Total : 1951
En attente : 24

Sexe
Soumis
Mature


Histoires par auteur

Hetero (683)
Entre hommes (125)
Entre femmes (51)
Transexuelle (59)
Premiere fois (116)
A plusieurs (656)
Jeune adulte (77)
Mature (20)
Soumis,soumise (143)
Inclassable (45)

SODOMIE DU MATIN FAIT DU BIEN
SEX SHOP ET BAISE AU PARKING
Je l'air sucé devant mon oncle
Mon Médecin
UNE SODOMIE ET AU LIT






VENGEANCE

Ecrit par ARCAY
Parue le 21 mai 2014
Il n'y a pas de commentaire pour cette histoire


Cette histoire érotique a été lue 8530 fois | Cette histoire erotique a une note de : 13.5/20

Noter ce récit erotique !


PAUL vient d'avoir 50 ans.
Divorcé depuis dix ans il vit seul.
Il s'était marié avec JULIE, très jolie femme qu'il avait rencontré à l'occasion d'un séminaire organisé par un des fournisseurs de son entreprise.
Mais au bout de quelques années PIERRE s'était mis à la tromper régulièrement.
JULIE n'avait pas de doutes pensant que son travail lui prenait beaucoup de temps.
Il avait en effet racheté une entreprise et y consacrait beaucoup de temps.
Cela lui permettait d'entretenir des relations extra conjugales, entre autre avec sa secrétaire.
Puis il avait fait la connaissance d'une jeune étudiante de vingts ans sa cadette et il en avait fait sa maîtresse.
Leur liaison durait déjà depuis plus d'un an quant, revenant plus tôt que prévu d'une visite chez ses parents, JULIE les surpris au lit.
Bien entendu elle demanda divorce
La procédure a duré de nombreux mois, PIERRE réussissant à conserver l'essentiel des biens du ménage, grâce à ses nombreux amis.
Il a décidé de vendre l'entreprise et, par des méthodes plus ou moins frauduleuses, il a placé l'essentiel de sa fortune dans des paradis fiscaux
Il n'a officiellement que peu de revenus et paye pas de pension alimentaire à JULIE son ex-épouse.
Il mené cependant la grande vie, faisant régulièrement des voyages hors des frontières.
.
Lors de leur dernière rencontre JULIE lui a juré qu'elle se vengerai de lui.
Bien entendu il a pris ces menaces à la légère, la pensant incapable de se défendre, la façon dont il l'avait manipulée lors du divorce lui a d'ailleurs montré son incapacité en ce domaine.


***

Il s'est retiré en CHARENTE MARITIME dans une grande maison en pierre proche de l'océan, héritée de ses parents.
Il occupe ses journée à faire fructifier ses placements boursiers, est membre de clubs service, passe
beaucoup de temps en ballades au bord de la mer. .
Il n'a renoué aucune relation sérieuse, mais très porté sur le sexe, il multiplie les rencontres éphémères et fréquente les clubs libertins de la région.
Il se rend régulièrement à LA ROCHELLE pour passer l'après midi avec une jeune femme à laquelle il fait croire qu'un jour ils vivraient ensemble.
Il ne reçoit personne et ne fréquente pas les gens de sa commune.
La seule personne qui entre dans sa maison est une femme de ménage qui vient deux fois par semaines .
Elle n'habite pas très loin de chez lui et élève seule un jeune garçon de six ans.
N'ayant aucun scrupule, il profite de sa faiblesse et de son besoin d'argent.
Assez pervers il exige d'elle qu'elle fasse le ménage nue ou en sous vêtements sexy et la rémunère en conséquence.
Réticente dans un premier temps, elle a fini par accepter contre quelques billets qui lui permettent de faire face à ses besoin.
Le plaisir de PIERRE est de l'obliger à la sucer à son arrivée et de la sodomiser à son départ.
Sa perversion et son appétit sexuel lui ont fait oublié toute forme de respect pour les femmes.


