Total : 1951
En attente : 108

Sexe
Soumis
Mature


Histoires par auteur

Hetero (700)
Entre hommes (142)
Entre femmes (51)
Transexuelle (60)
Premiere fois (127)
A plusieurs (673)
Jeune adulte (80)
Mature (23)
Soumis,soumise (149)
Inclassable (54)

SODOMIE DU MATIN FAIT DU BIEN
SEX SHOP ET BAISE AU PARKING
Je l'air sucé devant mon oncle
Mon Médecin
UNE SODOMIE ET AU LIT






mari/femme puni(e) soumis(e) exhibé(e) (5)

Ecrit par papier
Parue le 24 08 2016
Il n'y a pas de commentaire pour cette histoire


Cette histoire érotique a été lue 6976 fois | Cette histoire erotique a une note de : 9.85715/20

Noter ce récit erotique !


Surpris et ébahi par les accusations de Julie qui sont totalement vraies, je baisse les yeux et j'avale ma salive sans rien dire; toujours assis face à Julie et ses 5 copines, à poil, mains sur la tête et cuisses bien écartées, mes jambes commencent à tétanisées et je tente de les rapprocher un instant, mais Julie me lance un ordre lancé avec une telle autorité que je m'empresse de l'executer: " Ta chaise plus près de nous s'il te plait !! Cuisses et jambes relevées, et mains sur la tête..et plus vite que ça...on veut tout voir, ta bite, tes couilles, ton trou du cul!!!!"
"Bien!" continue Julie "tu fais moins le malin comme ça, n'est-ce pas?
Tu dois bien comprendre que tout ça ne peut pas demeurer impuni: tu ne m'as jamais fait jouir, tu te masturbes en cachette, plein de pudeur tu cherches à cacher tes parties honteuses quand je veux les exhiber, à l'usine tu as utilisé ton statut de contremaitre pour essayer de te faire sucer....mais il y a encore pire...je sais des choses...et tu crois que je les ignore...mais non, je sais tout...depuis que je t'ai licencié de l'usine les langues se sont déliées...les ouvrières n'ont plus à craindre le petit chef qui les persécutait...plusieurs se sont plaintes de tes harcèlements sexuels, et cerise sur le gâteau tu t'es permis un soir après la débauche de déflorer 2 petites stagiaires en leur promettent en échange d'être recrutées à l'usine...là aussi j'ai les preuves...Et oui, tu ne savais pas, mais il y a aussi la vidéo surveillance dans le bureau du contremaitre...quand les stagiaires m'ont parlé de ça en exigeant que je les recrute, j'ai cherché à voir les enregistrements de la vidéo surveillance, et là j'ai vu qu'elles disaient la vérité ; heureusement les 2 stagiaires ne sont pas tombées enceinte. Mais sur tout le monde est au courant sur la commune et l'affaire risque d'être portée devant les Tribunaux et les médias... Pour toi ce serait la prison, avec toutes les violences exercées par les autres prisonniers à l'encontre des violeurs...mais j'en serais forcément éclaboussée car c'est moi la responsable du bon fonctionnement des relations humaines à l'usine...l'activité de l'entreprise serait menacée et mon mandat de Maire aussi...Face à ça la population de la commune hésite; parce que si l'activité de mon usine chutait, il y aurait des licenciements et plus de chômage...et puis les gens apprécie ma manière de gérer la commune car j'ai fait réduire les dépenses et les impôts tout en augmentant la qualité des services de la mairie... Bref, personne n'a vraiment intérêt à ce que l'affaire soit portée en justice et dépasse le territoire de la commune.
Voila, les filles dont tu as profité sont d'accord pour ne pas porter plainte, mais en échange, elles exigent que tu sois châtié par ou tu les a abusées et avec elles la population crie vengeance...Pour te protéger des violences physiques, j'ai dû m'engager à organiser tes punitions...elles doivent être exécutées selon mes règles... pas de violences physiques, pas de traces et de l'hygiène.
Crois moi, je vais bien m'occuper de toi, et tant que je serai ta femme tu devras faire abstention de ta pudeur parce qu'il y aura toujours du monde pour assister ou participer au spectacle de l'humiliation et de la punition de tes parties les plus intimes...."
La Gynéco voyant l'heure tournée me demande si j'ai quelque chose à dire pour ma défense, mais je fais signe que non.
Alors Julie me fait signe que je peux arrêter de relever les cuisses et les jambes, et elle me demande de prendre connaissance de quelques lignes qu'elle a écrites sur un papier, et de les recopier, les dater et les signer si je suis d'accord: ces quelques lignes résument mes fautes; elles précisent que tant que Julie sera ma femme, à condition de me protéger des violences physiques, de respecter les règles d'hygiène et de santé publiques et la loi en général, elle pourra faire de moi ce qu'elle veut et il est précisé entre parenthèse (exhibition et punitions à caractère sexuels ou autres dans tous lieux privés, prêt ou location...).
Me sentant piégé de toute part, je recopie et je signe immédiatement ce texte et le remet à Julie.
"Et bien voila!" s'exclame alors la gynéco, "on l'a enfin notre petit mâle soumis! dommage qu'il manque une femelle pour bien rigoler!!"
Et aussitôt toutes les copines, sauf Mlle Maud qui ne semblent pas participer au ravissement des autres embrassent Julie pour la féliciter. En voyant leur joie, j'ai l'impression qu'elle viennent d'obtenir ce qu'elle voulait, posséder un soumis, et que Julie à profité de mes fautes et faiblesses pour cela; je me demande même si Julie ne m'a pas épousé pour ça.
