Total : 1951
En attente : 240

Sexe
Soumis
Mature


Histoires par auteur

Hetero (717)
Entre hommes (158)
Entre femmes (52)
Transexuelle (64)
Premiere fois (153)
A plusieurs (696)
Jeune adulte (106)
Mature (32)
Soumis,soumise (155)
Inclassable (58)

SODOMIE DU MATIN FAIT DU BIEN
SEX SHOP ET BAISE AU PARKING
Je l'air sucé devant mon oncle
Mon Médecin
UNE SODOMIE ET AU LIT






Offerte sur un Parking

Ecrit par JULES &JULIE
Parue le 23 juillet 2012
Il y a 4 commentaires pour cette histoire


Cette histoire érotique a été lue 24354 fois | Cette histoire erotique a une note de : 13.6/20

Noter ce récit erotique !


Un Parking près de Rennes


Le jour commence à décroître lorsque nous nous engageons sur le parking. Quelques voitures sont déjà garées, et c’est avec difficulté que nous apercevons les visages des conducteurs, d’autres arrivent et cherchent l’emplacement idéal.
Julie et moi descendons et partons, nous promener entre les voitures, en reconnaissance en quelque sorte. Des plafonniers s’allument à notre approche et les yeux de Julie se posent sur les bites sorties, certainement déjà fringantes, les autres bien posées sur le caleçon, dans l’attente d’un réveil en douceur, mais presque toutes sont tripotées, palpées avec tendresse par leurs propriétaires.
Sous son manteau de laine, une micro jupette, une combinaison résilles qui laisse ses nénés à l’air et bien sûr ouverte sur sa chatte mouillée, ses cuissardes et une cagoule. De temps en temps, nous nous arrêtons, embrassons, caressons et je ne manque aucune occasion de la plaquer contre une portière, suçoter ses pointes tendues et boire le jus qui déjà s’échappe de sa chatte vorace.
Pour achever la préparation de Julie, je la place au centre stratégique pour que la majorité des Vicieux puisse la mater et lui demande d’écarter son manteau, puis ses belles jambes et se faire jouir avec son « Magic Vibro »
La gêne éprouvée ne fut que de très courte durée et les pulsions prennent vite le dessus pour la faire onduler, gémir, et jouir bien fort avec en prime le gode que je lui mets dans la bouche…. Debout, jouissante, pantelante, ma Julie est désormais prête pour prendre et donner du plaisir sans complexe, ni états d’âme.

