Total : 3051
En attente : 2

Sexe
Soumis
Mature


Histoires par auteur

Hetero (871)
Entre hommes (244)
Entre femmes (74)
Transexuelle (72)
Premiere fois (257)
A plusieurs (834)
Jeune adulte (139)
Mature (120)
Soumis,soumise (283)
Inclassable (159)

Cet obscur lieu du désir
soumis au sex shop
La glissade 3
La glissade
La glissade 2






Mon Histoire de travesti: CHAPITRE 1

Ecrit par Luciedu25
Parue le 14 mars 2017
Il y a 1 commentaire pour cette histoire


Cette histoire érotique a été lue 1783 fois | Cette histoire erotique a une note de : 11/20

Noter ce récit erotique !


Je m'appelle Vincent, j'ai 19 ans et je mesure 1m64 pour 52 kilos. Je suis très fin de visage et de corps. En effet, je ne suis pas typé athlète masculin, plutôt avec un corps qui fait penser aux différentes personnes que je suis une femme. Enfin, j'ai les cheveux chatain longs jusqu'aux omoplates, les hanches plutôt rondes, les fesses rebondis et je m'épiles intégralement.
Mon nom de femme est Lucie, et je me travesti depuis mes 12 ans, au début en piochant dans les affaires de ma mère ou de ma sœur, puis j'ai acheté mes propres vêtements féminin. Cependant, personne dans mon entourage n'ai au courant de mon hobby, et je pratique seulement lorsque je suis seul dans la maison.

Ma famille est composées de six personnes:
- Mon beau-père, Paul. Il a 48 ans, les cheveux grisonnants, et est de petite taille. Très beau, il est toujours habillé chic pour son travail.
- Ma mère, Katia. Elle a 46 ans, blonde et habillée toujours sexy mais classe.
- Ma sœur, Fanny. Elle est de 2 ans mon aîné. Brune, elle est très belle et plutôt bien formés avec de beaux petits seins en forme de poire
- Mon autre sœur, Selea. Elle a 18 ans, chatain clair, elle s'habille toujours très sexy. Selea a de beaux gros seins, et une belle paire de fesses.
- Mon petit frère, Tristant. Il a 16 ans, un corps d'athlète, musclé à la perfection.
- Moi, Lucie le travesti.

Un matin d'été je me suis levée, je me suis dirigée vers la cuisine pour prendre mon petit déjeuner comme chaque matin. Sur la table de la cuisine, il y avait un mot de ma mère:
«Nous sommes partis faire du shopping en ville,
nous rentrerons ce soir vers 17 heures»
Je me suis donc dis que j'avais toute la journée pour me pavaner en femme dans la maison, sans que personne ne me voit sachant qu'ils étaient tous partis.
Je me suis donc, après mon petit déjeuner , dirigée vers la salle de bain pour améliorer mon épilation, prendre une douche avec les savons des femmes de la maison, me maquiller et placer mon bustier en silicone avec des faux seins (90C)
Sortie de la, je me suis retrouvée devant armoire, ne sachant que porter. J'ai opté pour un magnifique ensemble avec guêpière rouge et noire, string ficelle noir avec de petit pompons rouge de chaque cotés, et bas noir. Par dessus, j'ai enfilée une jupe noire moulante m'arrivant mi-cuisse, un débardeur blanc, et un chemisier tous deux blancs. Pour les chaussures j'ai opté pour une paire d'escarpins talons aiguilles de 12 centimètres vernis noirs.

Une bonne partie de la matinée venait de défiler à toute vitesse, et midi approchait. Je me suis rendu dans la cuisine pour me préparer à manger. J'ai donc sortie un steak et mis à bouillir de l'eau pour cuir des pattes.
C'est à ce moment qu'une voix retenti dans la maison: «Il y a quelqu'un». C'était la voix de mon frère... il n'était donc pas partit avec eux faire du shopping et je ne pouvais pas me faufiler jusqu'à ma chambre pour me cacher et me changer. Sans le faire exprès, j'ai répondu d'une voix fluette: «oui dans la cuisine».
C'est alors qu'il entra, encore endormi, et versa du lait dans un bol avec des céréales. Tristan leva ensuite les yeux vers moi, et me trouver debout devant lui toute rouge de honte regardant vers le sol.
Il se leva, fit un tour de moi, et alla s’asseoir à sa chaise sans dire un mot.
Moi j'attendais sans parler, le regardant dans tout ses faits et gestes sans bouger, tellement j'étais honteuse devant lui. Puis, soudain, il me regarda et me dit:
- Tu sais, il n'y a pas besoin de rougir, beaucoup font cela. Et en plus, à toi ça te va très bien, tu es carrément jolie.
- Merci c'est gentil de ta part.
- Il y a quelqu'un d'autre qui est au courant?
- Non pas encore, je n'ai rien osé dire, tu es le premier. S'il te plaît ne dis rien à personne!
- Je ne vais rien dire, mais à une condition: que tu sois une très gentille fille avec moi! Je suis puceau, et je n'ai encore rien fais avec une fille...

