Total : 3051
En attente : 2

Sexe
Soumis
Mature


Histoires par auteur

Hetero (871)
Entre hommes (244)
Entre femmes (74)
Transexuelle (72)
Premiere fois (257)
A plusieurs (834)
Jeune adulte (139)
Mature (120)
Soumis,soumise (283)
Inclassable (159)

Cet obscur lieu du désir
soumis au sex shop
La glissade 3
La glissade
La glissade 2






Une dive fantantique

Ecrit par ivan
Parue le 05 09 2023
Il n'y a pas de commentaire pour cette histoire


Cette histoire érotique a été lue 294 fois | Cette histoire erotique a une note de : 10/20

Noter ce récit erotique !


Une Diva fantastique

Elle travaille de mannequin dans un milieu très sérieux avec pas mal de responsabilités. Et si d’autres vont évacuer leur stress en faisant du sport ou du shopping, moi c’est en faisant l’amour. Baise... Dans la rue face a une enorme pancarte publicitaire, plus grande qu´une affiche de cinema chaussée de lunette noires qui font três star même si elle ne le suis pas, Elle regarde son corps étale lascivement sur un tussu en satin totalement cheap. L´image de ce corps arrtistiquement abandonné donnerait des complexes à n´importe qu´elle nana normale.Graça à photochop elle semble plus belle que jamais.

-?Tu n’aurais pas des idées… Entre les jambes, toi? ?J’ai trouvé sur Internet de nouvelles idées de s’amuser, tu sais?
-?Raconte.
-?Certains couples invitent des hommes qui s’occupent de la femme pendant que l’homme se contente de profiter du spectacle. C’est une pratique à la mode aux États-Unis. Vu ce qu’on a déjà vécu avec Lucien, ça me tenterait d’essayer, pas toi? , iI a un très beau torse et sa bite est un vrai monument.
- Comment tu sais quu´il a une grosse bite?
- No collège. Je la suçait sa grosse bite dans les toalettes, il adorait... Puis il avait élargé mon petit trou.
- Je ne sais plus quoi lui dire...Il est un bon mari.?Tu vois que je suis capable de tout pour toi. Ton trou est large, tu t'es fais enculer aussi?

Souvent, en faisant l’amour à sa femme elle savait qu´il était bi., l´époux fantasmait à haute voix, sur le fait qu’elle ait un amant endurant et bien doté par la nature. Cela l’exciterait beaucoup pour autant qu´il la regarde pendant qu’elle se ferait baiser. Elle disait qu’elle se comporterait comme la reine des garces. Mais il s’agissait uniquement de paroles ou de récits racontés durant ses jeux sexuels. Par contre, il remarquait que chaque fois qu´il la caressait en lui racontant ses fantasmes, elle jouissait bien plus que d’habitude. ta chatte est rouge, trempée et luisante de sperme, tourne toi ma traînée et écarte toi bien les fesses.
-?J’ai envie de ta grosse queue dans ma chatte.
-?Tu sens comme ma queue te remplit ?
-?Oh ouiiii…
- ?Dis-le que tu préfères ma queue à celle de ton mari

Lucien avait laa baisé totalement. Elle criait son propre plaisir.
- Ta chatte est trop bonne… Tu vas devenir mon "lèche chatte".
en profite pour sa bouche poser l'entrée de sa chatte bien sur sa bouche en même temps qu´il lui met à le pomper comme une furie.
* Oooooh ma salope, comment tu me pompes, ouiiiii.... C'est trop bon.... Hummmmmm.....Et ta chatte de traînée est bonne...Hum.... Tu sens la baise...
Elle a le meilleur mari du monde. Je veux dire, pour moi, pour mes fantasmes et sa libido. Combien de maris laissent leurs femmes baiser d'autres hommes et ne pas être jaloux à ce sujet? C'est exactement ce que son mari lui permet de faire. En fait, il l'encourage!
Puis de baiser l´épouse il est enculé ´pour l´amant de as Femme..
-?Vas-y, encule-moi fort, démonte-moi, je suis ta pute !

