Total : 2243
En attente : 12

Sexe
Soumis
Mature


Histoires par auteur

Hetero (723)
Entre hommes (160)
Entre femmes (54)
Transexuelle (64)
Premiere fois (169)
A plusieurs (705)
Jeune adulte (114)
Mature (33)
Soumis,soumise (170)
Inclassable (63)

Une tournée qui coûte cher
Le pêcheur 2
Le pêcheur
érection génante
Une défonce mémorable






NUIT D ORAGE

Ecrit par arcay
Parue le 16 janvier 2016
Il y a 2 commentaires pour cette histoire


Cette histoire érotique a été lue 3467 fois | Cette histoire erotique a une note de : 10/20

Noter ce récit erotique !


J'aurais passé de bonnes vacances si le temps avait été clément.
J'étais parti depuis une semaine et il n'avait pas cessé de pleuvoir.
Je me décidais à aller vers le sud ouest en espérant trouver un peu de soleil.
Effectivement arrivé vers BORDEAUX la pluie cessa.
Il n'était que 16 heures et décidais d'aller jusqu'au bassin d'Arcachon pour y passer la nuit.
Malheureusement en cette saison, tous les hôtels étaient complets et je décidais de m'éloigner un peu de la côte pensant trouver plus facilement un hébergement.

Je repris donc la route. Le soleil commençait à se voiler et de gros nuages d'orage montaient.
La pluie arriva d'un coup, noyant le paysage.
L'averse était tellement forte que je fus obligé de ralentir fortement.
Après avoir traversé deux villages déserts, je commençais à désespérer de trouver un hôtel.
Comble de malchance, le moteur de ma voiture commença à émettre des sons bizarres et à couper par intermittence, sans doute à cause des trombes d'eau.
A la sortie du village suivant, j' aperçu une pancarte indiquant :
« HOTEL DU LAC 2 KM »
Je fis une prière muette pour qu'il soit ouvert et qu'une chambre soit disponible.
Ma voiture accepta de faire le reste du trajet sans tomber en panne et j'arrivais enfin sur le parking de l'hôtel.sur lequel ne se trouvait qu'une seule voiture.
L' hôtel n'était éclairé que par une petite lampe sur la façade.
Le temps de me rendre jusqu'à l'entrée et j'étais trempé.
Je tapais à la porte qui était fermée et après quelques instants, j'entendis des pas.
La clé tourna dans la serrure et la porte s'ouvrit.
« Bonsoir, avez vous une chambre s'il vous plaît? »
« Oui bien sur, entrez monsieur »
« Je vous remercie, je commençais à désespérer et avec ce temps ! »

Je pénétrais dans le hall, mon sac de voyage à la main, à la suite de la personne qui m'avait ouvert.
C'était une femme d'environ quarante ans, assez petite, vêtue tout en gris, les cheveux retenus en arrière.
« Ce n'est pas un établissement très luxueux, mais les chambres sont confortables, vous ne serez pas dérangé, vous êtes mon seul client. »
Elle prit un clé sur le tableau et me conduisit jusqu'à une chambre au rez de chaussée.
Celle ci était assez spacieuse et sobrement meublée mais le grand lit avait l'air de bonne qualité.
« Souhaitez vous manger, je n'ai pas grand chose mais je peux vous préparer une omelette ? »
« Je n'ai pas trouvé de restaurant sur la route et effectivement j'ai un peu faim, je vous remercie »

J'étais trempé, j'avais froid et décidais de prendre une douche et de me changer avant de dîner.
J'enlevais mes vêtements que le posais sur une chaise pour les faire sécher et entrais dans la salle de bain pour me doucher.
Les canalisations faisaient des bruits bizarres, mais l'eau était bien chaude et je savourais ce moment très agréable.
Je restais un bon moment sous la douche puis me séchais vigoureusement pour finir de me réchauffer.
Je posais la serviette et retournais dans la chambre pour mettre des vêtements secs.
En entrant, je sursautais en voyant la propriétaire qui était en train d'allumer le poêle à bois.

« Il fait frais, j'ai pensé qu'un peu de feu vous ferait du bien » me dit elle.
« Je finis de charger le poêle et vais faire cuire votre omelette »
Elle se retourna et me vit nu devant elle.
« Excusez moi » dit elle en tournant la tête.
Elle se remit à attiser le feu, mais je voyais bien qu'elle me reluquait dans le miroir posé sur la cheminée.
Elle sortit de la chambre pour préparer le dîner.

Un quart d'heure plus tard elle m'appela : .
« Venez, l'omelette est prête, je n'ai plus qu'à la faire cuire., vous êtes seul, je vais vous servir à la cuisine si cela ne vous dérange pas»

Dix minutes plus tard j'étais attablé devant mon repas fort appétissant.
Pendant le repas qu'elle partagea avec moi, elle me parla un peu de la région et de sa vie.
« Vous savez, en cette saison et surtout par ce temps, il n'y a pas grand monde, mais dès le mois de juin, l'hôtel est complet »
Elle m'apprit qu'elle était veuve depuis 5 ans, son mari ayant eu un accident de voiture.
Depuis elle vivait seule et se consacrait entièrement à son commerce.

