Total : 1951
En attente : 240

Sexe
Soumis
Mature


Histoires par auteur

Hetero (717)
Entre hommes (158)
Entre femmes (52)
Transexuelle (64)
Premiere fois (153)
A plusieurs (696)
Jeune adulte (106)
Mature (32)
Soumis,soumise (155)
Inclassable (58)

SODOMIE DU MATIN FAIT DU BIEN
SEX SHOP ET BAISE AU PARKING
Je l'air sucé devant mon oncle
Mon Médecin
UNE SODOMIE ET AU LIT






Offerte en pleine lumière

Ecrit par douce101095
Parue le 04 08 2007
Il n'y a pas de commentaire pour cette histoire


Cette histoire érotique a été lue 8478 fois | Cette histoire erotique a une note de : 10/20

Noter ce récit erotique !


EXTREMES JOUISSANCES ....



Ce soir, je ne sais ce que vous réservez comme délicieux supplices à mon corps.



Comme vous me l’avez demandé, je porte la tenue nous avons choisie cet après-midi.



Un simple filet à grosses mailles entièrement découpé en bas pour laisser bien plus que la chatte exposée à souhait ; trou d'amour, fesses et dos sont également à l'air.



Quant aux seins, le principe est simple…. pour en faire jaillir un, ou deux, il suffit de les tirer à travers l'une des mailles de la combinaison.



Mes bas sont en fines dentelles noires.



Il est presque minuit. Je dois me dépêcher.



Je m'installe sur la chaise tournante, dans la position de la grenouille :

cuisses écartées au maximum. Mes pieds reposent sur un genre « d’étriers » placés proches.

Passablement espacés, cela m'oblige à plier les genoux qui touchent presque mes mamelons.

Dans cette position, une chose me contrarie : le dossier étant réglé exprès un peu plus penché qu'à la verticale, je ne peux tendre mon buste, mes seins pendent …

Je m'interroge.

Attiserai-je votre excitation, ainsi exposée ?




J'ai enfilé le maillot troué, mais seulement jusqu'à la taille
Dans une telle position, heureusement que je n'ai pas de graisse sur le ventre..
Mes larges rosaces pendraient alors sur les bourrelets. OUF déjà çà !



Le rideau s’entrouvrant délicatement, c’est alors que vous entrez…



M’embrassant langoureusement, vous me susurrez à l’oreille que vous désiriez encore plus de lumière et si vous pouvez allumez le spot.



"mais il chauffe un peu trop, vous savez" dis-je

Vous caressez mon visage et m’embrassez encore en me rassurant.


Je suis maintenant sous le spot chauffant. Toujours dans cette position si … gênante.



Mon sexe, entièrement rasé jusqu'à l'anus, expose le clitoris, ainsi que mes petites lèvres inégales et foncées, l'une plus étirée et longue, dépassant passablement les grosses...



Vous vous approchez, me regardant de vos beaux yeux.
J’ai remarqué ce regard particulier qui brille d’envie.



Mes lèvres sont alors toutes saisies ummmmm délicieusement et habilement largement écartées.
Aux plus petites, vous pratiquez maintenant des pressions par saccades alternées, les étirant de plus en plus fortement.
... ho Daniel...




Vos succions maintenant……….. oooooooooohhhhhhhh
C’est trop fort. Je vous demande de cesser.
Mon clitoris est alors libéré, gonflé comme jamais.



Dans cette position, mes seins subissant l'attraction terrestre, sont toujours exposés là, à quelques centimètres de vos yeux.



C’est alors que vous sortez un flacon d’huiles essentielles et que quelques gouttent tombent le long de mes seins.
Vous masser chacun très très intensément,
Bien huilé, je ne savais pas combien un massage mammaire pouvait si jouissif aussi..

Vous tapotez chaque sein -entraîné par le lourd mamelon- se balançant alors sous vos yeux.

Vous les serrez fortement. Les maintenant ainsi longuement, sans bouger, les regardant.



Tout ce que vous faites m'excite bien trop.
Je suis près de l'orgasme.





Vous dégagez mes pieds et m’aidez à me lever, me serrant très fort contre vous.
Je sens les poils de votre torse tout appuyé contre moi….