Le premier est un homme bien mûr doté d’une splendide pine bien entretenue, dont il semble très fier. Il est ravi de rencontrer enfin celle sur qui il se vide les couilles en cachette depuis si longtemps. D’ »ailleurs, il le dit gentiment et demande que Julie s’exhibe devant lui, tandis qu’il se palpe le zob.
Ma Julie fait sa Salope, ondule de la croupe, se baisse et se relève cuisses écartées et les yeux exorbités de notre Papy donnent une idée de l’état d’excitation, mais il n’est pas le seul……… Julie fait un vériatble « show » qu’elle recommencera avec toujours plus d’entrain et d’imagination durant cette soirée.
Elle se titille les seins, les énervent, caresse son ventre, ses cuisses, ses longues jambes et remonte vers sa chatte et dont je connais parfaitement l’état révélateur de son envie de Sexe…. Puis, elle se penche et caresse doucement la bite qui miraculeusement reprend vie… les couilles lisses bougent sur leur coussin et on devine l’usine à foutre qui se met en branle. Effectivement, sa bite est un beau morceau, il ne m’avait pas raconté de sottise au téléphone, elle maintenant bien droite, avec un gros gland que Julie regarde avec envie cette Salope et l’élastique à la base lui fait ressortir ses grosses veines… sa respiration se fait courte, bestiale et je constate avec délice, que mon Infirmière si consciencieuse est redevenue la mante Religieuse qui ne songe qu’à prendre son pied, quand bien même son baiseur crèverait en route, du moment que sa bite continue d’être efficace jusqu’au jus final.
Sentant « la fin approcher », le Vieux lui demande une dernière faveur :
-« Quand tu auras obtenu tout mon foutre, tu vas passer à une autre queue ? »
- « Oui, c’est le jeu ! » répond ma Salope
- « Alors, s’il te plaît avant de me sucer jusqu’à la dernière goutte, permets-moi de toucher ta si belle fente que je lorgne sur mon ordinateur sans pouvoir l’atteindre. Je t’ai gardé comme Jules l’a exigé des jours et des jours de branlettes, sans jamais jouir, alors crois-moi tu vas être crépie car malgré mon âge, je crache très épais »
Un « Hummmmmmmmmmm » d’envie mal contenue s’échappe de ma belle Pompe à Sperme.
Julie met un pied sur le plancher de la voiture pour mieux offrir son trou que je sais trempé et la confirmation ne se fait pas attendre :
- « Nom de Dieu, ta la chatte en eau »
- N’osant introduire pleinement ses doigts, il lui pratique sans le savoir un attouchement dont elle raffole, à savoir lui branler l’entrée du trou, faisant entendre à la ronde des « floc – floc » et ses râles de plaisir… le Vieux va tout balancer dans l’habitacle, aussi dis-je
- « Vite pompe-le » Abandonnant sans regret ses caresses, tant l’envie de sperme latenaille, Julie n’a que le temps de se pencher, faire 3 ou 4 aller-retour sur la tige, que les ahanements du Vieux et les très épaisses coulées qui s’échappent de la bouche de ma Chienne en châleur révèle l’intensité de la jouissance…. C’est vrai qu’il décharge très épais le Vieux et j’entends presque ma Salope ronronner de plaisir en continuant à se limer la bouche débordante, puis avec gentillesse et application elle lèche la queue mollissante, s’en caresse le visage tandis-qu’elle continue de couler et enfin l’essuie dans la petite culotte qu’elle devra porter en repartant.
-

-
- - « Merci tous les deux, vous êtes vraiement super, et toi Julie tu es un rêve incarné »… Elégant et bon juteur…on se reverra peut-être…

La 2ème voiture réserve une bonne surprise à ma Julie :
- « Bonsoir Julie, Bonsoir Jules et merci. Comme convenu, je suis venu accompagné de mon Stagiaire qui à fêter ses 18 ans il y a deux mois et n’a jamais vu de vraie Femme nue et encore moins touche bien sûr… »
Si le Patron est assez rond, avec une queue courte mais bien épaisse, le jeune, grande escogriffe de nos jours, est long et sec et lorsque Julie lui baisse le survêtement blanc, elle est toute heureuse et presque inquiète de découvrir un gros bâton rose, rasé de prés, oscillant d’envie de se redressé et terriblement intimidé. Julie la soupèse, la palpe, la branloche doucement en massant ses couilles lisses elles aussi.


Comme il s’agit d’une première pour le jeune homme, je dis
« Julie taille une bonne pipe à son Boss depuis le siège passager à pattes et ce jeune homme va découvrir ce que c’est qu’une Salope qui mouille »
Julie s’exécute, travaille la queue de l’un et offre sa divine croupe en chaleur au jeune qui ne sait plus où mettre sa langue, ce qu’il doit boire, ce qu’il doit lécher….Julie à l’entrecuisse qui bave de mouille de cette situation vicieuse.
« Fais-moi honneur hein ?!? Bouffes bien la fente de Julie montre lui, que j’embauche pas des mous de la bite !!! » plaisante te exhorte le mentor !

