Total : 1951
En attente : 240

Sexe
Soumis
Mature


Histoires par auteur

Hetero (717)
Entre hommes (158)
Entre femmes (52)
Transexuelle (64)
Premiere fois (153)
A plusieurs (696)
Jeune adulte (106)
Mature (32)
Soumis,soumise (155)
Inclassable (58)

SODOMIE DU MATIN FAIT DU BIEN
SEX SHOP ET BAISE AU PARKING
Je l'air sucé devant mon oncle
Mon Médecin
UNE SODOMIE ET AU LIT






Un mariage qui tourne mal mais pas pour tout le monde

Ecrit par michelgay
Parue le 12 mars 2015
Il y a 1 commentaire pour cette histoire


Cette histoire érotique a été lue 4511 fois | Cette histoire erotique a une note de : 15/20

Noter ce récit erotique !


Invité par mon amie Colette au mariage de Michel son frère, je fais nettoyer ma voiture, quelques rubans de tulle blanc, je mets mon costume, je vais récupérer Colette et en route pour la mairie, je ne connaissais pas la future belle famille, j’avais eu l’occasion de faire la connaissance d’Aline la future mariée une belle jeune femme qui n’avait pas froid aux yeux, quand on est rentré dans la salle de mariage j’ai senti une certaine hostilité entre les deux familles, quelque chose d’indéfinissable, j’en parle à Colette qui élude ma question « je t’expliquerais plus tard » en fin les mariés arrivent sous les applaudissements, monsieur le maire demande s’il peut officier, oui, il commence son pitch et arrive le moment fatidique monsieur voulez-vous***** mademoiselle voulez-vous*****, ouf ça y est ils sont mari et femme, j’avais remarqué que les deux familles ne s’était pas mélangées, je sentais bien qu’il y avait deux clans, seuls les jeunes avaient l’air de bien s’entendre, quelques photos et hop à l’église, la cérémonie a été très belle, quelques photos supplémentaires et nous voilà partis pour la salle des fêtes louée pour l’occasion, bien entendu la famille de Michel avait fait un plan de table mais la belle famille s’est plus ou moins regroupée du même côté, le repas se passe sans incidents, le moment arrive du traditionnel jeu de la jarretière, au fur et à mesure que les enchères montent la robe suis son ascension, on arrive au-dessus du genoux et là je suis éberlué par ce que je viens d’entendre, une parente d’Aline lui crie « tu peux la remonter jusqu’à ta chatte tout le monde l’a déjà vue ma salope » et là tout le monde commence à s’insulter ils en viennent presque aux mains, Michel et Colette essayent de calmer tout le monde en vain, je m’aperçoit qu’Aline a disparue, je sors et je l’aperçois au loin en train de courir, je prends ma voiture, je la rattrape, elle est en pleurs, je la fait monter et je vais retourner vers la salle mais elle ne veut pas, je lui demande où elle veut aller, chez toi là-bas ils viendrons pas me chercher, ok c’est parti, je la fait entrer dans mon studio et je lui dit que j’allais chercher Colette pour qu’elle lui tienne compagnie, non me dit-elle je préfère que tu restes un peu avec moi, elle veut se débarrasser de cette robe qui la martyrise physiquement mais surtout mentalement, elle ne cessait de répéter en pleurant que ça devait être le plus beaux jour de sa vie, elle s’acharnait pour défaire ses tout petits boutons une bonne quarantaine, machinalement je l’ai aidée, je savais que dessous il y avait encore un haut et un jupon, la robe enlevée elle la jette en boule au fond de la pièce, je la ramasse et la pose délicatement sur un fauteuil, je lui donne un verre d’eau et je lui demande de s’allongée pour se reposer un moment, j’avais l’intention de m’éclipser quand je l’ai vue debout dans la chambre en train d’enlever son corsage, le jupon était déjà à ses pieds, presque nue elle était encore plus belle, j’en étais honteux mais j’ai eu une forte érection, elle m’a demandé de lui dégrafer son soutiens gorge, je me suis exécuté, elle s’est retournée vers