Total : 999
En attente : 2

Sexe
Soumis
Mature


Histoires par auteur

Hetero (424)
Entre hommes (55)
Entre femmes (33)
Transexuelle (52)
Premiere fois (35)
A plusieurs (284)
Jeune adulte (9)
Mature (7)
Soumis,soumise (86)
Inclassable (16)

JOSEPH LE JARDINIER
elle avale
MODELE
avec le pere de mon capain et moi sur un bateau
LA VIEILLE FILLE LA DECHEANCE DU CURE






Mariée et soumise 1

Ecrit par Baron de Gite
Parue le 25 juillet 2007
Il y a 3 commentaires pour cette histoire


Cette histoire érotique a été lue 33589 fois | Cette histoire erotique a une note de : 15/20

Noter ce récit erotique !


Lorsqu'elle avait épousé quelques mois aupararavant Arnaud de la Tour-Beaumont, elle ne s'était pas doutée un seul instant qu'elle serait à ce point subjuguée par son beau-père.Celui-ci avait trés vite compris cette attirance et avec la complaisance de son fils en avait tout de suite tiré profit.Monsieur de la Tour-Beaumont père sortait rarement de chez lui traitant ses affaires de son immense bureau. Il avait proposé à Isabelle de devenir sa secrétaire pretextant ne pas savoir se servir de son ordinateur. Arnaud avait biensur encouragé sa jeune épouse à accepter. C'est comme cela qu'un lundi matin Isabelle s'était retrouvée toute émue devant cet homme qui l'impressionnait tant. Elle avait revétu une petite robe d'été s'évésant à la taille et s'arrétant au dessus des genoux. ses seins fermes tendaient le tissu léger à petites fleurs roses. Elle n'avait pas mis de soutien gorge consciemment meme si elle ne savait pas pourquoi elle cherchait à séduire le quinquagénaire qui plus est, était son beau-père. il avait à peine levé les yeux à son arrivée, mais avait eut le temps de remarquer ce détail.


_ Asseyez-vous, je vous ai fait installé ce bureau.

Isabelle remarqua alors la plaque de verre posée sur deux tréteaux, meuble moderne qui dénotait dans le magnifique bureau Louis-Phillipe. elle constata aussi qu'elle allait se trouver en face de son employeur. il se leva et sans se presser vint se placer derrière Isabelle.

_ J'ai décidé d'écrire mes mémoires et c'est à toi que je les dicterais.

Isabelle remarqua aussitot le tutoiement qu'il avait employé, elle s'en sentie flatée. après de multiples explications, elle commença à taper sur sa dictée. Alexandre de son prénom allait et venait devant le table de verre jetant de temps en temps de légers coups d'oeil sur les jambes et la poitrine d'Isabelle. Il savait que s'il voulait arriver à ses fins, il lui faudrait attaquer durement. Il se lança:

_ Déshabilles toi!

_ Hein! que voulez-vous dire?

_ j'ai dit à poil, salope et vite!

_ Je...non...non...je!

_ A poil ou tu dégages, je n'ai pas de temps à perdre avec des salopes de ton espéce.


Complétement atterrée mais déjà conquise, Isabelle se leva et commença maladroitement à oter sa robe. Alexandre la regardait d'un oiel inquisiteur et un léger sourire aux lèvres. Isabelle se retrouva en culotte, une culotte trés sage d'ailleurs.

_ C'est cela que tu mets pour exiter mon fils? tu n'est pas trés douée, à partir d'aujourd'hui tu ne mettras plus de dessous et cela en toutes circonstances. d'accord?

_ Euh oui!

_ Oui qui? tu dois m'appeler Maitre maintenant!

_ Oui maitre.

Isabelle sentait qu'elle plongeait dans un monde qui lui était inconnu mais ce monde l'attirait comme un aimant. obéir, n'etre plus elle meme mais la chose, le jouet d'un homme elle avait fantasmé sur cela quand elle se caressait seule dans sa chambre. Alexandre continua à accentuer son emprise.

_ Ici, chez moi, tu devras etre nue en permanence. Tu oteras tes vétements dans l'entrée et tu te présenteras à moi à genoux, le sexe ouvert à deux mains. toujours d'accord?

Cela allait trés vite pour Isabelle l'entrainant dans un tourbillon qui la grisait et la chamboulait.

_ Oui maitre.

_ Ah aussi! tu te raseras le ventre, intégralement, je ne baise les putes comme toi qu'imberbe, compris?

_ Oui, mais que vais-je dire à Arnaud?

_ Arnaud s'en fout et je t'ai dit de m'apeller maitre.

il giffla les seins d'Isabelle séchement.

_ Aie! oui maitre.

_ Saches aussi qu'ici tu te nommeras Cul de pute. Je trouve que cela te va comme un gant, tu ne trouves pas?

_ Euh! si maitre.

_ Cette aprés-midi nous irons faire quelques achats pour toi, ainsi que ce soir avec Arnaud. Mais pour l'instant tu vas me sucer et taches de t'appliquer.

