Total : 2243
En attente : 21

Sexe
Soumis
Mature


Histoires par auteur

Hetero (723)
Entre hommes (161)
Entre femmes (55)
Transexuelle (64)
Premiere fois (171)
A plusieurs (707)
Jeune adulte (114)
Mature (35)
Soumis,soumise (171)
Inclassable (63)

Une tournée qui coûte cher
Le pêcheur 2
Le pêcheur
érection génante
Une défonce mémorable






Mariée et soumise 2

Ecrit par Baron de Gite
Parue le 25 juillet 2007
Il y a 9 commentaires pour cette histoire


Cette histoire érotique a été lue 53981 fois | Cette histoire erotique a une note de : 13.75/20

Noter ce récit erotique !


Isabelle avait passée le reste de l'aprés midi à servir son désormais maitre. il n'avait plus à aucun moment manifesté le désir de la prendre ou de l'obligeait à faire autre chose que de rester nue devant lui. le seul ordre ou plutot la seule contrainte avait été l'interdiction de prendre un siége. Elle devait rester à genoux à ses pieds prete à satisfaire ses moindres désirs. les choses s'accelerèrent au moment du repas du soir. Non seulement Isabelle dut aider la cuisiniére par ailleurs épouse du chauffeur, mais elle le fit nue et devant le couple égriards.

On l'affubla d'un petit tablier blanc qui ne cachait ni son sexe ni ses fesses et d'une coiffe de dentelles. Elle servit Alexandre ainsi vétu. Elle en avait honte mais savait qu'il en serait dorénavant ainsi, ne l'avait elle pas voulu. Isabelle devait entre chaque plat s'agenouiller prés de son maitre et attendre ses ordres. Elle se pliait à cette volonté avec une certaine volupté jusqu'à la fin du repas d'Alexandre.

_ Pour moi j'ai fini, mais toi tu vas ramener ta gamelle. Pour ta premiere fois tu mangeras devant moi mais demain cela sera dans la cuisine, une esclave mange à l'office n'est-ce pas?

_ Oui maitre.

Isabelle revint de la cuisine avec une gamelle de plastique rouge. une gamelle pour chien. Elle était suivit de Rachida, la cuisiniére, qui s'adressa à Alexandre:

_ J'ai éxecuté vos ordres monsieur, mais je trouve que vous étes trop bon avec elle.

_ Je sais, je sais, ma bonté me perdra mais c'est la première fois tu comprends nous varirons les menus plus tard comme pour les autres.


Les autres, Isabelle n'avait pas envisagé qu'il y en ai eut d'autres qu'elle ou meme peut etre qu'il y en ai encore. cela la déstabilisa encore plus. Rachida saisit la gamelle et la présenta devant le visage d'Isabelle:

_ Lit Salope!

Isabelle vit alors l'inscription au marqueur sur le plastique rouge.

_ Lit à haute voix, putain, t'es idiote ou quoi?

Isabelle n'avait pas envisagé qu'elle devrait aussi obéir au personnel d'Alexandre et surtout qu'ils la traiteraient comme une soumise. elle annonca:

_ Cul de pute!

_ Mieux que cela, plus fort!

_ CUL DE PUTE.

_ Voila c'est mieux, à genoux et mains dans le dos.


Isabelle comprit qu'il lui fallait obéir, Rachida était encore plus dure qu'Alexandre, surement une affaire de rivalité féminine. Elle ne se doutait pas qu'avant d'etre au service d'Alexandre Rachida avait travaillé dans un bordel ou elle dressait les prostituées récalcitrantes. C'est pour cette raison qu'Alexandre avait engagé le couple au moment de la fondation du club trés fermé dont il était président. Isabelle apprendrait aussi plus tard à connaitre le courroux du mari de celle-ci.


Isabelle plongea son visage dans l'espece de ragout pres-coupé et commença à manger devant eux. Rachida se plaça derrière elle et ordonna:

_ écarte les cuisses salope!
Isabelle sentit aussitot la chaussure de la cuisiniere sur son sexe. le geste était brutal. Rachida frottait durement les nymphes du dessus de sa mule. les coutures grossières du cuir rappaient l'endroit fragile. Entre deux bouchées, Isabelle serrait les dents, elle avait vraiment mal et elle savait que cela ne serait pas la dernière fois. Son calvaire dura tout le long de son repas et elle ne fut pas surprise d'entendre Alexandre dire lorsqu'elle eut fini:

_ Prépare la nous sortons ce soir. Grand jeu hein! c'est une salope doublée d'une pute tu as vu non?