moi, ma tendue ses lèvres, je lui dis dans un murmure « mais et Michel ? » tu ne veux pas de moi ? Pourtant je sens contre ma cuisse que tu en a envi et puisque je suis une pute je n’ai pas à me gêner, j’ai pris ses lèvres et nous avons eu un long baisé, j’étais honteux de ce que j’allais faire, mais l’envie est plus grande que tout le reste, je la fait assoir sur le bord du lit, je la caresse avec mes mains et ma bouche, j’embrasse ses seins lui titille les tétons, je descends de plus en plus bas, j’écarte ses belles cuisses, j’y introduit ma bouche et je commence un cunnilingus, je fouille son vagin avec ma langue je m’attarde le plus possible sur son clito, elle commence à suivre les mouvements de ma langue avec son corps, ses yeux sont fermés, ses lèvres pincées, je sens qu’elle va jouir j’ai la bouche qui se mouille de sa cyprine, elle bascule sur le dos en gémissant, elle a serré ma tête avec ses cuisses, a projeté son ventre en avant et elle a jouie, honteux de ce que je venais de faire mais heureux de lui avoir fait plaisir je me suis relevé, j’étais toujours habillé, elle m’a regardée et m’a dit de venir la baiser, je me suis dessapé et je l’ai rejointe sur le lit, elle a voulue me sucer, une experte, et je l’ai prise en mettant ses jolies jambes sur mes épaules, j’ai commencé par des va et viens lents qu’elle accompagnait de tout son corps au bout d’un bon moment j’ai vu qu’elle fermait les yeux, j’ai compris qu’elle prenait son pied aussi j’ai accéléré la cadence jusqu’à ce qu’elle se morde les lèvres, en même temps que j’ai senti sa cyprine sur ma queue j’ai jouis en la remplissant d’un flot de sperme, elle a resserré ses jambes sur ma taille pour que je reste le plus longtemps possible à l’intérieur de son ventre, quand j’ai débandé elle a relâchée son étreinte, elle m’a souri, m’a demandée si elle avait été une bonne pute, je lui ai dit non pas une pute mais une femme merveilleuse, on s’est couchés dans le bon sens du lit car on était encore en travers, on était serrés l’un contre l’autre, elle s’est endormie dans mes bras, j’en ai fait de même, au milieu de la nuit je me suis réveillé, je croyais avoir rêvé mais non elle me tournait le dos nos deux corps collés, j’ai aussitôt eu une érection, elle a eu un mouvement qui m’a fait croire qu’elle se réveillait mais non, j’ai voulu reculer mais j’avais ma jambes coincée entre les siennes, je bandais de plus en plus fort, elle s’est mise en chien de fusil, s’en était trop, mon gland s’est positionné sur sa vulve et lentement je l’ai pénétrée, elle s’est réveillée, a libéré ma jambe, et c’est elle qui s’est baisée, elle s’est libérée de ma bite, m’a mis sur le dos, m’a sucé, elle m’a chevauchée et me regardant droit dans les yeux elle s’est enculée, elle prenait son pied, quand elle a senti que je me raidissait que je me retenais de jouir elle a accélérée le mouvement et comme à son habitude elle a fermé les yeux, j’ai senti son liquide me couler le long de la bite, elle jouissait de la chatte en se faisant enculer, j’ai jouis dans une explosion de plaisir et je lui ai rempli le cul de mon sperme, elle s’est laissée tomber sur mon corps, on s’est embrassés longuement, on a pris une douche, elle a remis ses sous-vêtements, il était deux heure, je n’arrivais pas à me rendormir, discrètement j’ai téléphoné à un ami, je lui ai expliqué la situation il m’a dit pas de problème tu as dormi chez moi, j’ai prévenu Aline, j’ai écrit un mot que j’ai épinglé sur la porte, « Je suis chez Paul je dors chez lui ».
