Total : 3065
En attente : 1

Sexe
Soumis
Mature


Histoires par auteur

Hetero (875)
Entre hommes (244)
Entre femmes (74)
Transexuelle (72)
Premiere fois (258)
A plusieurs (837)
Jeune adulte (140)
Mature (122)
Soumis,soumise (285)
Inclassable (159)

La pute de maître Titou la folle soirée
Les voisins
Christian accueille sa voisine un soir dans son lite dans son lit
Frégat accueille sa voisine dans son lit
Epilation maillot (3)






Christian me fait l'amour

Ecrit par Nickie
Parue le 04 juillet 2020
Il n'y a pas de commentaire pour cette histoire


Cette histoire érotique a été lue 1358 fois | Cette histoire erotique a une note de : 10/20

Noter ce récit erotique !


Un jour je me suis attrapé avec son mari au sujet d’une pécadille, il m’a traité de tous les noms et là mon sang de breton n’a fait qu’un tour, je me suis juré de bien l’humilier et de le rabaisser à son rang de sous-merde.

Depuis pas mal de temps je cherchais comment m’y prendre et l’inspiration m’est venu en croisant sa femme un matin dans le jardin.

C’est vrai qu’elle me plaisait malgré son air ou plutôt c’est son air sévère de maitresse d’école qui m’attirait. Les lévres pincées, une moue hautaine, son visage aux joues bien rouges faisant ressortir ses yeux bleus magnifiques m’attiraient.

Femme mature aux formes rebondies, une belle paire de cuisses, des fesses semblant fermes sous son jean’s, une belle paire des seins que l’on voyait poindre sous son t’shirt, tout çà me donna une idée peut être saugrenue mais bon, un bon breton tétu comme je le suis, ne peux que suivre son idée et la mienne était de mettre au bout de ma queue le corps d’Annick car tel est son prénom.

Je mis beaucoup de temps à la séduire, à la courtiser à chacune de nos rencontres, je ne voulais surtout pas la brusquer de crainte de la voir filer et refuser mes avances. Enfin le grand jour est arrivée lorsqu’un jour encore dans le jardin le croisais la mine triste et lui demandais la cause de son état.

Elle me répondit qu’elle s’était engueulée avec son connard de mari, je la consolais comme je pus tout en lui parlant tendrement, je lui pris la main tout en m’approchant d’elle et la tenait serré contre moi. Elle ne recula pas, ma voix douce, chaude, mâle semblait la calmer et je profitaisde cet instant pour lui relever la tête et la fixant tendrement de mon regard de séducteur, je posais mes lévres sur les siennes et lui donnais un baiser tendre et plein d’amour.
Mes mains se portèrent ensuite sur sa poitrine et là sentant des seins lourds et imposants, j’eu une érection subite qui ne pouvait attendre. je lui pris la main et la conduisit jusqu’à chez moi. Je la fis passer devant moi pour grimper l’escalier de bois menant à mon logement, pour qu’elle évite de partir après réflexion et aussi pour voir son cul devant moi remuer sous son pantalon en montant les marches.

Dès qu’elle fut dans le couloir, je fermais à double tour la porte et la conduisait immédiatement dans ma chambre. Là n’y tenant plus je l’embrassais à pleine bouche, nos langues s’emmelaient, des envies sauvages nous prirent tous les deux, je lui otais son t-shirt ainsi que son soutien gorge, deux seins lourds, blancs, pendant, flasques étourdissants s’offrirent à mes yeux, je les pris entre les mains, les massaient, les pelotaient avec tendresse et douceur car elle me dit qu’elle appréciait le douceur, je les portais à mes lévres et les suçait, les tétait, les léchait comme un malade, elle poussait des gémissements jouissifs me faisant comprendre qu’elle appréciait fortement mes caresses……………..
Ensuite je lui descendit son jean’s, lui enlevais sa culotte et lui bouffait la chatte avec toute l’avidité d’un homme qui n’avait pas touché une femme depuis pas mal de temps, elle m’avoua par la suite que son mari ne la touchait plus depuis longtemps suite à des problémes d’érection donc elle avait autant envie d emoi que moi d’elle