_ Pour la tenue?

_ Rien, juste les tatouages au henné. Je t'ai fait la liste de ce que je veux que tu lui marques et ou, voila!

_ Bien monsieur.


Rachida entraina Isabelle dans la salle de bain. Aprés lui avoir oté son tablier elle mouilla à l'aide la douchette la toison pubienne de celle-ci, puis la barbouilla de créme à raser. Isabelle avait compris qu'elle allait faire le sacrifice de sa toison mais elle redoutait le rasoir du type coupe-choux et surtout la cruauté de Rachida. Celle-ci avec une dextérité certaine eut en un clin d'oeil, raison de toute pilosité. la jeune fille pensa avoir amadouée la mère maquerelle mais cell-ci renchérit:

_ Bientot je te raserai la tete ma poulette, Alouette.

Isabelle compris qu'elle ne plaisantait pas.

La jeune fille dut ensuite s'allonger sur une table et Rachida s'installa entre les jambes pendantes et ouvertes d'Isabelle. elle passa une créme apaisante sur le pubis rougi et commença à préparer son henné. la séance dura plus de deux heures, Rachida prenait sontemps centrant les inscriptions, disposant Isabelle dans les positions lui permettant d'écrire sur les fesses le ventre ou les seins d'une Isabelle completement docile.

_ Et maintenant, la touche finale ma beauté, avec ça tu vas déguster ma belle. tu vas voir ta moniche va ressembler à celle d'une vieille pute; bien rouge et grande ouverte.

Elle sortit alors de sa poche une boite qui ressemblait à une vieille boite de cirage avec un papillon pour l'ouverture. Isabelle assise pour la circonstance pu voir la créme rouge vive qu'elle contenait.

_ Quand je t'aurais enduite tu vas sentir une brulure intense, une brulure qui vas se transformer peu à peu en une volonté de te faire prendre. Petit à petit tu ne penseras plus qu'à cela, te faire baiser, mais meme lorsque cela aura été le cas tu ne sera pas appaisée tu en voudras encore et toujours et ce pendant de longues heures.


Ce disant elle avait pris une noisette de créme sur son index et joignait le geste à la parole. Isabelle voyait les petites lèvres de son sexe enflaient. la sensation de chaleur était telle qu'elle devait se mordre pour ne pas hurler. Rachida jetait des regards vers le visage de la jeune fille ou roulaient déjà quelques larmes. Elle laissa un instant la jeune mariée reprendre ses esprits. le sexe était comme tuméfié rouge vif et gonflé. c'est le moment qu'elle choisit pour parfaire sa domination.

_ Ton maitre ne m'a pas demandé que je m'occupe de ton clito mais ici c'est moi qui commande alors tu vas prendre toi meme de la creme et t'en enduire ta viande de putain ainsi que tes pis. Tu es d'accord n'est-ce pas?

_ Euh! je ne sais pas madame c'est si... si terrible.

Elle reçu une gifle aller retour sur son visage en larmes.

_ Je vous en supplie madame! pas ça.


Un autre aller retour eut raison des dernières réticenses. Isabelle avait que Rachida ne céderait pas. Elle prit un peu de créme qu'elle étalla sur ses tétons et les auréoles de ceux-ci, puis s'en enduisit le clitoris. Elle hurla presqu'aussitot sous la brulure terrible. Rachida se leva et alluma une cigarette en attendant qu'Isabelle reprennent un peu ses esprits. Elle ramena enfin la jeune fille au salon ou Isabelle eut la surprise de voir que son mari était arrivée. une autre surprise fut celle qu'il ne montra aucune réaction à voir son épouse nue, tatouée et le sexe et les tétons enflés et rouge.

_ Votre putain est préte messieurs! Dit Rachida en repartant vers la cuisine.
Alexandre et Arnaud s'approchèrent de la jeune fille et c'est Arnaud qui ordonna:

_ A genoux salope!

Isabelle comprit à ce moment là que ce qui lui arrivait était prévu depuis longtemps, surement depuis le jour ou elle avait rencontré Arnaud. Comment pouvait-il en etre autrement, il était riche, de bonne famille et elle n'était à l'époque qu'une petite serveuse de restaurant. elle se souvint aussi de sa présentation à celui qui allait devenir son beau-père et maitre. Comment il l'avait regardé de bas en haut puis de haut en bas. Les questions plutot indiscrétes qu'il lui avait posé, elle avait eut le doute à ce moment là s'en y croire vraiment qu'Arnaud avait raconté à son pére les ébats amoureux qu'ils avaient eut auparavant.