Isabelle n'avait pas encore envisagé les conséquenses de sa soumission, meme si elle y avait pensé elle était maintenant au pied du mur. elle débraguetta elle meme son beau-père et aprés quelques caresses manuelles elle l'emboucha. Le sexe était gros et long, Isabelle n'était pas une oie blanche mais elle n' en n' avait jamais vue d'aussi gros. Elle continuait à le branlait de sa main mais il l'obligea à cesser:

_ Je veux etre sucé pas branlé, salope et aavales plus loin.

_ Je n'y arriverai jamais, vous, vous étes trop gros!

_ T'as interret à y arriver si tu veux pas que je te tanne le cul à coup de ceinture.

_ Bien maitre!

Il l'attrapa par les oreilles et les cheveux et força la bouche déjà docile, allant percuter le fond de la gorge occasionnant des hauts de coeur à la fréle jeune fille. il cracha enfin son sperme, éjaculant longuement en ralant.

_ Avales salope cela sera ton repas de midi. remet ta robe nous partons.


C'est encore toute retournée qu'Isabelle se retrouva assise prés de lui à l'arriére dans la confortable limousine. Isabelle remarqua aussi que le chauffeur régla son rétroviseur lorsqu'elle reçu l'ordre de se trousser et d'écarter les cuisses. ils firent les quelques kilomètres qui les séparaient de la ville sans autres incidences. le chauffeur les déposa au centre-ville et Alexandre entraina Isabelle vers une petite boutique d 'articles pour animaux ou ils entrèrent. il y avait un couple qui se faisait servir par un vendeur mais Alexandre s'adressa directement au directeur assis derrière un bureau.

_ Bonjour Germain, J'ai besoin de tes compétences.

_ Ah bonjour Alexandre, bonjour mademoiselle!

_ Madame, c'est ma bru et c'est pour elle que nous sommes ici.
Isabelle vit aussitot le coup d'oeil que l'homme lança vers le couple.

_ Si nous passions dans l'arrière boutique?

Alexandre acquiessa et le trio entra dans une petite salle qui sentait fort le cuir neuf. Isabelle n'eut pas le temps de s'approfondir sur le lieu car son maitre ordonna:

_ A poil Salope! et vite!

_ Mais... mais pas devant lui?

Elle reçu une gifle magistrale qui fit balloter sa téte et c'est en sanglotant qu'elle s'éxecuta devant le gros bonhomme hilare. Il la détailla sans vergogne.

_ Jaimerai d'abord un collier. Cuir rigide, plaque dorée large.
L'homme à moitié chauve s'affaira quelques instant au fond de son antre et revint avec ce qu'Alexandre désirait.

_ Voila, je vends cet article pour les gros chiens, il fera surement l'affaire pour une petite chienne.

Isabelle frémit sous l'insulte venant d'un inconnu mais elle n'osa pas se manifester, d'autant qu'Alexandre enchaina:

_ Fait graver: CUL de PUTE en dessous ESCLAVE et en dessous propriétaire etc...

_ Bien Alex, tu désires autre chose?

C'est la premiere fois qu'Isabelle entendait quelqu'un appelait son maitre par un diminutif mais cela prouvait aussi leur connivence.

_ Eh bien comme d'habitude, harnais, bracelets etc...

_ Un mors d'enculage?

_ C'est principalement pour cela que je suis ici je compte m'en servir dés ce soir.

_ Nous allons lui essayer cela tout de suite.


Isabelle se retrouva harnachée plusieurs fois de toutes sortes de choses en cuir noir ou rouge et le petit homme rond qui se faisait un plaisir de les lui ajuster mettait de coté ceux qui convenaient à Alexandre. Elle sursauta et tenta de se cacher quand le vendeur entra alors qu'elle était presque nue pour ramener le collier gravé. Alexandre pris un malin plaisir à le mettre autour du cou d'Isabelle devant celui-ci.

_ Cela te vas à ravir Salope!

Le petit homme renchérit:

_ J'ai hate de la voir au club et surtout de l'essayer
_ Elle n'est pas encore préte pour le club mais si tu veux l'essayer ne te génes pas, cette pute va se faire un plaisir de vous satisfaire, n'est-ce pas salope?

_ Euh! si c'est ce que vous désirez.

_ Je te l'ordonne et sois trés trés obéissante hein!

Puis s'adressant aux autres:

_ Je vous la laisse une heure ou deux, je vais chez Tarek mettre quelques trucs au point. d'ailleurs si tu veux venir ce soir chez Tarek ne te géne pas Germain cette petite pute aura encore quelques essayages à faire. je te confirmerait l'heure à mon retour. Amusez-vous bien en attendant, mais laisse son cul vierge, je me le réserve.


