses QUEUES et même si j’aime toujours autant Damien, il n’y a qu’avec toi et ton gourdin que je prends réellement mon pied coté sexe!

Antoine vient de faire un signe discret et je vois la porte de la salle de bain s’ouvrir.
Un grand noir pénètre dans la chambre en silence, je ne le vois que de dos.
C’est un géant, complètement nu !
Il s’approche de Sophie mais elle ne l’a pas encore aperçu.
Antoine reprend la parole pendant que Sophie continue sa fellation :
-Figure-toi que ton histoire avec le black m’a intrigué, je connais pas mal de monde dans ce milieu et après quelques coups de fils, j’ai su qu’il s’agissait d’Akim et que je le connais.
Et avec lui, tu serais partante ?
Elle me rétorque :
-J’aime les grosses queues mais il ne faut pas exagérer, lui, il a une véritable poutre entre les jambes! Il faudrait vraiment que je sois coincée pour m’occuper d’un tel monstre!
Antoine surenchérit :
-Si je l’invite et que tu te retrouves confronté à lui et à son pieu, oserais-tu essayer quand même ?
Elle reconnait sans aucune pudeur :
-J’admets que j’ai été à 2 doigts de le branler à l’hôpital et si Karine n’avait pas monopolisé sa bite, j’aurais fini par céder à mon envie.

Le grand noir vient de bouger et se mettre de profil devant la caméra, je découvre sur grand écran, stupéfait, un énorme tuyau qui pendille entre ses jambes.
Ma bite est minable à coté de celle d’Antoine mais maintenant c’est à son tour de faire « petit garçon ».
Le black s’approche de Sophie et pose les mains sur ses fesses, elle vient seulement de remarquer sa présence, c’est à peine si elle a une réaction en reconnaissant son patient.
(J’ai su plus tard que pendant les soins qu’elle lui prodiguait, elle était confrontée de très près à ce formidable organe).
Akim se penche, glisse sa main entre les fesses de Sophie et plonge trois doigts dans sa chatte qui ruisselle déjà tout en la regardant administrer une superbe fellation à Antoine.
Elle ondule du popotin comme une chienne en chaleur, ne laissant cours qu’à ses envies de sexe.

Elle abandonne l’engin d’Antoine et se tourne vers Akim pour saisir ce tuyau mou de plus de 20 cm.
- Tu n’as jamais vu ça ? Jette Antoine.
-Si ! Grimace Sophie. Je la connais déjà mais elle est vraiment énorme !…
- N’ai pas peur, touche la, sens comme est douce. L’incite-t-il.
Ma chérie pose sa main sur sa queue, ses doigts essaient d’emprisonner son boudin noir mais c’est impossible, et elle commence à le caresser.
J’assiste par écran interposé à la transformation de son organe qui durcit et s’allonge doucement sous ses caresses. Je fais zoomer la caméra ayant en gros plan le bas-ventre du black.
Mon dieu ! Je n’ai jamais vu ça ! Sa verge a pris des proportions que je ne croyais pas possible, le pouvoir érectile chez lui est très développé, elle est devenue ÉNORME !
Sophie doit mettre quasiment les 2 mains pour faire le tour de cette véritable matraque d’ébène.
Antoine lui demande ses mensurations.
Il lui répond :
-30 cm, et pratiquement 7 de diamètre, et se tournant vers Sophie. Je suis son premier black ?
- Oui… t’es vraiment impressionnant …
- Merci, mais tu sais, il ne faut pas croire que tous les blacks sont comme moi. J’ai de la chance mais c’est aussi un handicap avec beaucoup de filles. Tu as une poitrine magnifique et un cul de rêve… un véritable cul à black.
- Un cul à black ?
-Tu comprendras bien assez tôt.
Son énorme gourdin est maintenant tendu vers le visage de Sophie, elle appuie son coude sur le bas-ventre d’Akim et colle son avant-bras contre le gourdin, ils sont de la même longueur !
- Allez, lance-toi, goûte-la !
Elle ne se dégonfle pas, malgré la peur que je devine dans ses yeux face à cette monstrueuse teub et commence à la branler, elle lèche de la langue son pieu partant des bourses en remontant tout le long vers son gland tout noir faisant plusieurs aller retour.
Akim reprend la parole :
-Il serait temps que tu t’attaques au morceau et toi Antoine, occupes-toi de lui aléser la chatte avant que je m’en occupe moi-même !