Ne pouvant plus tenir je me mettais nu à mon tour, la couchait sur mon lit et tout en lui bouffant la chatte et lui pelotant ses deux seins magnifiques, bandant comme un cerf, je montais sur elle et sentis ses doigts aggriper ma queue et présenter à l’entrée de son sexe bien humide mon gland nerveux qui par une légère pression pénétra dans Annick qui était bien lubrifiée par sa cyprine qui coulait de sa chatte.

Je la limais de toute ma vigueur tout en lui roulant des pelles d’enfer tant j’avais envie d’elle et la baisais comme un gamin de 16 ans qui connais sa première expérience tant j’avais envie d’elle mais ne pu retenir longtemps ma liqueur et lui expédiait au fond de son sexe de longs jets de mon sperme longtemps retenus par mes envies de la posséder entièrement.

Je la serrais contre moi et l’embrassant tout ne lui demandant si elle avait appréciée notre premier contact…

– Oui Christian me répondit-elle Humm c’était super bon ….. Mais un peu rapide excuse moi Annick mais j’avais trop envie de toi, le temps de récupérer et je vais te montrer comment baise un breton du Morbihan une femme mariée comme toi et tu ne vas pas le regretter et lui fit l'amour une seconde fois avec plus d'application et surtout moins rapide...................

.Depuis notre premier contact sexuel, Annick avait décidé d'espacer nos rencontres elle nours promis e voulait plus trop tromper son mari malgré qu'à chacune de nos croisement elle m'offrait un bon sourire et discutait longuement avec moi....mais moi j'avais toujours envie d'elle et à plusieurs reprises lui fit savoir et à chque fois elle me répondait un de ces jours promis Christian......................et un soir alors que je revenais du travail je la vis seule lisant dehors sur le trottoir servant de terrasse, elle était vêtue d'un pyjama short dont le haut moulait sa poitrine généreuse et le bas relevé dévoilait ses mollets et ses cuisses blanches et musclées. Toute cette chair blanche et comme offerte était plaisante à admirer......de plus ses pieds nus doucement posés sur la chaise lui faisant face offraient une imagien sensuelle et assez excitante.......... je lui souhaitais le bonsoir, nous discutâmes quelques instants puis lui déclarais que je montais prendre une douche car la journée avait été rude et chaude.

En montant chez moi j’avais ressentie une envie presque immédiate de recoucher avec elle. Je ne suis pas ce qu’on peut appeler un apollon mais les femmes me trouvent encore bel homme malgré mes 52 ans à l'époque, moyen de taille, mais avec un beau visage , mince pas bedonnant comme beaucoup d'hommes de mon âge, un sourire enjôleur, une voix chaude, mâle, chantante et parait-il envoutante !!! très doux dans mes propos et dans mes caresses je dois reconnaitre que je plais assez pour retenter ma chance avec elle...

Annick quant à elle belle femme mature aux formes semblant généreuses, elle semblait ne pas être indifférente à mon physique. Elle m'avoua qu'elle me trouvait bel homme, dous, tendre et délicat ce quie ne semblait pas lui déplaire........Annick est une femme mature légèrement enveloppée ce qui n'est pas dédaignable avec une poitrine lourde et blanche pointant sous son t-shirt et pas mal d'homme se retournent sur son passage.

Je pensais à tout çà sous ma douche et je pris la décision après m’être sécher de redescendre prêt d’elle et de retenter ma chance. Donc je revins m'asseoir à côté d'elle disant que cette soirée était délicieuse, que le week-end s'annonçait bien et que je venais profiter de la douceur de la soirée avant de monter me coucher. Je lui parlais de choses et d'autres et tout en discourant je matais Annick .