Julie suce, lèche chaque parcelle de la courte mais large pine. Règulièrement une goutte de liquide séminal donne une précieuse indication à ma Suceuse de Bites de quelle autonomie elle dispose avant le bouquet final.
La Coquine est décidée à remettre les pendules à l’heure et à faire passer le « Big Boss » pour un presque éjaculateur précoce…
-« Hummmm, elle est bonne ta bite mon Salop » lui dit-elle tout en la branlant sur sa langue sortie, puis profitant d’une belle goutte gluante, elle chapeaute le joli gland et le poli dans sa paume en pétrissant les couilles en ébullition et c’est certainement en l’entendant dire :
« Hummmmmmmmm, ton jeunot fouille ma rondelle avec sa langue et me doigte comme un grand, je lui coule dessus… »

Qu’il lâche de fort beaux jets de jute blanche sur le visage épanoui de ma Suceuse qui s’en met partout, partout, étalant cette sauce béchamel, léchant le gland gluant, on voit qu’elle aime ça et ce que lui procure le minet est tout bénef. Je la mate, l’admire, la photographie…. Son cul est tendu, sa chatte n’est plus qu’un trou attendant langues, doigts, pines. La queue du jeunedoit être douloureuse tellement il bande comme un âne, si ça continue il va juter sans même se toucher, alors je demande à mon experte en semence à extraire se retourner et pomper lentement, suavement, vicieusement cette jeune pousse pleine de sève, et que je la filme.
Sachant qu’en peu de temps, elle va se retrouver avec la bouche pleine de foutre bien épais, elle préfère le lécher, titiller le méat et pétrir les belles boules en tendant son visage dans l’attente qui ne sera pas longue….
Malgré lui, d’interminables jets crémeux s’échappent de sa grosse tige raide que Julie continue de traire lentement. Elle en prend plein le visage, elle ruisselle de partout, son visage se couvre de sperme chaud et sa chatte doigtée coule aussi généreusement…

Un peu plus loin, l’invitation est d’une nature aussi originale, excitante qu’inattendue…. Un bon gros god ventouse est fixé sur le pare-brise, ce qui permettra à l’occupant de mater les trous de ma Julie en très gros plan, confortablement assis et se branler la colonne…
Mais, je change au dernier moment le scénario imaginé par le salop…
-« prends le gode en bouche et lime-toi bien en le matant dans les yeux et dans les couilles, je vais te branler la rondelle et te faire jouir juste avec un doigt, après on verra… »
A 4 pattes sur le capot, dans la parfaite position de la Femelle chaude, Julie entame son pistonnage buccal, comme elle sait maintenant si bien le faire…
-« Eh vous autres là, venez me tenir l’appareil photo pendant que je l’encule d’un doigt, si vous voulez matez une Vraie Jouisseuse qui prend son pied à avoir la bouche bien remplie et à se laisser branler la pastille, c’est le moment ! »
Les volontaires sont nombreux !!

Le spectacle est à la hauteur des espérances et cette fois encore, le public a participé, puisque 6 d’entre-eux ont pu, au moment opportun glisser leurs langues dans l’œil superbement ouvert du joli cul offert de ma Julie… Elle leur jouit comme rarement dans la bouche, sur la langue… des gouttes de mouille de chatte et cul tombent régulièrement sur le capot, sans que sa chatte ne soit sollicitée… ses babines sont écartées, bombées par l’afflux sanguin, le bouton énorme et ultra-sensible et son trou béant palpite d’envie de se faire prendre, remplir, saillir…

La bite à la limite de déborder le mec sort de sa voiture et me demande s’il peut être branlé par ma Salope directement sur sa chatte…
-« mais comment donc mon Brave !! Regardez comment on va lui faire ça ! »
Cambrée contre le capot, la chatte tendue, offerte vers la grosse bite du mec surexcité, je mets un plug diamant dans le trou béant de ma Chiennasse et lui dit :
« mets donc ton vibro sur ton bouton pour jouir de et dans son jus »
Le mec l’a littéralement inondé de semence compacte, gluante, épaisse, chaude et ma Salope comme je le savais s’est jouit dessus, la fendasse engluée de foutre et le bouton vibrant à l’unisson de ses envies.
-« Aahhhhhhhhhhh oui c’est bon, je jouie Hummmmmmmm mettez moi du foutre partout…. » Dit-elle dans un râle…