Un soir pourtant, elle lui confia qu’elle serait peut-être prête à essayer, afin de pimenter notre vie sexuelle, mais qu’il fallait impérativement que il la regarde. C’était le deal. Comme elle était ouverte à la discussion, Il en profitait, tout en la caressant, pour lui demander le genre d’homme avec qui elle aimerait essayer et comment elle aimerait que ça se déroule. Elle l’expliqua qu’elle désirait qu’on se rende en discothèque et qu’elle se laisserait draguer devant lui et qu’en fonction de l’évolution de la soirée et de son envie, elle ramènerait son amant qu’il lui fasse l’amour. Elle précisa qu´il devait impérativement rester passif et seulement la regarder.
Son épouse a 40 ans, un corps magnifique avec des petits seins bien arrogants, et des jambes parfaites qu’elle adore mettre en évidence avec des bas et surtout des hauts talons. Un soir, nous décidons de nous rendre en boîte de nuit.
Lorsqu'il entra dans une discothèque, il la vit immédiatement. Comme la première fois, deux jours auparavant, sa beauté le frappa et son cœur se mit à battre à tout rompre dans sa poitrine. Presque douloureusement. Elle fumait en lisant, comme lorsqu'il l'avait vue le premier soir, assise à la même table. Dans la même position, les épaules couvertes de ce même manteau sombre qui faisait ressortir un peu plus sa longue chevelure d'or. Comme si elle n'avait pas bougé, préférant l'attendre là. Pourtant, ils ne s'étaient même pas parlé. Mais elle l'avait remarqué, il en était sûr. Ca l'avait un peu gêné d'ailleurs, car il aurait préféré continuer à l'observer ainsi en secret de longues heures. Mais il avait du se rendre à l'évidence. Non seulement elle l'avait vu, mais il lui avait même semblé distinguer un petit sourire au coin des lèvres. Invite ou moquerie? Bien sûr, il était beaucoup plus jeune qu'elle. Peut-être le prenait-elle pour un gamin, un étudiant. Quel âge pouvait-elle avoir d'ailleurs ? Trente-cinq ans au plus. Il avait tenté de deviner au coin de sa bouche ou de ses yeux les premières petites rides qui rendent si folles les femmes et si amoureux les hommes, mais soit elles n'existaient pas, soit il était assis trop loin d'elle.
Son nez fin et à peine retroussé la rajeunissait sans doute un peu. Ses sourcils étaient soigneusement épilés et son maquillage discret mais parfaitement étudié faisait ressortir ses yeux d'un bleu si léger qu'ils paraissaient gris. Elle ne portait aucun bijou, mais son allure à elle seule témoignait de ce qu'il aurait pu appeler une « grande classe », dépourvue toutefois de la moindre trace de snobisme. Une classe réellement naturelle. Elle portait sous son manteau ce qu'il devina être une robe rouge trop sexy pour l'endroit, ce qui expliquait sans doute qu'elle reste si chaudement vêtue
Quelques heures avant, elle passe un grand moment à se préparer et s’habiller. Alors que je traîne devant la télé, j’entends la porte de notre chambre à coucher s’ouvrir et le bruit caractéristique des talons sur le carrelage. Il se retourne et la dévisage de bas en haut avec admiration et envie. Elle est habillée d’une robe en soie rouge noire, des bas couleur chair avec couture, de talons vertigineux que il découvre pour la première fois et de son manteau trois-quarts. Il sent les effluves de son parfum si envoûtant. Elle est maquillée de manière soutenue et lui regarde avec un grand sourire.
Elle l´exposé comme un montre, une pièce de colletction rare, ce qui n´était pas pour lui deplaire. Prenant un pose suggestive, elle tenue sexy mit en valeur ses hanches pleines qui moulait une rone doite courte. Fierté qu´elle se redressa en regardant le joven homme. Un frisson laa parcorru lorsqu´elle vit dans les mãos de son mari une superbe martinet aux longues lanière de cuir couple. Finalement, je la vois au bar en pleine discussion avec un Black d’une quaraintaine d’années environ. Le ton de la conversation avait changé du tout au tout. Ce n'était plus lui qui tentait de s'attirer les faveurs d'Elisa, mais elle qui s'accrochait à son regard, essayait de le convaincre de s'intéresser à elle, les yeux emplis d'espoir. La voix d'Edith Piaf retentit dans le café, chantant « Allez venez Milord, vous asseoir à ma table »...
Ils se turent un moment, écoutant la chanson, et observant les clients qui quittaient un à un le comptoir pour regagner la rue, comme à regrets.Elle revient vers lui avec un grand sourire aux lèvres. Elle lui dit qu’il l’a complimentée sur sa tenue et qu’il lui a proposé de boire un verre. Là-dessus, elle l’embrasse et retourne vers son soupirant, sans se laisser le moindre choix. Elle se retrouve debout, en équilibre sur ses talons, à côté de cet inconnu. Elle se fait payer un ou deux verres et rigole bien. Par moment, elle lui jette un regard aguicheur. Son cavalier se lève, la prend par la main et ils se rendent sur la piste. Quand arrive la série de slow, elle se retrouve dans ses bras et visiblement elle se colle bien à lui tout en me regardant. Son cavalier lui parle à l’oreille et elle rigole tout en jetant sa tête en arrière. Il en profite pour l’embrasser dans le cou et ses mains se posent sur ses fesses. Elle ne réagit pas et se laisse faire. Les slows étant finis, ils se dirigent à nouveau vers le bar. Cette fois, elle est tenue par la taille.
- Mais, j’ai très envie de m’amuser…
-?Eh bien, amuse-toi, alors. Je t’aime.
-?Tu es sûr? me répondit-elle.
- ?Oui, je crois que je suis sûr.
- J’ai trouvé deux soumis, m’écrivit-elle avec un émoji diablesse.
- J´espere que tout le trouve de son goût. Je l´ai choisi avec un soin tout particulier. Tu peux remarquer toi même qu´il a un côté recompense.