Ses orteils remuaient toujours par moment et j’en admirais la finesse et la douce couleur rosée, que ce devait être délicieux de les sucer tendrement, puis lorsqu’elle redressait sa jambe je pouvais voir ses coussinets plantaires, sa voute plantaire et son talon et j’avais une envie folle de me jeter à ses pieds qui me captivaient. Puis en remontant les yeux j’étais subjugué par ses mollets blancs musclés juste comme il faut , puis ensuite mon regard se porta sur ses cuisses blanches , appétissantes invitant à découvrir certainement une chatte accueillante.

Je faisais attention à ce qu’elle ne suive pas trop mon regard pendant nos discussions mais je ne pouvais ensuite ne pas être attiré par cette poitrine qui bougeait sous son t-shirt et que chaque respiration faisait monter ou descendre. Je la fixais de mon regard noir qui se reflétait dans ses yeux bleus. J’admirais aussi ses lèvres roses qui cachait de jolies dents blanches et par moment sa langue semblant charnue apparaissait lorsqu’elle riait.

Je ne savais plus quoi faire, j’avais envie d’elle et avait peur de sa réaction de refus malgré notre premier contact sexuel jusqu’au moment où lui ayant dit quelquechose de drôle et d’anodin elle posa délicatement son pieds sur mon genou peut être sans le faire exprès mais là tentant ma chance je lui saisis le pied et le caressais délicatement tout ne lui faisant un massage relaxant . Elle se laissa faire tout en me souriant, je poursuivais donc mes caresses tout en remontant doucement vers la cheville, puis plus hardiment je caressais son mollet et puis le bas de ses cuisses pour m’arréter à son genou …..Elle poussa comme un soupir d’aise et aussi de déception lorsque je cessais mon massage

Je la fixais à nouveau de mon regard mais avec l’air sérieux d’un homme qui a envie d’elle, elle me fixa également et me demanda pourquoi j’avais cessé de lui faire du bien…. Je reposais son pied au sol et tout en m’approchant de son visage, je lui dit tu sais Annick j'ai toujours envie de toi tu ne veux pas monter chez moi là on sera plus tranquille et
c'est vrai je te jure tu me plais toujours autant et j'ai envie de te faire l'amour, l'autre fois tu n'as pas été décue je crois, tu veux pas recommencer ???

Attendant sa réponse je ne tenais plus en place et lorsqu’elle me demanda quelques instant après " Tu as vraiment envie de moi ?"..............je bégayais plusieurs OUI timorés tant l'envie me rendendait presque béte elle de leva et me répondit alors montons !!!!.

Nous avons montés les escaliers en bois ne me prenant aucune précaution aux marches qui craquaient sous nos poids malgré que le bruit puisse ameuter la voisine et lorsque je la fis entrer chez moi je lui pris tendrement la main et la conduisit jusqu’à ma chambre en me demandant si elle n’allait pas refuser d’y entrer après réflexion mais non elle se laissa conduire sans réaction contraire……alors je collais mes lèvres aux siennes et lui offrit un long baiser langoureux, nos langues s’enroulaient l’une à l’autre je sentais son arôme délicat et buvait sa salive abondante. Je profitais de cet instant pour poser mes mains sur sa poitrine tant j’avais hâte de redécouvrir ses seins et sous mes doigts malgré le tissu je palpais sa poitrine ample et imposante.

Je l’allongeais sur mon lit e tout en la déshabillant tendrement je découvrais à nouveau ce corps qui longtemps avait troublé mes soirées solitaires . Je ne pouvais détacher mon regard de ces mamelles blanches aux tétons rosés, ses deux seins lourds, blancs, pendants, étourdissants, flasques mais au combien troublant…..je les pris tendrement entre mes doigts, les caressait, les palpait, les pelotait, en faisait la totale découverte, puis ma bouche ma langue prirent le relais et je lui suçais les nichons pendant un temps infini…..Annick poussait de petits gémissements jouissifs démontrant que mes caresses n’étaient pas vaines……(je précise qu'elle fait 105 de tour de poitrine et porte des soutiens gorge 95 bonnet D)

" Humm Annick tu as de ses seins hummm de toute beauté et en plus doux comme de la soie, je vais te les bouffer comme on ne te l'a jamais fait, tu vas voir ce que sais faire Christian avec une beauté comme toi" le lit craquait par moment à chacun de mes mouvements car ensuite je descendis vers son sexe et lui demanda tendrement....