Sophie obéit et écarte les mâchoires pour englober avec difficulté son gland, il lui déforme la joue comme jamais. Elle tente de lui prodiguer une fellation mais ne peut absorber que quelques centimètres de cette hampe hors du commun.
Petit à petit, elle prend la mesure de ce jonc vigoureux et s’applique du mieux qu’elle peut.
Elle serre les dents sur la hampe y laissant l’empreinte de sa mâchoire.
Akim grogne de plaisir, les mains dans ses cheveux, et encourage Antoine :
-Vas-y, bourre-la plus fort, chacune de tes ruades la fait goûter à un peu plus de ma glace au chocolat !
Et il se met à rigoler aux gémissements de Sophie qui avale courageusement un peu plus son sexe pour son grand plaisir…
- Tu vois, tu y arrives avec un peu de volonté…Et un peu d’aide !

Je vois cette scène dans un état second, mais bon Dieu ! Que ça me fait bander !!!
Je me branle comme un adolescent devant un film porno !
Je lâche la sauce quand je vois Antoine se retirer de la chatte de ma chérie et lui crépir le dos de son foutre en gueulant :
-Ah, je décharge… Putain Sophie, de te voir de farcir cette poutre… Je n’ai pas pu me retenir !

Akim rigole de plus belle avant de lancer :
-Bon, tu as goûté aux hors-d’œuvre, maintenant tu vas tâter au plat de résistance !
Il relève Sophie qui avec son 1,60 m, a les seins pratiquement à la hauteur de la bite qu’Akim qu’elle colle contre son bas-ventre.
Il la saisit comme une plume et la met à califourchon sur ses épaules pour lui dévorer le minou, encore une chance que le plafond est haut !
Je ne vois plus rien, ils sont un peu hors-champ des caméras mais j’ai toujours le son et les gloussements de plus en plus forts de Sophie me prouvent qu’il doit avoir la langue du même acabit que sa bite, elle est complètement hystérique.
Akim joue du corps de Sophie comme d’une poupée, elle paraît si légère entre ses bras musclés.
Soudain il la prévient :
- C’est l’instant de vérité mais ne t’inquiètes pas, je vais y aller progressivement.
Il la laisse redescendre le long de son torse, ne la retenant que d’un bras et quand les fesses de ma chérie arrivent à portée du missile balistique, elle est pliée en 2 ses jambes coincées entre leurs 2 corps, il redresse sa verge vers la cible à atteindre.
Je ne loupe rien de la scène.....
La tige très épaisse du black est maintenant coincée par le contact de la chatte trempée de jus et de salive mêlés.... Sophie est à peine revenue de sa transe que le gland trigonocéphale force l'entrée de sa petite grotte d'amour.
Elle serre un peu les dents, mais ne peut retenir un cri de plaisir quand le gland force sa vulve.
- AAAHHH !!!!
Il glisse doucement sa verge en elle, puis s’arrête, lui laissant le temps de s’habituer à la taille de son rostre.
Puis il prend le rythme en décollant le corps de Sophie puis laissant la gravité faire le reste, s’enfonçant, et se retirant.
A chaque aller retour, il la laisse descendre un peu plus bas, elle crie de plaisir, s’empalant de quelques centimètres de plus.
Je n’en reviens avec quelle facilité cette grosse tige d'ébène s’introduit dans le con de ma chérie, c’est à peine si elle a un rictus.
La pénétration n’est pas violente, il la soutient ne laissant seulement que le gland et quelques centimètres de la hampe disparaître dans son vagin.
La grosseur de son sexe monstrueux fait le reste, repoussant les limites de dilatation jamais atteintes par sa matrice. Les grandes lèvres doivent suivre le mouvement de son gros saucisson tellement il la remplit.
La scène dure longtemps et Sophie s’impatiente, elle le supplie :
- Défonce-moi plus fort, prends-moi à fond ! Je sens bien ta tige, tu es énorme, je veux que tu jouisses ! Viens, maintenant !
Je ne peux détacher les yeux de ce formidable piston qui défonce ce con tout lisse dans un rythme qui s’accélère. Elle est de plus en plus excitée et hurle de plus en plus fort quand la bite plonge presque entièrement dans ce trou accueillant qu’il comble complètement, l’air est tellement compressé dans son vagin qu’il s’échappe dans un couinement à chaque pénétration.