J’arrive chez mon pote, il m’ouvre il me fait savoir qu’il m’attendait avec impatience pour que je lui raconte ce qui s’était passé et avec qui, je lui ai fait un topo vite fait, il m’a dit que j’avais de la chance que lui aussi aurait bien voulu coucher avec Aline, on a bu une bière et je me suis couché sur le canapé. Neuf heure du matin j’entends frapper à la porte, je réveil Paul, il passe une sortie de bain et va ouvrir, c’est Colette, il me réveil elle vient près de moi, m’embrasse et me remercie de mettre occupé de sa belle-sœur (si elle savait à quel point ça m’a fait plaisir) elle me dit que Michel était chez moi et que surement il devait faire l’amour à sa femme pour la consoler, Paul reviens dans le salon il s’était habillé d’un jogging, il m’a laissé un double des clés et avec un clin d’œil malicieux m’a dit je reviendrais vers midi en partant tu n’auras qu'a laisser les clés dans la boite aux lettres, j’étais très fatigué mais je ne pouvais pas dire à Colette que j’avais baisé Aline une bonne partie de la nuit, j’ai prétexté que ça me gênais de faire l’amour chez un pote, elle était déjà nue devant moi, elle m’a dit que ce ne serait pas la première fois, elle m’a aidée à me déshabiller, je l’ai faite assoir au bord du canapé, elle avait les jambes biens écartées j’ai enfouis ma tête et je l’ai sucée, elle en avait vraiment envie car elle a mouillée très vite, je me suis relevé et je l’ai baisée, je n’arrivais pas à sortir de mon esprit le corps magnifique d’Aline, quand Colette a jouis je suis revenu à la réalité, et moi aussi j’ai jouis, on s’est lavés et nous revoilà repartis pour chez moi, la voiture de Michel était encore là, j’ai demandé à Colette de voir s’ils était visibles, elle reviens, oui ils nous attendaient car ils n’avaient pas la clé pour fermer, une poignée de main à Michel qui m’a remercié de mettre occupé de sa femme, je lui ai dit que je serais toujours disponible pour eux, la bise à Aline qui avait un regard amusé quand elle a entendu mes propos, ils sont partis, Colette voulait la revanche, j’avais repris du poil de la bête, j’ai fermé à clé et on a refait l’amour, pour la sodomie Colette préférait la levrette dommage j’aurais bien aimé recommencer comme avec Aline, mais bon elle était accroupie sur le lit, je l’ai baisée tout en lui mouillant l’anus en me servant de sa cyprine je lui ai introduit un puis deux et enfin trois doigts, elle était détendue et son cul se dilatait, j’ai sorti ma bite de sa belle chatte et je l’ai enculée tout en lui masturbant le clito, quand j’ai éjaculé elle a eu un orgasme violent, j’ai eu la main inondée de son jus, on est restés dans cette position jusqu’à ce que je débande, là j’étais vraiment cuit, passage sous la douche, il était 11h30 on s’est rhabillés, je l’ai emmenée manger au resto, l’après-midi je devais passer chez mes parents et Colette devait aider à nettoyer la salle. Avec Colette on s’est séparés quelques mois plus tard, je suis devenu l’amant d’Aline on se voit trois ou quatre fois par mois, j’ai une petite amie, mais chacun chez soi, je peux recevoir Aline en toute tranquillité étant donné que je ne fréquente plus la famille de Colette.
Ce récit est vrais je l’ai écrit à la demande de mon ami Alain il ne se sent pas capable de le faire lui-même. Bien sûr avant que je le propose sur votre site il l’a lu et relu et après quelques légères corrections il m’a demandé de le publié.



Cette histoire est la propriété de son auteur : ne la copiez pas pour l'afficher sur un site autre qu'histoire-erotique.net

Ajoutez un commentaire pour cette histoire erotique:


Pseudo (*):


       Votre commentaire sur cette histoire(*):




Les champs marqués d'une étoile (*) sont indispensables.



Envie de voir vos écrits publiés?


Histoire-erotique.net vous donne la possibilité de les faire partager !

Pour cela, rien de plus simple : rendez-vous sur le formulaire pour envoyer votre histoire érotique!

A vos plumes !


Envie de laisser un commentaire sur le site? Une idée d'amélioration?

Faites le sur notre livre d'or !