Petite pause Café, bouteilles thermos – gateaux, c’est sympa et ça participe à la bonne ambiance désirée, puis je demande :
-« Vous avez trouvé ce que je voulais pour ma Petite Salope , »
-« Oui oui, tu vas voir Jules nous avons fait ça aux petits oignons, elle va se régaler cette Cochonne et nous aussi…. A tabaaaaaaaaaable !! »



Effectivement, ils avaient mis une table de pique-nique et déjà la Belle à genoux sur le banc s’affaire sur un type assis sur la table une belle tige luisante de sperme et bave, qui s’enfonce loin dans la gorge ouverte de ma Goulue… Les mecs l’entourent, certains se penchent pour sucer ses nichons aux pointes dures et effilées, un a le visage complètement dissimulé par les fesses ouvertes de Julie qui se fait bouffer le cul.
Je me penche au-dessus pour prendre des photos, sa rondelle est ouverte à tous vents et je mate la langue du gars qui fouille ses entrailles, en dessous plein de doigts rentrent, sortent, tiraillent, malaxent sa grande chatte qui en redemande, ses deux mains s’affairent à branler à droite et à gauche des pines raides…. Elle leur jouit dessus par ses trois trous trempés et fouillés, sa croupe en chaleur est un vrai volcan avec deux grands cratères en fusion !
Les deux qu’elle branle lui prennent la tête chacun leur tour et lui liment la bouche, à leurs têtes je sais que ça va partir, je mitraille à tout va alors que les couilles des deux Salops se vident en puissants jets en même temps sur le visage déjà ruisselant de Julie….

J’ai mal à la queue tellement je bande à la mater se faire asperger et branler de partout, je caresse son corps vibrant sur lequel tous ces Vicieux se soulagent les burnes, ma main est pleine de sperme et profitant qu’une autre queue sort de sa bouche pour lui décharger sur tout le visage, je lui rentre mes doigts englués dans sa bouche qui immédiatement se met à sucer par réflexe… puis, elle reconnaît mes doigts et s’attache à bien les nettoyer de toute cette semence….
-« tu prends bien ton pied hein ma Salope , » « hummmm hummmmm », ma main gauche lui branle la bouche, je sens sa langue qui avec avidité s’affaire à la nettoyer, alors de la main droite, je lui caresse le cul, lui masse les fesses et décide de lui mettre trois doigts dans sa rondelle bien souple et mouillée…

dedans ce n’est plus mouillé, non, c’est trempé et de se sentir ainsi embrocher avec mes doigts qui lentement mais fermement et sans à-coups lui rentrent dedans bien à fond, elle ne cherche ou ne peux pas s’empêcher de jouir instantanément…Sa rondelle dans laquelle je tourne lentement mes trois doigts est béante et s’ouvre un peu plus à chaque tour effectué, ce spectacle rare déclenche une pluie de foutre sur ses fesses, , ses cheveux, son visage ses bas, son dos… n’y tenant plus, je me place derrière et reste stupéfait à la vue de sa chatte… on croirait une vulve qu’on aurait pompée pour en faire gonfler les babines, mais en plus elle est ouverte, ce n’est qu’un trou ruisselant de sa mouille, de leurs salives et de sperme qui s’écoule entre ses deux jolis globes luisants…


Je passe mon gland dans la fente et regarde tout le suc qui englue mon chibre… d’un bon coup de rein, je lui plante ma pine bien au fond, mes couilles lui battent le clito ou plutôt les nombreux doigts qui s’activent dessus et autour… là aussi, elle jouit, je la fais gueuler bien fort sa jouissance…
Et lui dis « Ils vont te baiser là sur la table, je veux t’entendre crier que tu veux leurs bites, te faire défoncer fort, hein ? »
« Ohhhh ouiiii, dis-leur qu’ils m’enfilent à la chaîne, j’veux sentir leurs queues en moi, me faire défoncer et qu’ils me crachent tout leur jus sur moi »