_ Je t'avais dit qu'elle serait parfaite non!

_ Lorsque j'en aurai fini avec elle, elle sera parfaite pour l'instant ce n'est qu'une pute bientot tu la présenteras au club comme eslave rouge.

Isabelle ne comprenait pas ce qu'Alexandre disait à Arnaud mais elle devinait que les jours qui allaient suivre n'allaient pas etre tranquille. Arnaud fit le tour d'Isabelle et dit:

_ J'aime bien ces tatouages je les ferai faire définitivement quand je la présenterait.

_ Oui et avec les anneaux elle sera parfaite.


ils prirent du café en attendant l'heure de leur rendez-vous et Arnaud se fit sucer devant son père par son épouse. Malgré sa honte elle s'enquit de cette tache sans état d'ame.
en éjaculant Arnaud éructa:

_ Elle suce déjà sans les mains, elle apprend vite.

_ Elle est faite pour subir, c'est dans sa nature n'est-ce pas putain!

_ Oui maitre!

_ Si nous y allions, Tarek va nous attendre. toi la pute tu restes à poil sinon à quoi aurait-il servi de te décorer.


Avant de sortir, Alexandre posa autour du cou d'Isabelle le terrible collier et y ajusta une laisse. c'est tirée par celle-ci qu'elle se dirigea vers la voiture ou attendait le chauffeur. Ils se dirigèrent de nouveau vers la ville mais cette fois ci dans les quartiers moins fréquentables surtout à cette heure avancée de la soirée. le chauffeur, heureusement pour Isabelle se gara devant le sex-shop ou elle comprit qu'ils se rendaient. les rideaux de fer étaient tirés. Isabelle crut un moment échapper à la suite des évenements mais en la tirant par la laisse toujours nue sur le trottoir, Alexandre l'entraina vers une porte sur le coté de l'établissement. il y frappa avec un code convenu. la porte de fer s'ouvrit presqu'aussitot sur un homme plutot rabelais mais qui présentait une musculature imposante. ils suivirent sous la lune un long dedale qui les mena dans l'arrière salle du sex-shop. Isabelle d'abord éblouie par la lumière forte qui y régnée put distinguer peu à peu les six hommes qui s'y trouvaient. tous assis dans de confortables fauteuils, ils buvaient forts alcools et fumaient de capitonneux cigares. Un homme se leva.


_ Cul de pute, je te présente Tarek que tu appeleras comme tous ceux présents maitre.

Isabelle regarda avec appréhension l'homme. il était grand, son torse nu laissait deviner lui aussis une bonne musculature et le pantalon de cuir qui recouvrait ses cuisses elles aussi musclées faisait trembler d'effroi la fréle jeune fille. Alexandre s'adressa à l'assemblée:

_ Messieurs je ne vous connait pas pour la plupart puisque vous etes invités par Tarek mais sachez Que Cul de pute est ici pour des essayages un peu spéciale. Mon fils et moi désiront l'asservir au plus haut point de l'esclavage de notre club. cette nuit aprés ses essayage vous pourrez profiter de ses charmes sauf de son cul qui n'est pas encore dépucelé. Sachez aussi que la soirée sera filmée et que si vous le désirez, Tarek pourra vous procurez une copie. messieurs que les réjouissances commencent.


C'est le signal qu'attendait Tarek. Il entraina par la laisse, Isabelle au milieu du cercle formé par les fauteuils. deux hommes laissèrent leurs places au arrivant pour se saisir de caméra et commencer à filmer. Tarek en habitué commença:

_ A genoux sale pute!

Isabelle se retrouva à genoux et les mains sur la tete. un des caméraman commença par filmer les faux tatouages. sur un écran géant de controle tout le monde put lire. D'abord celui sur la poitrine au dessus des seins:

PUTAIN EN DEVENIR

Puis la caméra glissa sur le ventre vers le pubis juste au dessus du sexe était inscrit:

TROU A BITES et en dessous
SERVEZ-VOUS


Mais le pire fut ce qu'elle put lire en meme temps qu'eux sur ses fesses, Rachida avait inscrit

TROU A BITES EN DEVENIR et sur l'autre fesse BIENTOT OUVERT A TOUS.


Tarek qui s'était éloigné pour laisser les hommes filmer revint avec toutes sortes d'objets. il tendit d'abord à Isabelle un godemichet de bonne taille qui imitait à s'y méprendre un sexe d'homme.

_ Branle toi le vide-couilles avec ça Salope!