J'ai alors compris ce qu'il me demandait: il voulait que je deviennes à lui, son jouet sexuel. J'ai donc commencée à me dandiner devant lui sensuellement, à danser rien que pour lui.
J'enlevais petit à petit mon chemisier en le déboutonnant bouton par bouton. Puis vint le tour du débardeur que j'ai enlevée rapidement pour laisser apparaître ma guêpière. Tristan avait l'air d'aimer, une bosse apparaissait au fur et à mesure du temps ou je dansais exclusivement pour lui.
Je n'ai donc pas attendu une seconde de plus pour me mettre à genoux devant lui, au sol, et à descendre son bas de pyjama.
Une queue à demie-molle très imposante d'une vingtaine de centimètres se présenta à moi juste au bout de mon nez. Je l'ai donc prise dans ma main pour la branler doucement en le regardant fixement droit dans les yeux et en me léchant les lèvres.
Puis, j'ai ouverts ma bouche pour lui lécher le bout de son gland, lui gober les boules et enfin remonter en le léchant du bout de ma langue tout le long de sa belle verge qui commençait à durcir pour de bon. J'ai donc entamer une longue descente de mes lèvres jusqu'à ces boules, pour l'avoir enfin entière en bouche. Enfin, j'ai pratiquée de long va-et-vient tout en le branlant.
Tristan bandait maintenant très fort, sa queue mesurait maintenant 25 centimètres, pour un gros diamètre.

Il me dit soudain:
- Tu sais que tu suces super bien!
- Merci, c'est une grande première pour moi!

Je me suis instinctivement mise debout et me suis approchée de la table de la cuisine. Puis j'ai placée une jambe sur cette table, allongeant mon corps et mes bras dessus pour me tenir à l'autre bout et gardant une jambe tendue au sol et en remontant ma jupe au dessus de mes hanches.
Je me suis retournée pour lui dire:
C'est la première fois pour moi et tu as une énorme queue, vas-y tout doucement.

Il mit sur sa belle verge un peu d'huile, puis en plaça quelques gouttes sur ma rondelle qu'il étala en me mettant un doigt. Maintenant, je sentais son gros gland violacé se poser sur ma rondelle.
Tristan commença à pousser doucement, ma petite rosace céda, enfin il enfourna sa tige d'un coup sec, son gland étant passé.
Je n'ai pu retenir un cri de douleur qui traversa la maison. Lui ne bougeait plus le temps que mon cul s’accommode.
La douleur s’estompait peu à peu, puis mon frère se mit à faire des vas-et-viens tendre et doux. Il agrippait mes hanches. Par moment, il la sortait de tout son long, pour la rentrer d'un coup sec.
Ses coups de reins commençaient à me plaire, une chaleur apparut en moi, je ne pus me retenir de lui dire:
- Oh oui mon chéri, c'est bon ce que tu me fais, j'aime ta belle bite, elle me fait du bien! Va plus vite je viens!

C'est à ce moment que nous avons jouis simultanément. De grands spasmes me traversaient, et de grands cris sortaient de ma bouche sans que je puisse les contrôler. Mon petit frère me remplissait de sa semence chaude, je sentais son sexe convulser dans mon petit cul encore vierge quelques instants plus tôt.

Notre ébat terminé, nous nous sommes dirigé vers le salon pour manger en regardant la télé. Nous avons passé l'après midi, l'un blottit contre l'autre sur le canapé, l'ébat que nous avons eu nous avait tellement fatigué. Nous nous sommes embrassés et papouillés une bonne partie de l'après midi.

Si son silence auprès de mon entourage avait ces bienfaits sur moi, je suis prêtes à coucher encore plusieurs fois avec mon frère.

Peu avant 17 heure, je suis partis me doucher et me changer pour accueillir mes parents et mes sœurs qui rentraient du shopping.


Cette histoire est la propriété de son auteur : ne la copiez pas pour l'afficher sur un site autre qu'histoire-erotique.net

Ajoutez un commentaire pour cette histoire erotique:


Pseudo (*):


       Votre commentaire sur cette histoire(*):




Les champs marqués d'une étoile (*) sont indispensables.



Envie de voir vos écrits publiés?


Histoire-erotique.net vous donne la possibilité de les faire partager !

Pour cela, rien de plus simple : rendez-vous sur le formulaire pour envoyer votre histoire érotique!

A vos plumes !


Envie de laisser un commentaire sur le site? Une idée d'amélioration?

Faites le sur notre livre d'or !