***


Un matin d'avril, il décide d'aller faire une sortie à pied sur le rivage pour prendre quelques photos,
Il prend son appareil photo et se rend en bord de mer, à quelques kilomètres de chez lui.
Sa voiture garée sur le parking, désert à cette époque de l'année, traverse la lande jusqu'à la plage.
Le printemps arrive et la température agréable
Après deux heures passées à prendre des photos et à profiter du grand air il se décide à rentrer et reprend le chemin vers le parking.
En effet il a repéré deux jeunes femmes, vêtues de noir, sur la plage et leur présence le dérange.
Il reprend le chemin bordé de hauts buissons de genets et d'ajonc en direction du parking situé à environ 500 mètres.
Perdu dans ses pensées il ne s'aperçoit pas que les deux jeunes femmes le suive.
Au détour d'une courbe du sentier, il voit apparaître devant lui, à quelques mètres deux autres jeunes femmes qui se dirigent vers lui.
Lorsqu'il arrive presque à leur hauteur, elles lui bloquent le passage.
Il s'apprête à leur demander de s'écarter quand il entend un bruit derrière lui. Il se retourne et voit les deux autres femmes juste derrière lui.
Il n'a pas le temps de réagir et elle lui sautent dessus, le jette par terre et l'immobilisent.
L'une d'elle s'adresse à lui :
«Tu vas nous suivre gentiment sinon il risque de t'arriver des choses désagréables »
Ne voyant aucune possibilité de fuir il ne peux qu'obtempérer.
C'est donc entouré de près qu'il se dirige sur le parking.
A côté de son 4x4 se trouve un utilitaire blanc, immatriculé en Vendée.
Une des femmes ouvre la porte arrière et lui intime l'ordre de monter.
Il tente de résister et de s'enfuir mais elles le pousse avec force à l'intérieur.
Elles le suivent et referment la porte derrière elles.
L'intérieur est entièrement capitonné et il n'y a aucune ouverture.
« Maintenant donnes moi les clés de ta voiture et déshabilles toi »
Il veut protester mais l'une d'elle lui assène un violent coup de poing dans le ventre qui lui coupe le souffle, le pliant en deux.
Il se sent qu'il ne peut rien faire qu'obéir et commence à retirer ses vêtements.
Il se retrouve rapidement en slip et en chaussettes.
« Retires tout, je te veux à poil et vite si tu ne veux pas qu'il t'arrive de mal» .
A contre cœur il retire ses chaussette, baisse son slip qui tombe à ses pieds.
Par pudeur il cache son sexe derrière ses mains,
«Les mains derrière le dos et vite »
Il se sent ridicule et sans défense devant ces quatre femmes qui semblent déterminées et qui l'examinent sans complaisance.
Il est vite menotté et elle le fond asseoir sur le plancher de la camionnette
L'une d'elle ramasse ses vêtements et sort du véhicule accompagnée celle qui semble commander.
« Surveillez le bien pendant le transport, je prend sa voiture »
La porte se referme et bientôt le moteur démarre.
Le véhicule commence à rouler en cahotant sur le chemin qui même à la route, puis prend de la vitesse en atteignant la route principale.
Paul est secoué dans les virages, ne pouvant se redresser à cause de ses mains entravées.
Après un freinage appuyé il se retrouve propulsé vers l'avant du fourgon, à quatre pattes le cul en l'air, sa tête heurtant un montant de la cabine.
Une des jeunes femmes en profite pour lui donner un formidable coup de pied dans les fesses.
Peu à peu, il perd la notion du temps et s'enfonce dans une sorte de torpeur,
Il reprend conscience lorsque le moteur s'arrête.
Les portes arrières s'ouvrent et il es descendu sans ménagement.
Il tombe à genoux sur le sol en béton.
Deux bras le saisissent pour le relever.
« Emmenez le dans la salle d'interrogatoire et préparez le, je préviens madame de son arrivée »
Il est rapidement entraîné par ses deux tortionnaires dans une grande pièce sombre.
Soudain de puissantes lumières s'allument lui faisant fermer les yeux,
Lorsqu'il parvient à s'habituer à la lumière crue il découvre le lieu ou on l'a emmené.
C'est une pièce immense meublée seulement d'une grande table posée sur une estrade et deux armoires de chêne.
Du plafond pendent des chaînes et sur un mur se dresse une croix de Saint André.
La première femme détache les menottes et lui intime l'ordre de ne pas bouger.
La seconde lui met un collier autour du coup qu'elle serre assez fort pour gêner sa respiration.
La troisième prend un cadenas sur une table et le ferme sur son gland,
Le cadenas est assez lourd et lui tire la queue vers le bas.
« Madame à demandé à ce qu'il soit mis en croix »
Il est amené vers la croix ou il est attaché par les poignets et les chevilles, jambes écartées.
« Finissons de le préparer » dit l'une d'elle.
Il voit avec angoisse une de ses tortionnaires prendre deux pinces dans une des armoires et s'approcher de lui.
Elle lui prend un téton qu'elle pétri entre ses doigts et y attache la pince.
Le second téton a le droit au même traitement.
La douleur est vive et il serre les dents pour ne pas crier
La voyant s 'éloigner il pense que son calvaire est terminé mais une autre femme s'approche de lui munie de deux autres pinces.
Elle se à genoux, lui attrape les couilles et y fixe les pinces.
La douleur est foudroyante et il sent les larmes lui monter aux yeux.
« Le voilà presque prêt, mais je pense que c'est insuffisant, je trouve que c'est un peu léger »
Des poids viennent lester ses tétons et ses couilles qui s'allongent considérablement.
« Il reste le principal »
Une de ses tortionnaire se dirige vers lui tenant un gode de bonne taille.
Elle fait basculer la croix de Saint André, lui lubrifie l'anus et enfonce l'engin dans son ventre.
PIERRE ne peut retenir un cri de douleur ce qui fait rire ses boureaux.
« Très bien, Madame va être satisfaite »
Elles se retirent, éteignent la lumière le laissant dans le noir.
PIERRE est seul, il se demande qui sont ces femmes qu'il n'a jamais vues. Il redoute leur retour, redoutant de nouvelles tortures.

La suite de l'aventure de PIERRE au prochain chapitre



Cette histoire est la propriété de son auteur : ne la copiez pas pour l'afficher sur un site autre qu'histoire-erotique.net

Ajoutez un commentaire pour cette histoire erotique:


Pseudo (*):


       Votre commentaire sur cette histoire(*):




Les champs marqués d'une étoile (*) sont indispensables.



Envie de voir vos écrits publiés?


Histoire-erotique.net vous donne la possibilité de les faire partager !

Pour cela, rien de plus simple : rendez-vous sur le formulaire pour envoyer votre histoire érotique!

A vos plumes !


Envie de laisser un commentaire sur le site? Une idée d'amélioration?

Faites le sur notre livre d'or !