Lorsque le repas fut terminé, elle me proposa de boire un cognac dans le salon d'accueil de l'hôtel, devant la cheminée ou flambait une grosse bûche.
Notre conversation repris et je lui demandais si ce n'était pas trop difficile pour elle de se trouver seule loin de tout et si elle n'avait eu envie de se remarier.
« Vous savez, j'ai malgré tout beaucoup d'occupation et je n'y pense pas trop. Bien sur de temps en temps j'aimerai bien être avec une homme, mais bon »
Je sentis du regret dans sa voix et lui lançais.
« C'est pour cela que vous m'avez regardé tout à l'heure quand le suis sorti de la douche »
Elle se mit à rougir et ne répondit pas.
« Vous savez ça ne m'a pas gêné »
« Je suis désolée, je ne sais pas ce qui m'a pris »
« Ne vous inquiétez pas c'est naturel, si vous voulez, je vais vous montrer de nouveau mon sexe »
Elle répondit pas, rougissant encore plus, mais je voyais à son regard qu'elle en mourrait d'envie.
Je me levais et défit ma ceinture puis fis glisser mon jean jusqu'aux chevilles. Je retirais complètement et le jetais sur un fauteuil.
Je fis ensuite descendre doucement mon slip qui rejoint le jean.
La situation m'avait un peu excité et je commençais à bander.
Ses yeux était rivés sur ma bite qui avait déjà bien grossi.
Je m'approchais d'elle et lui dit :
« Vous pouvez la toucher »
Elle approcha sa main et la posa sur ma bite, puis s'enhardissant elle pris mon membre à pleines mains et commença à le caresser.
Rapidement je me mis à bander. J'avançais ma queue dressée vers sa bouche mais elle détourna le visage.
Je lui pris les mains et la relevais. Elle se colla contre moi et m'embrassa à pleine bouche.
Je fis glisser la fermeture de sa robe qui tomba à ses pieds.
Elle portait des sous-vêtements très sages et je m'empressais de dégrafer son soutien gorge dévoilant des petits seins menus et fermes que je commençais à caresser doucement.
Très vite ses tétons devinrent durs et elle se mit à gémir.
Je l'entraînais dans ma chambre et la fis s'allonger sur le lit.
Je remontais sa jupe et découvrit sa culotte qui était déjà humide.
Elle souleva les reins pour que je puisse la retirer.
Sa chatte était bombée et entièrement épilée.
Me mettant à genoux, j'approchais la bouche de son sexe et me mis à le lécher, forçant sa fente tiède avec la langue.
Elle était déjà bien mouillée et mes coups de langue la faisait gémir, son bassin ondulait et sa croupe se relevait pour jouir encore plus de mes caresses.
Glissant ma main sous ses fesses, je remontais sur sa raie, m'arrêtant à son oeuillet que je massais doucement, mon doigt le pénétrant peu à peu.
Elle s'animait de plus en plus, ses gémissements devinrent des cris de jouissance.
Je ne la laissais pas reprendre son souffle et et remontais vers elle.
Ma queue tendue arriva bientôt devant sa fente trempée et je m'enfonçais doucement en elle.
Je commençais un va et viens de plus en plus rapide qu'elle accompagnait en soulevant le bassin pour être pénétrée plus profondément.
Rapidement elle pris un plaisir intense et je lâchait mon sperme en elle.
Ma queue resta fichée en en elle jusqu'à ce que je débande.
« Il y avait si longtemps, désolée d'avoir joui si vite mais j'ai perdu l'habitude »
« Rassures toi, tu m'as fait jouir, j'ai beaucoup aimé ces instants »

Nous sommes restés l'un contre l'autre un grand moment.
Ses mains parcouraient mon corps, elle retrouvait des sensations perdues.
Ce fut elle qui prit l'initiative de prendre ma queue encore flasque dans sa bouche et elle s'employa à lui redonner de la vigueur.
Elle me fit bander rapidement et je la fis mettre à genoux pour la prendre en levrette.
Ma bite tendue s 'enfonça dans sa chatte avide et elle jouit de nouveau sous mes assauts.
J'étais toujours bien dur et me retirai de son sexe.
Me queue remonta dans sa raie et vint titiller sa rondelle.
Je lui écartais les fesses et tentais de forcer son petit trou.
« Je ne l'ai jamais fait, j'ai peur que ça me fasse mal »
« Ne crains rien je vais te préparer ».
Je mouillais mes doigts et lui massait la rondelle qui commençait à s'ouvrir.
J'y entrais un doigt que je commençais à faire tourner.
Son petit trou palpitait et s'ouvrait peu à peu.
Je vins alors y poser mon gland encore trempé de cyprine et forçais doucement l'anneau.
Peu à peu ma bite fut absorbée et elle se cabrait pour qu'elle pénètre profondément en elle.
Je commençais alors un va et viens de plus en plus rapide en elle. Mes couilles venaient s'écraser contre ses fesses bien fermes.
Au bout de quelques minutes, je sentis que j'allais exploser et ralentis.
« Continue tu vas me faire jouir »
Je repris mon mouvement et me répandis dans son cul alors qu'elle jouissait.
Après avoir repris nos esprits, elle m’entraînât vers la douche ou les caresses reprirent.

Bien entendu je passais le reste de mes vacances avec elle et nous avons passé le plus clair de notre temps au lit.

Cette histoire a une suite qui fera peut être l'objet d'une autre histoire.
En effet cela fait maintenant 4 ans que nous sommes ensemble et nous venons de transformer l'établissement en Club libertin qui a ouvert la semaine dernière.


.




Cette histoire est la propriété de son auteur : ne la copiez pas pour l'afficher sur un site autre qu'histoire-erotique.net

Ajoutez un commentaire pour cette histoire erotique:


Pseudo (*):


       Votre commentaire sur cette histoire(*):




Les champs marqués d'une étoile (*) sont indispensables.



Envie de voir vos écrits publiés?


Histoire-erotique.net vous donne la possibilité de les faire partager !

Pour cela, rien de plus simple : rendez-vous sur le formulaire pour envoyer votre histoire érotique!

A vos plumes !


Envie de laisser un commentaire sur le site? Une idée d'amélioration?

Faites le sur notre livre d'or !