Il lui fait sucer ses doigts puis met ses 2 mains sur son derrière. Mais, en même temps qu’il la tronche, une de ses mains écarte les fesses de Sophie et deux doigts couverts de salive forcent la porte de son anus. Elle repart dans son délire en gueulant de plaisir tellement elle prend son pied:
-Fais moi jouir j'en peux plus !
Elle est prise de spasmes très intenses sous la violence de l’orgasme de sa vie et il doit la serrer fortement pour pouvoir la retenir contre lui.


Sophie.

Putain ce que je dérouille mais c’est tellement bon !
Je prends un pied incroyable sous ses coups de queue dont la grosseur me lime comme jamais.
Son rythme s’accélère, je crie de plus en plus, ses mains crochent mes fesses, me forçant à accélérer, des doigts s’insinuent dans mon cul, sa queue me pénètre complètement. Je sens qu’il ne va pas tarder à venir, moi, je vais de jouissance en jouissance.

Je viens de subir un dernier orgasme formidable sur ce mât monstrueux quand je le sens gonfler dans ma chatte, il est en train de décharger en moi… Il jouit en expulsant une énorme quantité de sperme. Je continue à masser de mes muscles intimes ce jonc vigoureux qui ne ramollit pas.
Il se retire en me soulevant par les hanches, je me vide du trop-plein de sa semence épaisse et crémeuse qui macule mes jambes.
Je caresse doucement son pieu qui malgré l’éjaculation est toujours aussi impressionnant.
- J’espère que ton mec assure. Lance-t-il. Tu es vraiment une sacrée cochonne. Tu aimes ma queue ? Applique-toi pour la rendre apte au service car tu vas savoir ce que j’entends par tu as un « cul à black » !

Je reprends sa verge entre mes mains et la glisse dans ma bouche complètement déformée par l’intrus. Une odeur forte de nos sécrétions corporelles me chatouille les narines.
- Oui …comme ça… excellent… Mouille la copieusement, t’es vraiment une bonne suceuse!
-Mmmmmmm !!!
Il me caresse le bas du dos, puis les fesses et enfin me retourne en me forçant à me pencher pour lui montrer mon popotin:
- Maintenant, on va changer d’exercice.
Il crache entre mes fesses, les lèches et fait tourner sa langue râpeuse sur mon œillet fripé, déclenchant des frissons dans mon corps en me donnant à sucer ses doigts.
Je les suce, les mouille abondamment de ma salive comme je le faisais avec sa queue.
Puis il vient titiller mon petit orifice, y enfonce un doigt, puis deux…
Un soupir de satisfaction s’échappe de sa bouche.
- Hum, un cul à black, je ne me suis pas trompé...

Il me pousse sur le lit, je suis sur les avant-bras et les genoux, le cul à bonne hauteur, il ramone entre mes fesses avec ses doigts, puis en colle un troisième. Je veux qu’il vienne en moi mais est-ce bien raisonnable ?
Mais les mots sortent de ma bouche malgré mon appréhension :
- Viens, encule-moi, prends mon cul !
- Tu vas souffrir, ma belle ! Mais toutes les femmes fantasment d’avoir ça dans leur cul, petite veinarde !
Il retire ses doigts et présente son pieu à l’entrée, plaque ses mains sur mes hanches et enfonce son défonce-cul de compétition entre mes reins :
-Aaaahhhh … Putain le morceau.. Ça fait maaallll. Aaarrrrêêêtteee… Nnnooonnn… Ooouuuiii… Aaaïïïïïee... Vas-yyy…
Je ne sais plus ce que je dis, je dois avoir l’air d’une folle et le cul déchiré.