Alexandre était à peine parti que les deux hommes étaient déjà prés d'elle. le plus jeune qui n'avait pas l'habitude n'oser rien faire mais son patron en crochetant durement un sein d'Isabelle ordonna:

_ A quatre pattes salope et avance!

la tirant par le sein maltraité il la força à se mettre dans la position désiré. Il alla ensuite s'installer à coté de son vendeur et ordonna:

_ Allez, fait le tour de la piéce comme cela.

ils éclatèrent de rire en meme temps, faisant naitre une rage impuissante dans la tete d'Isabelle. le petit homme continua:

_ Arrete toi le cul face à nous, écartes tes fesses à deux mains, ta moule aussi, je veux voir ce dans quoi je vais me vider les couilles. J'espére que tu mouilles parce ce n'est pas la peine de compter sur moi pour les préliminaires hein!


Il éclata encore de son grand rire entrainant l'autre qui commença à se faire plus entreprenant.

_ J'aimerais qu'elle me suce pour commencer.


_ Eh bien! il suffit de demander. Viens sucer salope!
Bien qu'en rage, Isabelle s'éxecuta suçant les deux hommes tour à tour. c'est le patron qui le premier fit le tour et pointa son sexe gros mais court à l'entrée du vagin. Elle continua à sucer l'autre tout en subissant les coups de reins rageurs du petit gros. Ils échangèrent plusieurs fois leurs places avant de jouir en elle. Isabelle qui se crut soulagée fut estomaquée quand le petit homme renchérit:

_ Nettoie nos bites salope nous n'en avons pas encore fini avec toi.

Elle lécha leurs sexes longuement sur toute la longueur sentant ses propres odeurs intimes. Elle dut ensuite rester à genoux pendant qu'ils se rajustaient. le vendeur retourna au magasin mais le patron continua à vouloir s'amuser avec Isabelle. Il lui fit prendre de multiples poses toutes contraignantes ou dégradantes continuant à l'insulter de toutes sortes de noms d'oiseaux. Il savait qu'une des pires choses que pouvait subir une soumise était de se caresser devan un inconnu aussi ordonnat'il:

_ Sur le dos, putain et titille toi le bouton, je veux t'entendre jouir comme une chienne sinon je te cravache la moule.
Isabelle était en train de s(éxecuter depuis quelques minutes quand Alexandre refit son apparition. elle se crut soulagée.

_ Je ne sais pas ou Arnaud a trouvé cette putain mais elle promet et avec le clito qu'elle a, j'espére que tu la fera anneller.

_ J'y compte bien, bien sur et le plus rapidement possible.

Alexandre souriait en regardant Isabelle dans sa position dégradante. Elle crut qu'ils allaient partir, qu'il allait faire cesser son martyre mais au contraire il renchérit:

_ Enfonce les doigts de ton autre main dans ton trou à bite, nous n'entendons pas ta mouille tu dois etre en permanence prete à accueillir de la queue. tu n'as pas encore compris? tu es à nous maintenant, à nous, à Arnaud bien sur mais surtout à moi et à tous ceux à qui je voudrais bien te preter.


Curieusement, Isabelle jouit reelement en entendant ces paroles. Elle venait d'entendre ce dont elle révait au fond d'elle meme. Ce qu'elle avait enfui sous la pression de son éducation catholique. elle allait devenir une esclave. A vingt trois ans, esclave d'un homme qui en avait plus du double mais qu'elle venerait déjà comme un maitre qu'elle espérait dur, cruel et intransigeant.



Ils prirent enfin congé du petit homme non sans qu'Alexandre lui donne rendez-vous pour le soir meme dans un lieu qu'Isabelle ignorait encore. dans la voiture qui les ramenait, Alexandre redevint presque tendre, meme si elle avait du se trousser et écarter les jambes toujours sous le regard vicieux du chauffeur.

à l'entrée de l'immense demeure, elle ota sa robe et c'est nue qu'elle prépara du café pour le servir à Alexandre. celui-ci était en grande conversation au téléphone quand elle refit son apparition au salon. Isabelle compris qu'il parlait d'elle avec Arnaud quand il déclara:

_ Je la garde pour cette nuit, il faut qu'elle s'habitue et puis si on veut la présenter au club pour septembre il faut la dresser rapidement.


Les mots chantaient à l'oreille d'Isabelle ou plutot bourdonnaient, Habitude dressage, présentation etc... Elle ne savait pas ou cela aller la mener pais elle n'avait qu'une hate... Y etre.



Cette histoire est la propriété de son auteur : ne la copiez pas pour l'afficher sur un site autre qu'histoire-erotique.net

Ajoutez un commentaire pour cette histoire erotique:


Pseudo (*):


       Votre commentaire sur cette histoire(*):




Les champs marqués d'une étoile (*) sont indispensables.


Envie de voir vos écrits publiés?


Histoire-erotique.net vous donne la possibilité de les faire partager !

Pour cela, rien de plus simple : rendez-vous sur le formulaire pour envoyer votre histoire érotique!

A vos plumes !


Envie de laisser un commentaire sur le site? Une idée d'amélioration?

Faites le sur notre livre d'or !