Avec un peu d'hésitation Isabelle s'éxecuta mais le terrible créme lui donnait trop envie d'etre penetrée pour tergiverser plus longuement. Elle se pénetra d'un coup sous les rires moqueurs et les quolibets des hommes présents. Isabelle fiy d'abord de lents va et vients mais Tarek l'exorta à allez plus vite et surtout plus loin. elle allait jouir quand Tarek lui tendit une chose monstrueuse qui meme si la ressemblance avec un sexe masculin était flagrante n'avait rien d'humain.

_ Prends celui là pour te finir putain!
Isabelle eut du mal à faire entrer l'engin dans son sex qui bien que parfaitement lubrifié était encore assez serré. Elle y parvint aprés quelques effort encouragée par les insultes qui fusaient de toutes parts. c'est Tarek qui la pistonna durement avec le sexe de latex. Elle hurla plusieurs fois sa jouissance et s'écroula honteuse au pieds de son bourreau en sanglotant.

Ce qu'avait dit Rachida était vrai, elle en avait encore envie et serra les cuisses sur le terrible olibos pour qu'il ne s'échappe pas du sexe qu'il martyrisait. Tarek ne lui laissa qu'un cours répit:

_ Debout salope! les bras en l'air.

Isabelle se retrouva les poignets enchainés en l'air. Tarek prit une cravache qu'il fit siffler plusieurs fois devant le visage de la jeune fille. le silence s'était fait dans la salle. l'atmosphére enfumée restait pesante; la cravache cingla une premiere fois les fesses d'Isabelle qui hurla sous la douleur. Tarek la baillonna d'une boule en caoutchouc.

_ Cette pute va réveiller tout le quartier.

il continua à fouetter les fesses tendre de la jeune fille qui criait dans le baillon sous les regards égriards des spectateurs.puis il passa au devant cinglant plusieurs fois les seins droits et dur, faisant éclater legerement les vaisseaux sanguins qui les parcouraient. Ce fut ensuite le tour du ventre. Tarek était un expert sachant frapper au bon endroit sans trop de force ni trop peu. c'est presqu'évanouie qu'Isabelle fut détachée. mais Tarek n'en resta pas la. Il posa aux levres du sexe ainsi qu'aux tetons de cruelles pinces munies de dents et les lesta de poids puis à l'aide de sa cravache il obligea Isabelle à passer devant chaque homme, non sans lui avoir glissait à l'oreille ce qu'elle devait faire et dire. C'est Germain le petit chauve de la boutique pour animaux qui eut sa première visite. Isabelle s'accoupit devant lui, les cuisses grandes ouvertes et dans un soupir dit:


_ Je suis une grosse pute et j'aimerais avoir l'honneur de me faire bourrer le trou à bites par vous maitre.

Tout le monde éclata de rire gras et tout le monde eut droit à la meme phrase. Certains prirent un malin plaisir à jouer avac les poids qui martyrisaient Isabelle. Tarek la ramena enfin au milieu de la salle et lui ota les pinces ce qui la fit hurler de douleur. elle dut ensuite se mettre à quatre pattes et Tarek lança à l'assemblée:

_ Messieurs, elle est à vous!


Telle une harde de sauvages les hommes se précipitèrent sur elle sauf à son grand dam, Alexandre, Arnaud et meme Germain. Elle eut trés vite sa bouche et son sexe investies de sexes durs qui la malmenèrent brutalement. ils avaient tous des préservatifs mais elle sentait néanmoins leurs éjaculations. ils en eurent trés vite fini avec elle surement trés éxités par le spectacle qui leur avait été donné. mais ce qui la mortifia le plus dans cette soirée c'est qu'à leurs départs ils tendirent des billets à Tarek. Il venait de la prostituer à ses clients. Elle venait de faire réellement la pute pour la premiere fois et elle savait déjà que ce ne serait pas la dernière. c'est par la laisse qu'elle retourna à la voiture et elle savait déjà que la soirée n'était pas finie. Germain et Tarek les suivaient et eux n'avaient pas encore jouit d'elle. Tarek déposa dans le coffre tout un attirail d'objet non sans insister:

_ C'est à toi, c'est ce que tu as gagné avec ta moule de salope.

La voiture ressortit de la ville pour se diriger vers la foret ou enfant elle allait se promener avec ses parents. le véhicule s'engagea dans un chemin de terre et roula encore quelques instants. En descendant Isabelle put apercevoir à une centaine de mètres des feux et des ombres nombreuses autour. c'est Germain qui prit alors les choses en main. Il tira sechement sur la laisse faisant trébucher Isabelle qui faillit tomber.

