Total : 2243
En attente : 17

Sexe
Soumis
Mature


Histoires par auteur

Hetero (723)
Entre hommes (161)
Entre femmes (55)
Transexuelle (64)
Premiere fois (171)
A plusieurs (706)
Jeune adulte (114)
Mature (33)
Soumis,soumise (170)
Inclassable (63)

Une tournée qui coûte cher
Le pêcheur 2
Le pêcheur
érection génante
Une défonce mémorable






Une expérience satisfaisante

Ecrit par SteeBlack972
Parue le 19 juin 2010
Il y a 6 commentaires pour cette histoire


Cette histoire érotique a été lue 11508 fois | Cette histoire erotique a une note de : 14.6667/20

Noter ce récit erotique !


Je m’appelle Pierre, j’ai 60 ans, originaire d’Italie, marié à mon épouse Lucie depuis 40 ans et nous habitons un grand appartement situé dans une belle résidence de la Courneuve.
En cette belle et chaude soirée d’été du mois de juin, j’étais en train de me lambiner sous une formidable douche d’eau froide, après avoir passer une dure journée de travail puis rassasié par un bon dîner, soigneusement préparer par ma femme.
Après m’être longuement prélassé et détendu dans mon bain, je me suis attardé devant le miroir de la salle de bain. J’aperçus le visage d’un mec aux cheveux grisonnants avec des rides un peu partout mais heureusement encore svelte et pas trop laid pour 60 printemps. J’avais l’impression de m’être fait devancer par l’âge et ne pas avoir eu le temps de faire quelques folies, au moins une fois avant ma retraite. Sentant le sommeil venir, j’ai alors enfilé un caleçon et un t-shirt pour aller dormir.
En sortant de la pièce, je vis ma femme allongée sur le lit en train de regarder la télévision. C’était toujours la même chose depuis quelques années. Le travail, la douche, le dîner, télé et au dodo. En l’observant, je n’éprouvais même pas le besoin de la caresser ou faire l’amour avec elle. J’avais surtout envie d’aller prendre l’aire, car je m’ennuyais énormément avec elle.
En prenant place à ses côtés, elle me demanda.
- Ca ne va pas ? Je te trouve pensif.
- Non, c’est rien, juste perdu dans mes pensées.
- Tu n’as pas de problèmes au moins ?
- Mais non, t’inquiète, répondis-je agacé.
- Tu sais…ça fait longtemps que l’on n’a pas fait l’amour. Tu as envie ? me dit-elle en me caressant la jambe avec sa main et remontant jusqu’à mon sexe.
Sans attendre ma réponse, elle sortit mon pénis du caleçon et commença à me sucer.
Ses vas et viens sur ma bite avec sa bouche et les coups de langue sur mon gland ne me firent pas bander. Ma queue s’allongeait certes mais était encore molle.
Elle passa ensuite sa main sous sa nuisette et s’enfonça un doigt dans la chatte. Elle ne portait jamais de culotte pour dormir. Puis, elle me lécha les boules et me titilla l’anus avec un doigt. Et ce n’est qu’à ce moment que j’ai commencé à réagir. Ca m’excitait vraiment quand elle me léchait ou me mettait un doigt dans le cul.
Une fois mon pénis en érection, elle s’empala sur ce dernier et me chevaucha. Malheureusement, à l’intérieur de sa moule, mon chibre perdit rapidement sa vigueur car je ne ressentais plus grand chose. Elle se retira sans rien me dire et se remit à me sucer en me remettant un doigt dans le cul. Puis sans ôter son majeur de mon fion, elle retourna s’asseoir sur mon sexe de nouveau bien raide et débuta des allers-retours qui la firent gémir. Bien entendu, c’est son doigt dans mon petit trou intime qui me procurait vraiment du plaisir et qui me permettait de garder la bite bien dure.
Enfin, c’est dans un râlement très léger libérant à peu près quatre jets de sperme que nous avons terminé notre moment de baise furtif et habituel. Lucie se dirigea dans la salle de bain se laver le minou et moi je me suis endormis sans tarder.

