Total : 1951
En attente : 240

Sexe
Soumis
Mature


Histoires par auteur

Hetero (717)
Entre hommes (158)
Entre femmes (52)
Transexuelle (64)
Premiere fois (153)
A plusieurs (696)
Jeune adulte (106)
Mature (32)
Soumis,soumise (155)
Inclassable (58)

SODOMIE DU MATIN FAIT DU BIEN
SEX SHOP ET BAISE AU PARKING
Je l'air sucé devant mon oncle
Mon Médecin
UNE SODOMIE ET AU LIT






UNE BELLE VENTE

Ecrit par arcay
Parue le 27 janvier 2016
Il y a 43 commentaires pour cette histoire


Cette histoire érotique a été lue 3828 fois | Cette histoire erotique a une note de : 10/20

Noter ce récit erotique !


Je suis vendeur de voitures et en ce moment le marché n'est pas florissant.
Un samedi de septembre, un couple entre dans la concession.
Habitué à juger la clientèle je vois tout de suite que j'ai affaire un couple de petits bourgeois,
Je les laisse regarder un peu les modèles et m'approche d'eux,
« Avez vous besoin d'un renseignement ? »
« Oui nous voulons changer de voiture et ce modèle nous intéresse »
Je leur fais l'article, parlant des performances à l'homme et vantant le confort à la femme.
Celle ci me paraît peu farouche et assez chaude.
Lorsqu'elle prend place dans l'habitacle, sa jupe se relève assez haut me laissant voir des cuisses bien bronzées.
Je me dis qu'il y a sans doute une ouverture avec cette femme.
Nous faisons un essai et rentrons à la concession.
« Cette voiture me plaît, nous allons passer commande »

Je les emmène dans mon bureau pour finaliser leur commande.
De nouveau la femme me fait son numéro, ouvrant légèrement les cuisses, ce qui me permit de deviner sa culotte.
Je réfléchissait à un moyen de la revoir rapidement et eut une idée : j'oubliais de lui faire signer un des documents.
Lorsque je remis le bon de commande à mon chef des ventes, il me fit remarquer qu'il manquait une signature.
« Désolé, je passerai lundi matin au domicile des clients pour le faire signer »
Je me doutais qu'elle serait seule chez elle car elle ne travaillait pas et que ses enfants étaient en vacances chez un de ses frères.

Le lundi suivant dès 9 heures, j'étais devant la porte de leur maison, un pavillon récent dans un petit lotissement.
Je sonnais et presque aussitôt la porte s'ouvrit.sur ma cliente qui portait un peignoir de soie rouge.
« Je savais que tu allais venir »
Elle m'attira dans le hall d'entrée et repoussa la porte.
Se retournant vers moi, elle défit la ceinture de son peignoir et le fit glisser au sol.
Elle était nue et je découvris son corps.
Ses seins étaient petits et plantés hauts, ses cuisses musclée, son sexe était entièrement épilé.
Elle vint se coller sur moi et m'embrassa à pleine bouche.
« Viens dans la chambre »
Je la suivis. Elle ondulait des fesses ce qui me laissait présager une matinée chaude.
Arrivés dans la chambre, elle s'allongea, les jambes écartées.
En quelques instants je retirai mes vêtements et vint m'allonger près d'elle.
Je commençais à bander et elle me pris la queue qu'elle commença à branler.
« Tu n'est pas mal monté, j'espère que tu es endurant. Tu sais mon mari c'est plutôt un lapin, un petit coup vite fait et il s'endort, moi il faut que ça dure. »
Elle m'enjamba, la croupe tournée vers moi et se pencha sur ma bite bien raide qu'elle pris en bouche.
J'avais une vue imprenable sur sa chatte déjà humide et son cul.
Relevant la tête, je me mis à sucer son bouton et enfonçais la langue dans son sexe de plus en plus trempé.
Elle réagissait à mes coups de langues en gémissant.
« Prends moi maintenant »
Elle se retourna et vint s'empaler sur ma queue jusqu'aux couilles.
Je la laissais aller et venir, caressant ses petits seins dont les tétons étaient durcis par le plaisir.
Au bout de quelques minutes elle jouit en criant son plaisir.
Je la retournais et la mis en position de levrette.
Son cul bien écarté me laissait voir son sexe dégoulinant de cyprine et son anneau qui se contractait.
Me plaçant derrière elle, je la pénétrais d'un grand coup et commençais un rapide va et viens dans son fourreau bien lubrifié.
La cadence de mes coups de reins la fit jouir une nouvelle fois.
Je me retirais et caressais sa raie avec le bout de ma queue toujours bien raide.
Mon gland se posa sur sa rondelle et elle fit un mouvement de hanches pour que je lui pénètre le cul.
Ce n'était sans doute pas la première fois qu'elle se faisait enculer, l'orifice était bien large.
Je m'enfonçais jusqu'aux couilles et commençais à lui pilonner le cul à grands coups de reins.
« Défonces moi le cul, j'adore ça, fais moi jouir »
Je m'activais en elle et sentis que j'allais jouir.
« Mets moi ton foutre dans le cul, fais moi jouir »
Notre jouissance est arrivée en même temps .

Je m’abattis sur le lit pour me remettre de cette troussée magistrale.
Après avoir repris nos esprits, elle m'entraîna dans la salle de bain pour une douche commune.
« J'ai envie de te sucer » me dit elle en se mettant à genoux.
Très vite ma queue flasque repris de la vigueur sous ses coups de langue.
Je la relevais, lui fit lever une jambe et la pénétrais d'un grand coup.
Notre éteinte fut rapide et intense.

Remis de mes émotions, je remis mes vêtements, lui fit signer le document que j'avais apporté.
Bien entendu, je lui promis de revenir pour la tenir informée de la date de livraison de sa voiture,



Cette histoire est la propriété de son auteur : ne la copiez pas pour l'afficher sur un site autre qu'histoire-erotique.net

Ajoutez un commentaire pour cette histoire erotique:


Pseudo (*):


       Votre commentaire sur cette histoire(*):




Les champs marqués d'une étoile (*) sont indispensables.



Envie de voir vos écrits publiés?


Histoire-erotique.net vous donne la possibilité de les faire partager !

Pour cela, rien de plus simple : rendez-vous sur le formulaire pour envoyer votre histoire érotique!

A vos plumes !


Envie de laisser un commentaire sur le site? Une idée d'amélioration?

Faites le sur notre livre d'or !