Tout à ma réflexion, je vois Julie se lever; elle me repousse vers la chaise, m'y fait rassoir et écarte à nouveau mes cuisses; elle se passe un gel lavant et désinfectant sur les mains, le passe à ses copines et me décalotte le gland; "Les filles" s'exclame Julie, "il est tout luisant et glissant de mouille...on est dans les temps mais c'est le moment de le faire dégorger... on va faire ça dans sa chambre, la femme de ménage à dû préparer le lit... Je suis poussé sur mon lit avec un oreiller calé dans le dos; effectivement pour ne pas tacher le lit, la femme de ménage a étendu un drap dessus; Julie demande à ce que lui soit apporté le martinet et le petit gode qui lui a été offert, elle le désinfecte à l'alcool, puis d'un geste autoritaire elle m'écarte et me fait relever les jambes et les cuisses. "C'est bien dit la bouchère, comme ça on voit bien tout,la queue, les roubignolles et le trou de balle... Y a pas de poils pour gêner; c'est comme pour les cochons qu'ont tue dans les fermes... avant de les dépecer, on leur crame les poils pour que ça gêne pas.
Face à moi il y a le grand miroir de la chambre et moi aussi je peux voir toute mon intimité, lisse comme un galet poli, offerte au regard des 6 femmes. J'essaye en vain de cacher mon sexe, mais Julie me rassure:" ça ne sera pas long...tu sais bien que ça ne te fera pas de mal, ç va te soulager..." puis d'un ton sec elle me lance un ordre: "Allez, on n'a pas que ça à faire, dans une heure je dois te punir et t'exiber en public dans l'enceinte de l'usine; on veut maintenant te voir te branler et éjaculer ton jus; regardes ta queue en erection, elle ne demande que ça, et tes couilles qui ballotent, elles aussi elles réclament ça!"
Sur ces mots elle fait tomber de la salive sur mon gland, elle commence le travail, puis s'arrête et pose ma main dessus; alors complétement excité, ne pouvant plus me retenir, presque content de ce qui m'arrive, j'obéis et je me masturbe; sauf Mlle Maud les femmes rigolent, m'encouragent; elle me tapotent le gland, s'esclaffant de le sentir aussi gros ,dur et visqueux.
Tout d'un coup une des femmes me graisse l'anus avec la mouille du gland et me l'introduit dans l'anus, elle le fait aller et venir, j'ai l'impression qu'on me met des suppositoires, ça ne fait pas mal mais c'est très humiliant pour moi; je vois tout ce qui se passe dans le miroir, mes cuisses et mes jambes écartées et relevées....tout mon corps tréssaille...je dis; "Non, pas ça, vous n'avez pas le droit de me punir comme ça, vous n'avez pas le droit de m'obliger à me traire comme ça devant vous, tout écartelé et tout épilé...vous n'avez pas le droit,je ne veux pas être exposé comme ça devant tout le monde".
Et sauf Mlle Maud qui semble de moins en moins participer à ma punition sans toutefois en perdre une miette, les 5 autres femmes me répondent:" Mais oui, c'est ça, on n'a pas le droit, mais mon pauvre ami on a tous les droits sur ta queue, tes couilles et ta rondelle du cul "; et disant cela la coiffeuse prend le martinet en déclarant qu'il est temps de fouetter toute ma marchandise; les coups ne sont pas douloureux; ils sont rapides et secs comme des petits coups d'élastique, sur le ventre, le pubis, la verge, les testicules et l'anus. Mon corps tremble de partout; ma respiration s'accélère; je me tortille sur le lit; je dis "Non, arrêtez, ça va sortir, je vais être tout sale"; et Julie a à peine le temps de s'écrier "ça y est, ça vient" que de belles giclées de sperme se répandent sur mon ventre; Julie me tend aussitôt une serviette, je m'essuie. Je m'aperçois alors que tout a été filmé par la femme de ménage.
Sauf Mlle Maud, toutes les femmes semblent ravies; peut être pour m'humilier et m'asservir encore plus , Julie demande à ses copines de me presser les testicules à tour de rôle, pour vérifier que tout est bien sorti.... et tout en me fixant du regard elle me dit :"Petit cochon, tu devrais avoir honte de te vidanger les couilles comme ça devant mes copines...Allez hop, maintenant tu passes à la douche pendant que nous on va nettoyer le gode et nous laver les mains".
C'est alors que Mlle Maud surprend tout le monde; seulement observatrice tout le temps de ma punition, elle se met brusquement debout face à Julie et la fixe comme pour la défier:" Ce n'est pas ce genre de punition dont a besoin ton mari...tout ça c'est de l'amusement, ça ne sert à rien; ce qu'il faut c'est lui faire couper les testicules, point final, comme on faisait du temps de l'Inquisition quand c'était necessaire."
Surprise par cette critique, Julie la remet en place vertement en lui rappelant que c'est elle, Julie, qui décide et elle l'envoie me surveiller sous la douche.


Cette histoire est la propriété de son auteur : ne la copiez pas pour l'afficher sur un site autre qu'histoire-erotique.net

Ajoutez un commentaire pour cette histoire erotique:


Pseudo (*):


       Votre commentaire sur cette histoire(*):




Les champs marqués d'une étoile (*) sont indispensables.



Envie de voir vos écrits publiés?


Histoire-erotique.net vous donne la possibilité de les faire partager !

Pour cela, rien de plus simple : rendez-vous sur le formulaire pour envoyer votre histoire érotique!

A vos plumes !


Envie de laisser un commentaire sur le site? Une idée d'amélioration?

Faites le sur notre livre d'or !