Là ça a été « Fort Alamo » !! Ils étaient tous devenus éjaculateurs précoces tant ils étaient surexcités… le plus long dans les rapports, c’était de mettre les capotes, après que ce soit dans la bouche qui pompait non-stop ou le garage à bites qui ne désemplissait pas, quelques grands coups de reins rageurs ponctués souvent par des « Tiens prends ça Salope » « T’aime ça la bite, hein ? »


bref, tout ce qu’ils ne peuvent dire à Bobonne sans risquer de prendre un rouleau à pâtisserie dans la gueule. Deux mecs avec de beaux vrais gourdins violacés n’en reviennent toujours pas de s’être enfoncé aussi facilement, « Putain, elle me l’aspire par la chatte, j’ai jamais réussi à baisser une nana en lui mettant toute ma bite d’un coup »


« Aahhhhhhhh ouiiii, elle est grosse ta bite, j’la sens bien ;…. Hummmmmm j’suis pleine de ta grosse queue…. Défonce-moi fort, je veux la sentir me défoncer… baises-moi comme une grosse chienne !! »
Julie exhorte, Julie jouit…
C’est une longue chaîne de plaisir qu’elle subit ma Douce Salope, je me régale de la voir si jolie et si entière dans sa quête du Graal





Pour finir je garde deux mecs à dispo, pour la soulever et l’empaler sur nos bites, tandis-que le troisième est à genoux sur la table et se branle ans la bouche de ma Chienne… Le gars qui la saute avec moi est très bien monté et je sens que ma queue est bien à l’étroit dans son cul d’habitude si confortable, s’en est encore plus excitant…. Nos pines lui labourent ses deux orifices accueillants, nos queues se frottent et s’excitent mutuellement de cette exiguïté…Julie, elle, elle s’en fout du moment qu’on la baise et en plus, j’en suis cette fois, elle jouit coups sur coups enserrant nos grosses bites


chauffées à blanc pour aussitôt se détendre voire se distendre avant de jouir encore et encore en contractant tout son corps (sauf la mâchoire du moins je le souhaite au type là-haut !), nos corps lubrifiés au sperme glissent contre la Belle, on la fait jouir encore quelques fois, puis je dis :
« Messieurs lorsque vous serez prêts on arrosera Ma Petite Salope ! »
Agenouillée, bouche grande ouverte, une main qui caresse ses nénés et l’autre qui branle sa chatte qui s’est faite usiner, elle reçoit en jouissant encore une fois, le contenu de nos 6 couilles pleines de jus chaud, épais, crémeux, onctueux et retenu depuis plusieurs jours

La séparation fut la aussi très cordiale et les demandes expresses de ne pas les oublier lors de nos prochaines escapades furent nombreuses mais courtoises et souvent droles…

Julie s’endormit presque dans la voiture emmitouflée dans une couverture le visage détendu et encore brillant de foutre si ardemment obtenu

Je t’Aime



Cette histoire est la propriété de son auteur : ne la copiez pas pour l'afficher sur un site autre qu'histoire-erotique.net

Ajoutez un commentaire pour cette histoire erotique:


Pseudo (*):


       Votre commentaire sur cette histoire(*):




Les champs marqués d'une étoile (*) sont indispensables.



Envie de voir vos écrits publiés?


Histoire-erotique.net vous donne la possibilité de les faire partager !

Pour cela, rien de plus simple : rendez-vous sur le formulaire pour envoyer votre histoire érotique!

A vos plumes !


Envie de laisser un commentaire sur le site? Une idée d'amélioration?

Faites le sur notre livre d'or !