J’ai les mains crispées dans les draps, mes boyaux dérouillent à chaque centimètre supplémentaire qui s’introduit dedans mais le supplice est long avant que la tige pharaonique ne soit enfoncée au 2 tiers dans mon petit cul et qu’il marque une pose…
- Alors, Sophie ? Tu as déjà connu ça ?
Je suis tétanisée, sous le choc de cette intromission incroyable, aucun mot ne sort de ma bouche grande ouverte qui cherche de l’air.
Akim continue le supplice du pal, poussant sa grosse matraque d’un dernier effort sur mon petit trou complètement ouvert, ne s’arrêtant que quand ses couilles s’écrasent sur ma chatte,.
Il invective Antoine :
-Hé, tu ne vas quand même pas me laisser faire tout le boulot ! Enfonce ta queue dans sa bouche avant qu’elle ne braille !



Damien.

Je croyais avoir tout vu mais je n’ai pas encore bu le verre jusqu’à la lie.
Non seulement elle a accepté d’être sodomiser par ce gorille en rut mais on dirait que ça lui plait. C’est à peine si elle a gueulé quand il a enfilé entre ses fesses son manche de pioche.

Et maintenant, Antoine, après un instant d’hésitation, monte sur le lit pour se faire tailler une pipe !
Mais Sophie a de la difficulté à le pomper vu la violence des coups de marteau piqueur qui lui défoncent le fondement, elle se comporte comme une chienne soumise, comme une pute.
Il la fesse si violemment que son derrière vire au rouge ! Ses assauts sont d’une rare violence, son bassin cogne en faisant un bruit mat sur le derrière de mon aimée.
Elle voudrait hurler sous ses coups de boutoir mais c’est impossible avec ce qu’elle a en bouche. Et comme si ça ne suffisait pas, Akim lui glisse une main dans la chatte !

Sophie geint tandis qu’Antoine se branle dans sa bouche grande ouverte. Elle est secouée de tremblement sous la jouissance et la douleur mêlées de ces 3 pénétrations simultanées.
- Salope ! T'es trop bonne ! Prends mon bazooka dans ton cul !
Je suis près à intervenir quand il accélère encore la cadence avant de se retirer brusquement.
- Je vais lâcher la sauce grosse cochonne !!!
Il se masturbe frénétiquement. Je ne peux détourner mon regard de cette lance d’ou je vois le sperme gicler et ma femme en recevoir plein les reins, le dos et même les cheveux, une véritable douche de sperme macule sa peau.
A cette vue, Antoine ne peut se retenir plus longtemps, il retire son dard de la bouche four et Sophie reçoit une nouvelle fois de puissants jets de foutre sur ses cheveux, son visage, ainsi que sur sa poitrine.
Elle est pratiquement couverte de sperme par ces deux queutards aux bourses généreuses.

Elle tient à peine sur ses jambes après un tel traitement, Antoine lui suggère :
-Va boire un cognac pour te remettre au salon et après tu prendras une bonne douche, je crois que tu en as besoin !
Sophie se dirige vers la porte, sort de la chambre et entre dans le salon, toujours complètement nue et le corps dégoulinant de stupre et se fige en me voyant, affalé sur le divan la bite au garde-à-vous :

-Alors ma chérie, La baise a été bonne, tu veux encore te farcir une queue ?




Cette histoire est la propriété de son auteur : ne la copiez pas pour l'afficher sur un site autre qu'histoire-erotique.net

Ajoutez un commentaire pour cette histoire erotique:


Pseudo (*):


       Votre commentaire sur cette histoire(*):




Les champs marqués d'une étoile (*) sont indispensables.



Envie de voir vos écrits publiés?


Histoire-erotique.net vous donne la possibilité de les faire partager !

Pour cela, rien de plus simple : rendez-vous sur le formulaire pour envoyer votre histoire érotique!

A vos plumes !


Envie de laisser un commentaire sur le site? Une idée d'amélioration?

Faites le sur notre livre d'or !