-"Ecarte tes cuisses j'ai envie de déguster ton minou qui est poilue comme je les aimes" et après qu’elle ait relevé les jambes........... je les maintenais au dessus de ma tête puis enfouie ma tête entre ses cuisse et léchait à grands coups de langues sa chatte et lui aspirait sa liqueur délicieuse........... posant ses mains sur le haut de ses cuisses je lui dévorais sa chatte poilue.............Elle avait refermé ses cuisses sur moi et m'emprisonnait contre son sexe humide ce qui ne me déplaisait pas….,

"........hummmm ouiiiiiiiiiiiiiii hummmm c'est bon disait Annick slup slup slup ne pouvais-je que lui répondre, ma bouche pleine de ses lévres délicates et sa liqueur qui dégoulinait doucement...

Je remontais ensuite sur elle, présentait mon gland à l'entrée de sa grotte, elle me saisit la queue et la fit pénétrer dans son antre d'amour et là je m'enfonçais en elle et la baisais avec une fougue telle qu'elle se mit à pousser des gémissements jouissifs qui m'excitérent au plus haut point.

Elle se cabrait sous mois, sa tête tournait de gauche et de droite sur l'oreiller, ses yeux se fermaient par moment pour mieux apprécier ce que je lui offrais d'amour, elle entrouvait aussi la bouche comme pour aspirer un peu d'air frais ......
-" Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Christian c'est trop bon, continue, continue ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ahahahaaaaaaaaaaaaa..........at...........oui ahahaahahhhh.........christiiiiiiiiiiiiiiiiiiannnnnnnn......ahahah.............fr.eeeee...................ahahaha, baise moi à fond je suis à toiiiiiiiiiii..........ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii c'est bonnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn....
"
Comment voulez vous ne pas avoir envie de la combler en attendant ses propos, lorsque je sentis que j'allais éjaculer je me serrais contre son sexe et attendit que celà cesse puis repris mes coups de boutoirs qui faisaient craquer le matelas et couiner le sommier...que la voisine entende ou pas celà m'importunait peu, je baisais Annick et voulais qu'elle conserve de moi un souvenir impérissable.

Je déversais enfin ma semence abondante par de longs jets saccadés au fond de sa chatte, elle m'embrassa longuement pour me remercier et après quelques instant de répit je continuais à profiter d'Annick qui m'appris être aussi en manque d'amour car sin con de mari en plus d'être cocu par moi, ne bandait pratiquemetn plus et qu'elle appréciait aussi bien mes caresses sensuelles, ma douceur à la faire jouir comme elle aimait et .....n'y tenant plus je la repris cette nuit là plusieurs reprises jusqu'au moment où, exténués tous les deux, nous avons déclaré forfait....Mais j'avais réussi à reconquérir Annick et depuis ce jour soir là à chacune de nos rencontre nous couchons ensemble et faisons l'amour avec un grand "A"...............


Cette histoire est la propriété de son auteur : ne la copiez pas pour l'afficher sur un site autre qu'histoire-erotique.net

Ajoutez un commentaire pour cette histoire erotique:


Pseudo (*):


       Votre commentaire sur cette histoire(*):




Les champs marqués d'une étoile (*) sont indispensables.



Envie de voir vos écrits publiés?


Histoire-erotique.net vous donne la possibilité de les faire partager !

Pour cela, rien de plus simple : rendez-vous sur le formulaire pour envoyer votre histoire érotique!

A vos plumes !


Envie de laisser un commentaire sur le site? Une idée d'amélioration?

Faites le sur notre livre d'or !