Total : 3065
En attente : 1

Sexe
Soumis
Mature


Histoires par auteur

Hetero (875)
Entre hommes (244)
Entre femmes (74)
Transexuelle (72)
Premiere fois (258)
A plusieurs (837)
Jeune adulte (140)
Mature (122)
Soumis,soumise (285)
Inclassable (159)

La pute de maître Titou la folle soirée
Les voisins
Christian accueille sa voisine un soir dans son lite dans son lit
Frégat accueille sa voisine dans son lit
Epilation maillot (3)






Éric

Ecrit par Naïm
Parue le 01 juin 2019
Il y a 2 commentaires pour cette histoire


Cette histoire érotique a été lue 2875 fois | Cette histoire erotique a une note de : 13.6667/20

Noter ce récit erotique !


Il n'y a pas bien longtemps mes parents avaient organisé une réunion de leurs amis de travail. Notre maison est grande mais je me demandais comment ils allaient pouvoir faire pour loger tout ce monde. les couples furent logés dans une chambre et les enfants par sexe à tous les étages. Ma sœur abrita deux filles.
Ma mère me demanda de bien vouloir partager mon lit avec Eric un des fils de leurs amis que je ne connaissais pas. Un blondinet aux cheveux longs frisés plus âgé que moi de deux ans, j'en avais treize. Sa gueule de minet arrogant ne me plaisait pas du tout. Quand il sut qu'il devait partager mon lit il esquissa un petit sourire narquois qui m'exaspéra. Toute la soirée je l'esquivait et redoutais la mise au lit. Quand l'heure arriva, il prit son sac resté dans le couloir et me suivit pour regagner ma chambre. Dans l'escalier, je sentais qu'il me reluquait les fesses et j'ai trouvé ça désagréable mais excitant. Arrivés à l'étage, j'ouvris la porte et lui présentais ma piaule. Il fit le tour des affiches collées et me posait mille questions ; qui c'était et pourquoi. Son ton avait changé en approchant d'une certaine humilité. Il faut dire qu'il entrait dans mon royaume. Il ouvrit son sac et ressortit sa trousse de toilettes et se dirigea vers le petit cagibi qui où il y avait un lavabo, comme s'il connaissait les lieux. "Je vais me laver les dents, tu veux bien ?" "Ok, vas-y, j'irai après". J'attendis qu'il ait fini. Il ressortit du cabinet d toilettes et je le remplaçais aussitôt.
Je prenais mon temps pour me laver les dents et pour le faire patienter.
Quand je revins dans la chambre, il était déjà dans le lit et paraissais à poil ; il avait balancé ses fringues sur le plancher. À mon tour je me déshabillais sous son regard et gardais mon slip. Je n'allais pas montrer mes fesses à ce presque inconnu dès le premier soir ! Quand je soulevais les draps pour m'introduire dans le lit, il fit un petit mouvement pour s'écarter. Je vis qu'il avait aussi garder son slip.
"D'habitude, je dors à poil, été comme hiver, mais là je n'ose pas, me dit-il". Je lui réponds qu'il fasse comme il veut. "Puisque tu t'en fous je le balance". Il souleva ses fesses et extirpa son sous-vêtement qu'il jeta sur ses affaires déjà empilées au pied du lit. Dans le mouvement il me fit découvrir son sexe qui était comme le mien. "Puisque tu as l'habitude enlève le tien, ça ne me dérange pas". Pour ne pas être en reste, en deux mouvements j'enlevais à mon tour mon slip et le posais à terre.
Nous entreprîmes une conversations sur ce que je faisais, sur ce qu'il faisait. J'étais collégien et lui lycéen. Il me parlait des filles de sa classe qui étaient pour lui moches. Mais dans la discussion son corps s'était rapproché de moi au point que nos peaux de la cuisse se touchaient. La situation me troubla au point que j'eus une érection non maîtrisée, mais je fis mine de rien.
"Je crois que je bande" me dit-il.
- Oh ? C'est moi qui te fais ça ?
- Je ne sais pas, peut-être que oui.
- Tu me gênes, là !
- Pourquoi, toi, tu ne bandes pas ?
- Si, je crois !
- Tu crois, ou t'en ais sûr ?
Il lance sa main sous le drap et agrippe ma tige tendue.
- Ah ben tu vois, tu peux en être sûr.
Il jette le drap à nos pieds et dit :
- Tiens, regarde comme je bande.
Il me découvre son corps lisse et sa queue fine à moitié décalottée surmontée les quelques poils frisés de son pubis.
- Elle est très belle ta queue, lui dis-je.