_ Avance, Tu n'as pas encore fini de faire la pute, sauf qu'ici tes clients n'ont pas un rond, alors il va falloir baisser tes prix. mais moi je suis certain que tu en as tellement envie que c'est toi qui va payer pour qu'ils te baisent.


Il était vrai que la creme faisait encore beaucoup d'effet et qu'Isabelle avait encore follement envie de se faire pénétrer. mais elle ne voyait pas comment, nue, elle pourrait payer quelqu'un pour lui faire l'amour. en se rapprochant elle aperçu les hommes présents, des SDF, un camp de fortune abritant chichement des gens sans. Elle se douta au nombre des cadavres de bouteille jonchant le sol qu'ils étaient ivres. Germain se vanta auprés des autres avoir fait livrer les consommations. Il plaisanta en accentuant qu' ici ce n'était pas la qualité mais la quantité qui comptait. Isabelle fut amené au centre du cercle de tonneaux ou brullaient de vieilles palettes. bien que titubant les hommes s'approchèrent d'elle.

Certain ss'enhardirent à la caresser, à la palper meme. des doigts gourres et sales penetrèrent son intimité. Elle n'osait se soustraire à ce suplice de peur d'affronter le courroux d'Alexandre. mais cela encouragé les hommes à plus de précipitation. Germain les laissa faire quelques instant avant d'élever la voix.

_ Messieurs, messieurs. Madame est venu ici dans l'espoir de se faire baiser comme une chienne. Elle est d'ailleurs prete à vous payer pour cela seulement elle a oublié son sac à main, j'espére que vous ne lui en tiendrez pas rigueur et que vous lui accorderez tout crédit.


Isabelle avait presqu'envie de rire malgré la situation. le langage que Germain employait contrastait avec la situation. Lui qui n'avait envers elle qu'insultes à la bouche parlait avec eux comme à des hommes du monde. des murmures parcouraient la petite tribu qui continuait à se passer les bouteilles.

_ Et combien elle donne la petite dame pour qu'on s'occupe d'elle?

ils s'adressaient à elle. Germain restait muet le regard interrogateur.

_ Euh je ne sais pas! je n'en ai aucune idée.

_ Elle n'en a aucune idée et si on disait vingt?

_ Je ne sais pas vingt euros chacun c'est beaucoup.

_ Il faudrait savoir ce qu'on veut hein madame un bon coup de bite ou rien du tout. Ton ami nous a dit que t'écartait facilement les cuisses mais nous c'est plutot le fric qui nous interressent.


Isabelle se tourna vers Alexandre puis Arnaud mais tous restaient muets. c'est Germain qui non sans quelqu'intérets débrouilla la situation à son avantage biensur.

_ Si Alex le permet j'avance la somme mais il faudra me rembourser et en nature bien sur. un week-end tout à moi je crois que c'est raisonnable non?

_ Oui si c'est ce que vous voulez et si mon maitre le permet.

_ C'est d'accord!

La voix de ténor d'Alexandre venait de résonner au dessus des brouhahas. Vous baisez cette pute autant que vous le voulez et vous avez chacun un billet. seulement toi la putain tu fait comme tout à l'heure tu demandes à chacun de te bourrer le trou à bites.

_ Bien Maitre.



Et durant les deux heures qui suivirent Isabelle resta allongée sur de vieux cartons, les cuisses ouvertes. A chaque foisqu'un homme se présentait à sa bouche ou son sexe elle lui demandait en termes crus de la prendre à la satisfaction des trois voyeurs mais surtout pour plaire à Alexandre son dieu son maitre.


A son reveil le lendemain, elle était encore fatiguée. Elle prit une douche qui l'apaisa un peu mais son seul but était de retrouver Alexandre pour le servir. Elle eut la cruelle désillusion d'apprendre qu'il était sorti, elle apprit ensuite que c'était encore dans le but de son dressage qu'il s'était absenté.



Cette histoire est la propriété de son auteur : ne la copiez pas pour l'afficher sur un site autre qu'histoire-erotique.net

Ajoutez un commentaire pour cette histoire erotique:


Pseudo (*):


       Votre commentaire sur cette histoire(*):




Les champs marqués d'une étoile (*) sont indispensables.



Envie de voir vos écrits publiés?


Histoire-erotique.net vous donne la possibilité de les faire partager !

Pour cela, rien de plus simple : rendez-vous sur le formulaire pour envoyer votre histoire érotique!

A vos plumes !


Envie de laisser un commentaire sur le site? Une idée d'amélioration?

Faites le sur notre livre d'or !