J’avais un poste de direction dans une des plus grande banque de Paris. Je traiter le dossier d’un client très important quand un de mes collègues et meilleur ami entra dans mon bureau.
- Alors Pierre, comment vas-tu ? me lança t-il avec un grand sourire.
- Ca va et toi ? En forme ce matin ?
- Ouais, j’ai pris un bon café et je suis d’attaque pour la journée, répondit-il en s’essayant sur un des deux fauteuils en face de moi.
- Ben c’est cool alors…, dis-je un peu embêté.
- Ca n’a pas l’air d’aller.
- Pfffffff….tu sais….je me fais chier avec Lucie.
- A quel niveau ?
- Niveau sexe. Tu vois, j’ai envie d’autre chose, de plus de piment, je ne sais pas moi…en plus je n’arrive presque plus à bander avec elle.
- Si tu ne bandes plus….comment faite vous alors ?
- En faite, ce n’est pas que j’ai des problèmes d’érection mais j’ai « la goal » que quand elle me met un doigt dans le cul. Je dois reconnaître que ça m’excite vachement. Qu’en penses-tu ?…tu trouves ça normal ? lui demandais-je.
A ma grande surprise, Richard éclata de rire.
- Ca y est…tu te fou de ma gueule.
- Mais non, c’est que moi aussi, j’étais dans le même cas que toi. Je t’explique. Avec Marine, on s’emmerdait un peu niveau cul, donc on n’a essayé de nouvelles choses et j’ai découvert un truc formidable avec les jeux que l’on réalisait. Elle, adore les plans à plusieurs et moi, j’aime me faire prendre.
- C’est vrai ?! dis-je curieux et interrogatif.
- Et comment…Et je pense savoir ce qu’il te faut.
- Ah bon ?!
- Dis moi, tu n’aurais pas aimé qu’un mec te défonces le cul ? Et ne me dis pas que lorsque Lucie te fourrais un doit dans le fion, l’idée ne t’a pas au moins une fois traversée l’esprit.
- C’est vrai, je reconnais que j’aurai adoré essayer.
- Je te propose une chose, alors. Je te donne rendez-vous ce soir dans mon autre appartement, dans le 12ème et je te ferais prendre un pied d’enfer avec un mec bien monté. Je te demande juste un truc, c’est que tu puisses me laisser te filmer. Tu sais que j’aime ce genre de tripe et en plus, tu auras une copie. Alors quand dis-tu ? Ce n’est pas toi qui disais que tu voulais tenter de nouvelles expériences niveau baise ?
Ayant toujours été curieux et friand de nouveaux plans, j’ai accepté sans hésiter. Cela faisait 40 ans que je baisais une femme pourquoi pas essayer avec un homme.

Le soir venu, j’étais assis dans un des magnifiques fauteuils qui constituaient le salon de Richard. Il m’avait servi un Martini et nous discutions en attendant notre invité. J’avais dis à Lucie que j’étais avec lui et cela ne lui avait causé aucuns problèmes.
Bientôt, on sonna à la porte.
- Salut Gérard, sa va ? dit Richard.
- Ouais, cool et toi ?
- Ben sa va…Vas-y, entre.
Richard fit aussitôt les présentations. Le Gérard en question était un grand black, à peu près dans les 42 ans, assez costaud, bien proportionné physiquement et il avait de grosses mains veineuses et un beau cul bien moulé dans un jean bleu délavé. Néanmoins, il n’avait pas que son cul qui était bien moulé mais il y avait aussi cette grosse barre apparente dans son entre jambes, qui bizarrement commençait déjà à m’exciter. Pourtant, il n’était pas du tout en érection, mais sa queue paraissait visiblement bien épaisse.