- Tu me fais plaisir, mais la tienne est bien mignonne.
Il se tourne vers moi et me prenant par les épaules m'attire vers lui et me roule une bonne pelle. Je réponds à son baiser et commence à caresser son corps imberbe. Nous sommes tous les deux très excités. Nos mains parcourent nos corps lisses rendant l'ambiance des plus excitantes. Quelques minutes plus tard nous nous retrouvons en position tête bêche, nous suçant mutuellement. Il suce divinement bien et je m'applique à lui faire la même chose. Puis, subitement, il m'arrête, se dégage, je crois qu'il a peur. Non il se lève, ouvre son sac et reviens avec un petit tube. Il dévisse le bouchon qu'il pose sur la table de nuit, et reprend ses caresses et baisers langoureux. Je me donne à lui sans retenue, je tends mon sexe vers sa bouche, je suis en extase. Je le suce en même temps et caresse son petit œillet quand il caresse le mien. L'ambiance est des plus chaudes. Pendant qu'il s'empare de ma bouche, il tend son bras vers la table de nuit et
saisissant son petit tube qu'il presse et fait ressortir un gel. Il pose une grosse goutte sur son doigt et le met sur mon anus sensible.
Sa caresse est douce et je me laisse faire.
- Fait doucement car je suis vierge de ce côté là. Comme de l'autre d'ailleurs.
- Ne t'inquiète pas, j'ai l'habitude des petits culs.
Il enduit bien ma rondelle de ce gel et introduit un doigt qui à mon grand étonnement entre sans problème, sans douleur. Il masse bien mon anus qui s'élargit peu à peu et remettant encore du gel il arrive mettre deux doigts. Je sens que ça tire un peu mais c'est très supportable. Mais le désagrément devient agréable et sa caresse encore plus excitante. Puis, il se lève, me demande de me mettre sur le bord du lit et de bomber les fesses. J’appréhende mais tellement excité que je me prête à ses volontés. Il est maintenant derrière moi, ses deux mains écartent mes lobes et continuent à masser mon petit trou. Il s'enduit le gland et la tige du lubrifiant et présente son sexe sur mon anus déjà dilaté. Lentement, je sens son membre me pénétrer. Il est doux et progresse doucement tout en me maintenant par les hanches. Je le sens au bout et peu à peu, il commence de petits va-et-vient. Sa queue glisse bien dans mon ventre et mon plaisir devient de plus en plus intense. Il fait durer le plaisir en ralentissant puis en reprenant de plus en plus fort. Je ne peux retenir quelques gémissements de plaisir quand soudain il arc-bouta en m'attirant à lui avec force et je sentis mes entrailles envahies de son jus. Il resta un long moment enfoncé dans mes tripes et tout doucement il se retira. Une fois dégagé, il se tenait son sexe et se dirigea vers le cabinet de toilettes pour se laver.
Moi, j'étais épuisé, mais tellement content, tellement satisfait ! Je venais de vivre des moments les plus intenses de mon existence. Eric revint, sa tige avait perdu de sa raideur et il se glissa dans le lit et m'attira vers lui pour je pose ma tête sur son épaule. Nous reprîmes notre souffle et nos esprits, puis Eric glissa dans le lit et reprit une fellation magistrale, jusqu'à ce que gicle tout mon jus dans sa bouche. Il avala ma semence avec délectation et nettoya tout mon sexe avec sa langue. Quel moment merveilleux. Nous nous sommes endormis complètement épuisés. Mais dès le lever du jour il reprit ses activités pour me sodomiser encore une fois. C'était délicieux !



Cette histoire est la propriété de son auteur : ne la copiez pas pour l'afficher sur un site autre qu'histoire-erotique.net

Ajoutez un commentaire pour cette histoire erotique:


Pseudo (*):


       Votre commentaire sur cette histoire(*):




Les champs marqués d'une étoile (*) sont indispensables.



Envie de voir vos écrits publiés?


Histoire-erotique.net vous donne la possibilité de les faire partager !

Pour cela, rien de plus simple : rendez-vous sur le formulaire pour envoyer votre histoire érotique!

A vos plumes !


Envie de laisser un commentaire sur le site? Une idée d'amélioration?

Faites le sur notre livre d'or !