Elle aimait un pênis, aimait l´odeur le contact. Elle laisse courir ses doigts fins le long de l´objet. Imaginando il carecer son sexe.
- Je ne crois pas ça, non..
- Je ne sais pas si je pourrai résister, mais je peux essayer.
- Tu souhais, chéri experimenter? Demanda le mari..
- J’adorerais, bien sûr.?Je veux vous sentir jouir en moi, monsieur.
- J’adore ta queue.. Je t’ai dit que je voulais ta grosse bite.

Elle l’enjamba aussitôt pour le conduire en elle. Elle était tellement mouillée qu’il entra sans difficulté, et elle commença à bouger. Une nouvelle fois, Luc eut peur de ne pas pouvoir se retenir s’il ne gardait pas le contrôle, alors il la saisit et la retourna sur le lit pour se placer au-dessus d’elle. Ses yeux plongés dans les siens, il lui fit l’amour dans un mélange de tendresse et de force dont elle semblait avoir besoin.
- Approche mon chérie, je voudriais ton avis pour les cadeaux que je te choisit. Mnh. Tu es superpe. Elle était sans voix. En équilibre sur ses talons vertigineux, elle se trémousse au rythme de la musique et l’adresse parfois un petit sourire ou clin d’œil. Il y a bien quelques gars qui s’approchent d’elle mais sans plus. De retour à table, elle l’explique qu’ils l’ont invitée à boire un verre mais qu’elle n’en avait pas envie.
Florinda savourait un calme qu´elle n´avait pas connu depuis des annés. Durant quatre ans elle avait été entraaînée dans le tourbillions d´ une folie qu´elle n´auarait jamais imagine avant d´y être confrontée. À presente. Elle en était, sortie et avait entamé la recontruction de sa vie. Ce n´était ne pas une mince affaire. Si sur beaucouo de points, elle avait réussi à surmonter des montagens, sa vie sentimental restait cepandant désertica. Non qu´elle ait eu de capacite de seduction, son physique pulpeux avec tout pour intéresser un homme, mais pas peur. Peur panique d´accorder ça confiance à quelqu´un qui la trahirait, peur d´elle même plus que des autres.
- Mon mari, m’avait ouvert la route de la sexualité adultérine, j’étais devenue completamente accro au sexe. Une vraie nymphomane.
Cet homme elle l´avait rencontré au momento où ellle ne croit plus en rien et surtout pas on l´amour. Elle était desabusée par de mauvaises experiences au point de vouloir reste seule jusqu´à la fin de ses jours. Et puis, Elle a croisé son regard. Et une poignée de secondes, son univers àa basculé; ma volonté a pérdu de sa force et elle a fini para l´égarer. Definitivement. Ils avaient bavardés pendant des heures, devant un verre, puis deux... En plus d´être un charmer hors de norme, il était drôle , intelligent captivant.Il aurait dû mefier... Mais, l´ álcool aidand, ewlle avait envie de voir será les menèrait. Il ne s´imaginait rien de plus qu´une histoire d´un soir, un peu de plaisir partager l´espace d´une brève etreinte. Cet fut d´un set était d´esprit qu´il le suivit hors du bar.
Ensuite, elle se rend aux toilettes puis revient après un moment vers moi. Elle l’explique qu’elle est sous le charme de Jean. Elle lui dit qu’elle lui a fait beaucoup d’effets et surtout qu’il a l’air d’avoir un sexe enorme et menaa la mão de son mari pour la sentir. Elle s’est laissé embrasser et peloter sur la piste de danse et il a été en admiration sur le fait qu’elle porte des bas retenus par un porte-jarretelles. Juste avant de le rejoindre et de l’embrasser, elle lui dit de regarder sous le coussin qui est à ses côtés puis elle se dirige vers le bar tout en se retournant vers lui. Il lève le coussin et découvre son string mouillé. Elle lui regarde avec un large sourire.
- Chez toi ou chez-moi?Lui mlance-til.
- Dans ma voiture,
L´épouse le laisse faire pour se caresser la queue du noir, sa bite devenait dure comme un roc tellement ça l'excitait. Son époux aime bien en toucher une de temps en temps. Son mari passe derrière Mario, lui prend la queue dans une main, le branle lentement.