Pendant que je discutais avec notre invité, Gérard alla prendre son caméscope dans la chambre et revint aussitôt.
- Alors les gars, on peut commencer à baiser ?
A ces mots, un petit sourire se dessina au coin des belles lèvres de notre noir qui se leva du fauteuil et vint à ma rencontre. Il se plaça debout en face de moi puis desserra sa ceinture, déboutonna son jean et fis surgir de son slip, une superbe bite longue d’au moins 15 cm et large de 5 ou 6 cm. Elle était parfaitement décalottée et son gland était vachement gros et bien rose.
- Allez ! Prends-la dans ta bouche et suces-la comme une pute, me dit Richard, approchant son appareil afin de faire un gros plan.
Son langage cru ne me dérangeait pas du tout, au contraire, ça m’excitait davantage et me donnait plus d’entrain.
J’ai alors fourré ce gros gland dans ma bouche enchaîné de vas et viens sur cette grosse verge qui me faisait déjà bander. Je suçais avec tellement d’ardeur, que je salivais à en salir la moquette. Bientôt, se fût 20 cm de chair que je bouffais comme une grande salope.
- Mets-toi à poile et fout toi à quatre pattes sur le canapé pour qu’il déguste ton petit cul de blanc, m’ordonna Richard, continuant toujours à filmer.
C’était vraiment extra. Ce black me léchait le trou comme un malade, il me l’aspirait, crachait dessus, me doigtait comme une pute, me donnait des tapes sur les fesses et frottait son gros engin sur mon trou déjà bien préparé, à me faire bander comme un dégénéré.
- Tu veux qu’il te défonce ? me demanda Richard.
Aucune réponse de ma part.
- Réponds ! m’a-t-il dit fermement en me donnant une tape sur les fesses.
- Oui, dis-je enfin.
- Allez mets-lui ton manche dans son rectum et fais le gueuler comme une chienne.
Il n’avait fait rentrer que le gland que je criais déjà de douleur mais également de plaisir.
- Vas-y, défonces moi putain, dis-je avec détermination, me surprenant moi-même par la même occasion.
Il se positionna afin d’être à l’aise sur le canapé et commença des vas et viens de plus en plus violents à m’arracher des hurlements. C’était ma première fois, c’était douloureux mais c’était bon…oh oui…c’était bon.
Ensuite, il me coucha sur le dos, toujours sur le divan et frotta son gland bien lubrifié de salive et de gel contre mon petit trou anal puis m’enfonça à nouveau son pénis. Dans cette position, je profitais pour lui caresser les pectoraux, les tétons, les abdos et je me masturbais comme un dingue.
Après m’avoir bien limé le fion, il me baisa la bouche avec sa bite. J’étouffais, je salivais, j’avais des hauts le cœur, du mal à tout avaler, il me frappait également le visage avec son phallus pour me remettre ensuite à quatre pattes mais cette fois-ci sur la moquette afin de me défoncer de plus belle.
Ne pouvant plus attendre, j’ai jouit comme un porc, salissant ainsi le sol de ma semence suivi 15 mn plus tard de « mon enculeur black » qui lui, explosa littéralement dans mon cul libérant ainsi 5 à 6 jets de sperme bien épais et chaud. Puis, il se retira doucement laissant son sexe pendre lourdement entre ses jambes, tout luisant de la mouille de mon trou anal, maculé d’une mousse blanchâtre, un filet de sperme s’échappant de son urètre.
- Vas-y, viens lui nettoyer la queue, me dit Richard.
Il filma ce moment d’astiquage de bite et ensuite il fit un gros plan de mon anus ouvert comme une pièce d’un euros parsemé de gel et de salive.
- Pousses…allez pousses ton cul pour expulser le foutre qu’il y a dedans…allez, exigea Richard en me caressant les fesses.
Devant la caméra, un long filet de sauce blanche dégoulinait de mon trou intime que Richard nettoya entièrement en y fourrant sa langue, léchant et dégustant ce sperme après avoir confié le caméscope à Gérard qui ne ratait rien de la scène.
Ensuite, Richard me mit deux doigts dans l’anus comme pour encore mieux m’élargir et Gérard me remit sa bite à demi en érection dans la bouche. Suçant et aspirant son gros gland, et gémissant au contact des doigts de mon meilleur ami qui explorait l’intérieur de mon rectum, j’ai de suite bandé, près à me faire de nouveau défoncer le cul par cette grosse queue de black.

SteeBlack972



Cette histoire est la propriété de son auteur : ne la copiez pas pour l'afficher sur un site autre qu'histoire-erotique.net

Ajoutez un commentaire pour cette histoire erotique:


Pseudo (*):


       Votre commentaire sur cette histoire(*):




Les champs marqués d'une étoile (*) sont indispensables.



Envie de voir vos écrits publiés?


Histoire-erotique.net vous donne la possibilité de les faire partager !

Pour cela, rien de plus simple : rendez-vous sur le formulaire pour envoyer votre histoire érotique!

A vos plumes !


Envie de laisser un commentaire sur le site? Une idée d'amélioration?

Faites le sur notre livre d'or !