Je vous suis vers le lit.
Vous entreprenez alors de mettre mon habit sexy bien en place, comme il se doit, le fixant partout et le fermant derrière le cou.



Vos doigts écartent maintenant de chaque côté une maille élastique du filet : mon sein apparaît.
Le téton n’est pas dressé. Hop, la maille se resserre aussitôt.



mon sein se retrouve si serré à la base qu’il sort tel un obus.
Ohhhhh . les veines apparaissent. Je rougis… très gênée.



Les deux seins sortis, vous pouvez enfin vérifier si cette tenue est à votre goût.



Comme vous me demandez, je chausse maintenant de superbes chaussures noires à talons, incrustée de zircons.
Me baissant ainsi, mes fesses, ma vulve encore très secouée, mon dos, ma chute de reins sont ainsi exposées à vous. oooooooooooooooooooo




ENVIE de vous embrasser.
Je me retourne alors subitement pour prendre votre visage entre mes mains et appliquer ma bouche sur vos lèvres. Nos langues s’emmêlent - baisers fougueux.



Je vous laisse me guider … Alors que vous déposez plein de petits baisers sur mon cou, mes épaules…vous me bander les yeux avec petit « masque » de tissu… du velours ?




Ohhh, la façon dont vous venez vous placer derrière moi, tout contre moi……… m’embrase.
Vous êtes si ….Homme….



M’effleurant… des épaules jusqu’aux bout des doigts, vous levez alors doucement mes bras….
Vos mains délicates fixent mes poignets avec une corde, déjà installée au plafond.
Je suis un peu petite mais avec de telles chaussures la distance est idéale.



Je sens votre attention se porter alors sur mes jambes, que embrassez, caressez
Vous découvrez si elles sont galbées… si mes chevilles sont fines …




Yeux toujours bandés… je sens l’une de mes chaussures serrer et se déplacer quelque peu



… puis c’est l’autre pied que je sens s’écarter aussi…




Je réalise que mes jambes sont également maintenues.
Et écartées …



HO.. VOS BAISERS SUR MA NUQUE, SUR LE BAS DE DOS.….



Vous décidez alors d’ôter le masque de satin/velours.



Je n’ose pas ouvrir les yeux et regarder ce que l’image que renvoie.

Vos mots me convainquent.





JE NE PEUX CROIRE CE QUE JE VOIS. CE N’EST PAS REEL




Oh Daniel….



Vous venez vous placez face à moi… m’embrassez longuement…
Puis, votre bouche descend peu à peu.
Mon regard est fixé sur le miroir … je vous vois faire .. je vois vos cuisses, votre dos, vos épaules..



Vous êtes maintenant devant ma poitrine encore si fortement enserrée.
Je baisse la tête et regarde :
On ne voit qu’une couleur .
Comme si mon sein n’était d’une énorme rosace sans téton.



Alors mon plaisir s'accroît :



Oooo Daniel………

Vos mains prennent les deux seins bien leur base,
Serrent encore plus, rapprochant les deux grosses boules afin qu’elles se touchent.

Vous me regarder, me souriez, maintenant ainsi un moment durant ces obus ainsi rapprochés.
Je me tends…



Je vois alors votre langue titiller, vos lèvres sucer les rosaces, deux de vos doigts en pincer le milieu très fort … tirer, encore tirer.

Mon téton est alors à nouveau existant, tout érigé.
Quant à l’autre, vous l’avez étiré par saccades comme j’adore
Ils atteignent bien 2 cm.



C’est alors que je vous me regarder….



Et, ouvrant votre bouche


Vous aspirez fort et d'un coup
le sein tout entier



je vais jouir si vous continuez

et vous continuez….



Votre bouche est maintenant appuyée sur mon autre rosace. Vous n’aspirez que le mamelon cette fois
et retirez votre bouche



Vos doigts tirent à nouveau sur les deux bouts et les pincent très très fort.
Oh comme ils ressortent.



Vous me laissez seule un instant.



Je profite pour me regarder : ho, j’avais oublié que j’avais le sexe à l’air avec cette habit..



Vous revenez avec des brins de fil. OH… Je sais ….
En quelques minutes mes tétons sont liés.
Cette fois, vous pendez un poids au milieu du fil….