- Oh mon dieu, Jean, tu m'excites, bébé, si c'est ce que tu veux, je le ferai pour toi à baiser cette chatte Jean.
- Suce-la bite noire chéri, dit-florinda. "Suce le sperme de mon amant.
- "Oh mon dieu, elle est énorme.. C'est mon souhait le plus cher
- Je ne sais pas pourquoi, je sais juste que ça m'exciterait, surtout.
"Hum, j'aime ton sexe, Jean.

- Oh mon dieu, tu es pleine de foutre chaud, je veux te manger, m'enivrer de tous tes jus ... J'adore ... J'adore ça!"
- Il aime ça, je pourrrais l´enculer aussi.

Sa tête tournée vers lui, il pouvait voir l’éclat si particulier de ses yeux verts dans ces moments-là. I la contemplait épaules nues, jambes bronzées largement offertes, il humait avec délice les effluves de son parfum. Elle était si belle. Il l’aimais comme je la désirais. Sans retenue. Il se penchai vers elle, embrassait son épaule, son cou. Ils sont entrés dans le salon. Son épouse était debout, appuyée contre une commode. Elle lui semblait un peu mal à l’aise
-?Tu m’excites, François, lèche-m…
Elle écarta franchement les cuisses pour inviter le jeune homme à poursuivre son exploration. Il vit les cuisses s’ouvrir et la robe remonter davantage en offrant à son regard le triangle d’étoffe, objet de ses convoitises. La vue du triangle de soie noire bombé provoqua la brusque montée d’une bouffée de chaleur en même temps qu’une tension accrue dans sa queue tendue.

- C´était ma unique exigence. Mieux vaut être mefiante avec les inconnus, Je ne le montre pas où j´habite mais je guarde le contrôle en restante sur mon terrain.nfim je gardait le contrôle.
- ?Tu jouis mon amour? C'est mon souhait le plus cher.
-?Oh oui, je jouis, oui il m’a fait jouir, le salaud.
- ?Petite cochonne… Tu as pissé devant lui et maintenant il te fait jouir, c’est ça que tu voulais?
- Belle Illusion.
On remonte dans la voiture, elle s’assied à nouveau sur la banquette, les cuisses écartées, et comme je regarde dans le rétro, je vois son sexe béant, entre ses jambes tout ouvertes. "
- Suce le sperme de mon amant qui coule de ma chatte inondée, allez, fais-le!" Je lui ai crié dessus, l'attrapant par les cheveux, le tirant vers ma chatte humide et dégoulinante.
- Oh mon dieu," gémit André, sa bite se tendant, prêt à me baiser
à nouveau.
Depuis longtemps, en effet, elle se sentait en attente de quelque chose. Pas d’une nouvelle relation.. Lorsque il renutrais chez lui, alors qu´elle était sur la passerelle, Il levait les yeux vers chez nous. Quelle ne fut pas sa surprise de voir sa femme, nue Maquillage soigné, coiffure rectifiée, boucles d’oreilles, talons. et son amaant excite pour la baiser encore une fois, mais accompagnée cette fois-ci de ses deux nouveaux partenaires de jeu, nus, également. Sa femme s’amuse en faisant la part du jeu et de la vérité dans ce que lui dit son cavalier. Mon cœur bat à tout rompre, son sexe gonfle à vue d’œil et lui fait mal. Elle sourit, mais ne peut s’empêcher de ressentir une émotion qui lui serre la poitrine. Tous trois lui faisaient signe de les rejoindre..
-? Tu me rends fou, llorinda, já envie de toi à un point que tu ne peux pas imaginer?! Alors, aide-moi à imaginer! Je vais te le remplir de foutre! Puis de la baiser il veux qu´il leche as bite avant... J'ai un orgasme d'une force incroyable, je continu de pomper cette bite pour en extraire son foutre, je le veux, je veux le boire, je veux qu'il crache dans ma bouche.
- Mon chéri tu viens d'avaler le sperme de mes deux derniers amants aussi bien que moi tu sais, toi aussi t'es une belle salope qui aime le sperme........et tu vas l'aimer de plus en plus crois moi...
Fin
Ivan Ribeiro Lagos
Ivanribeirolagos9@gmail.com



Cette histoire est la propriété de son auteur : ne la copiez pas pour l'afficher sur un site autre qu'histoire-erotique.net

Ajoutez un commentaire pour cette histoire erotique:


Pseudo (*):


       Votre commentaire sur cette histoire(*):




Les champs marqués d'une étoile (*) sont indispensables.



Envie de voir vos écrits publiés?


Histoire-erotique.net vous donne la possibilité de les faire partager !

Pour cela, rien de plus simple : rendez-vous sur le formulaire pour envoyer votre histoire érotique!

A vos plumes !


Envie de laisser un commentaire sur le site? Une idée d'amélioration?

Faites le sur notre livre d'or !