Tout voir ainsi dans le miroir m’excite tellement !
C’est bon. J’aime
Je vous demande de bien vouloir essayer avec les pinces…



Une est accrochée, ensuite l’autre.
Mais cela serre trop fort et me fait mal


Vous me délivrez en léchant amoureusement le pourtour des tétons si durement éprouvés.






Mes bras, ainsi que mes chaussures, sont également libérés.


Baisers fougueux


JE VEUX VOUS GOUTER, M’OCCUPER DE VOTRE PLAISIR
Mais vous ne l’autorisez point encore


Vous me serrez très fort et me soulevez pour me transportez….


Je ferme les yeux… totalement abandonnée.


Vous me déposez sur le lit, le dos droit cette fois; je rouvre les yeux.
Mes jambes sont allongées et fermées. Mon torse bien tendu.
Tâtant le pourtour gonflé de mes mamelons, vous me demandez d’ouvrir mes jambes.


Je m’exécute – j’écarte, écarte encore.


Là vous m’aidez, plaçant un gros coussin sous mes fesses.
Je relève alors mes genoux et reste ainsi, comme vous le vouliez.


Je ne tiens plus. C’est trop excitant : votre langue lèche maintenant partout mon sexe du haut du clitoris jusqu’à mon pt trou d’amour.



Alors, vous comprenez.
Vous revenez vous positionner juste devant le fruit tout gonflé.
Je tire bien le haut de mes lèvres : il n’y a que lui en vue maintenant.



Une succion soudaine… si intense …. m’est alors prodiguée.
Vous aspirez fortement mon clitoris
Il est en votre bouche Daniel …
Vous le relâchez pour bien voir sa réaction. Je regarde ébahie.
Avant d’entamer la deuxième succion, vos mains pressent alors en cadences mes seins …
La façon dont mon clitoris est alors aspiré est cette fois indescriptible.
Je regarde bien. Pris en ventouse pendant de longues secondes………
Oooooooooooooo vous me regardez en aspirant



JE CRIE. Plus je crie, plus vous aspirez, plus vous pincer mes tétons.



Mon orgasme dure, dure…
Secouée par des spasmes pendant quelques minutes.





C’est enfin à mon tour de vous faire jouir.
Je vous suce en regardant, en massant….
Je vous demande de m’installer comme vous désirez me prendre, pour être sûre.



Je vous offre ma croupe.



Tout est à vous.



Votre sexe entre.. va et vient. Je serre bien en rythme afin que vous vous sentiez bien enserré.
Ma rosace est à vous, aussi.
Alors vous la titiller de la pointe de votre langue d’abord….
puis un peu plus enfoncée..
Vous l’écartez
Ooooooooo
Votre bouche est alors collée, elle aspire mon trou d’amour..
alors que vous me donner quelques tapes sur mes fesses offertes..
Votre plaisir et le mien. J’aime



Vous m’entendez exprimer mon plaisir…

Alors vous me tenez bien par la taille
Présentez votre sexe tendu juste à l’entrée.
Oh… je le sens entrer doucement, tout doucement.
Je n’ai pas mal
Cela vous rassure



C’est alors que vous vous enfoncez, d’un coup sec,
vos bijoux cognant contre ma vulve, contre mes fesses, tout comme j’aime.
Je bouge aussi avec vous
Je n’ai pas le temps de m’échapper pour vous m’occuper encore de votre sexe, de votre corps.



UN DERNIER COUP PROFOND ET VOTRE SEMENCE EXPLOSE EN MOI, TOUTE CHAUDE.




Merci Daniel




Cette histoire est la propriété de son auteur : ne la copiez pas pour l'afficher sur un site autre qu'histoire-erotique.net

Ajoutez un commentaire pour cette histoire erotique:


Pseudo (*):


       Votre commentaire sur cette histoire(*):




Les champs marqués d'une étoile (*) sont indispensables.



Envie de voir vos écrits publiés?


Histoire-erotique.net vous donne la possibilité de les faire partager !

Pour cela, rien de plus simple : rendez-vous sur le formulaire pour envoyer votre histoire érotique!

A vos plumes !


Envie de laisser un commentaire sur le site? Une idée d'amélioration?

Faites le sur notre livre d'or !